χ

Voici les arguments d'un général américain à la retraite qui appelle à soutenir davantage le Maroc

African Lion, édition 2022. ©dvidshub

Voici les arguments d'un général américain à la retraite qui appelle à soutenir davantage le Maroc

Le 15 août 2022 à 16h03

Modifié 15 août 2022 à 16h15

Intéressant article d’opinion dans le journal américain Defense News au sujet de la manière dont les Etats-Unis pourraient voir l’apport marocain en matière de sécurité en Afrique.

En partant de la participation israélienne, pour la première fois, au dernier exercice multilatéral African Lion, le lieutenant général à la retraite de l’armée américaine H. Steven Blum, auteur de l’article, estime que « promouvoir davantage le partenariat israélo-marocain permettrait aux États-Unis de multiplier leur empreinte stratégique en Afrique sans détourner les ressources d’autres théâtres. »

L’auteur estime que l’Afrique est devenue « la cheville ouvrière de l’équilibre stratégique mondial des puissances ». Il cite « la concurrence stratégique renouvelée et la prolifération d’organisations extrémistes violentes. Ces défis qui menacent les intérêts américains « présentent une opportunité pour le Maroc de devenir un leader régional et un fournisseur de stabilité avec l’aide du nouveau soutien technique et sécuritaire israélien ».

L’Afrique suscite le plus grand intérêt de la part de la Chine et de la Russie, les deux principaux concurrents actuels des USA, rappelle l’auteur, sur les plans économique et stratégique. Le continent a connu également une « augmentation historique de l’activité extrémiste violente, déstabilisant les pays africains locaux et créant des ouvertures pour l’empiètement des concurrents américains. Le Sahel est devenu l’ épicentre mondial de l’activité jihadiste extrémiste – avec des organisations extrémistes violentes qui s’emparent du territoire et des économies locales, fomentent des crises de déplacement et obligent les régimes menacés à se tourner vers l’aide russe et chinoise . L’Iran exploite également cette tendance en équipant les organisations islamiques extrémistes violentes dans toute l’Afrique, de la Somalie à l’Afrique de l’Ouest, ajoute-t-il.

« Le partenariat israélo-marocain en plein essor, avec un leadership et un soutien appropriés des États-Unis, peut aider à relever les défis de la grande puissance et des extrémistes violents de l’Afrique, ainsi qu’à débloquer la promesse du continent.

« Depuis leur rapprochement en 2020, Israël et le Maroc ont pris des mesures importantes pour équilibrer la menace de l’Algérie soutenue par la Russie et l’Iran via leur accord révolutionnaire de défense aérienne de 500 millions de dollars en février 2022. De plus, le Maroc est devenu la plus grande source d’investissement direct étranger en Afrique de l’Ouest , devançant même les capitaux chinois en plein essor. En évinçant les investissements chinois, une extension de la puissance militaire chinoise, le Maroc contribue à faire reculer le défi implicite de la Chine aux intérêts de sécurité américains et à l’autonomie locale dans ces domaines. »

L’auteur cite le rôle de « chef de file de la lutte contre le terrorisme » que joue le Maroc. « S’il est correctement associé à l’expertise antiterroriste israélienne, le Maroc est particulièrement bien placé pour être un rempart contre le terrorisme au Sahel et en Afrique francophone, où la crédibilité régionale et islamique du Maroc en fait un partenaire approprié pour prendre le relais du retrait des Casques bleus français », recommande-t-il.

L’auteur recommande une plus grande implication américaine, à plusieurs niveaux, financier, militaire, diplomatique: « Cependant, réaliser le plein potentiel de la coopération israélo-marocaine en Afrique nécessitera des investissements américains à court terme et une orientation stratégique et un soutien politique continus des États-Unis. Malgré leurs progrès impressionnants, Israël et le Maroc manquent tous deux de certains systèmes militaires avancés et des capitaux nécessaires pour rendre pleinement opérationnel leur partenariat. De même, le partenariat lui-même dépend du respect par les États-Unis de leurs engagements vis-à-vis du Sahara occidental, qui sous-tendent l’accord de normalisation israélo-marocain de 2020.

« Les États-Unis devraient offrir plus d’opportunités à ces deux armées partenaires de s’entraîner côte à côte. Cela devrait inclure la mise à niveau d’Israël pour qu’il participe pleinement à African Lion – ainsi que l’incorporation d’Israël dans d’autres exercices multilatéraux régionaux – afin d’optimiser l’interopérabilité entre Israël, le Maroc et d’autres partenaires régionaux. Il s’agit d’une première étape cruciale vers l’établissement d’un réseau de sécurité fonctionnel et semi-autonome.

« L’administration Biden devrait également respecter les engagements de l’ère Trump envers la proposition marocaine d’autonomie du Sahara occidental – le fondement essentiel de la normalisation israélo-marocaine – qui ont été rapidement adoptés par la communauté internationale ces derniers mois, réduisant ainsi le retour potentiel de la politique.

« Enfin, les États-Unis devraient aider à renforcer la capacité militaro-industrielle du Maroc. Dans l’immédiat, cela implique d’équiper le Maroc pour surmonter la menace de déstabilisation russe et iranienne via l’Algérie, y compris la réalisation des ventes en cours de munitions à guidage de précision et de drones MQ-9B SeaGuardian. Plus largement, l’administration Biden devrait revoir le financement à court terme pour aider Israël et le Maroc à intensifier rapidement leur partenariat en matière de sécurité, sans parler des domaines essentiels à la stabilité comme la sécurité alimentaire, hydrique et énergétique.

« Ces étapes permettront non seulement à Israël et au Maroc d’ouvrir la voie à une stratégie de sécurité régionale dirigée par un partenaire, mais elles créeront également l’espace géopolitique stable nécessaire pour libérer le potentiel du partenariat israélo-marocain dans des domaines technologiques et financiers critiques. Dans un moment à la fois d’instabilité historique et d’opportunités, équiper nos partenaires de sécurité du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord pour assumer conjointement le fardeau est la clé pour définir un nouveau cap de prospérité mutuelle pour la région. »

(*)Le lieutenant général à la retraite de l’armée américaine H. Steven Blum a été commandant adjoint du US Northern Command de 2008 à 2010 et chef du Bureau de la Garde nationale de 2003 à 2008. En 2015, il a participé au programme des généraux et amiraux de l’Institut juif pour la sécurité nationale des États-Unis.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Auto Nejma : Indicateurs Trimestriels T4 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.