Voici ce que l’on sait du virement bancaire instantané prévu avant fin 2022

| Le 28/7/2022 à 17:16
Ce nouveau service bancaire sera disponible d’ici la fin de l’année selon Bank Al-Maghrib. Il permettra une réception instantanée et interopérable des virements bancaires pour les particuliers et entreprises. Il s’agit d’une étape de modernisation du système de compensation nationale, et également d’une porte ouverte au développement de nouveaux services bancaires reposant sur l’instantanéité.

Durant le forum US-Africa Business Summit, le 21 juillet à Marrakech, le responsable de la surveillance des infrastructures de marché et des systèmes de paiement de Bank Al-Maghrib (BAM), Adil Zbir, a annoncé que les virements bancaires deviendraient instantanés d’ici la fin de l’année 2022.

Ces derniers le sont déjà concernant deux clients d’une même banque. La véritable valeur ajoutée est qu’ils le seront entre des clients de deux banques différentes.

Aujourd’hui, un virement bancaire effectué d’une banque à une autre est généralement traité à J+1, voire J+2. C’est une évolution technique à laquelle prennent part différents acteurs, à savoir les banques, BAM et le Groupement pour un système interbancaire marocain de télécompensation (GSIMT). L’objectif premier est de démocratiser la digitalisation du système bancaire. « C’est un projet qui va dans le sens de la numérisation et le fait de réduire les dates de valeur. Je pense que c’est un projet positif pour les usagers du système bancaire », a expliqué la directrice de la supervision bancaire à Bank Al-Maghrib lors de la présentation du rapport de la supervision bancaire 2021.

Mais en quoi consiste cette instantanéité, que va-t-elle impliquer pour les banques, et pourquoi développer cela ?

Une modernisation du système de compensation est recherchée

Les opérations seront toujours traitées au niveau du GSIMT où toutes les banques interviennent, et qui gère techniquement la compensation entre les banques lors des virements interbancaires.

L’instantanéité est tout d’abord un moyen de moderniser les services bancaires. Contacté, Younes Karkouri, président du directoire de Operations Global Services, filiale de Bank of Africa spécialisée dans le traitement des services bancaires, nous explique : « Le virement instantané avait été décidé par la communauté bancaire au niveau du GSIMT dans le cadre des échanges avec la Banque centrale pour moderniser le système de compensation nationale. Avec le Covid, il y a eu une perte de vitesse des chèques en faveur des virements. Nous avons donc réalisé que cette modernisation est effectivement à faire sur ce sujet pour les rendre plus attractifs. »

L’instantanéité implique également un accompagnement nécessaire et différents challenges pour les banques. « Pour les banques, cela se traduira en un certain nombre d’impacts sur le plan opérationnel, des systèmes d’information mais aussi de la gestion des risques. Car un virement instantané nécessite que l’on puisse gérer le devoir de vigilance par rapport au blanchiment de capitaux et financement du terrorisme, donc il y a des filtrages qui devront être effectués en temps réel. Ce sont des implications sur le plan opérationnel, que nous, en tant que superviseur et régulateur, regardons aux côtés de nos collègues », expliquait Hiba Zahoui lors de la conférence de BAM.

Cette instantanéité sera proposée en tant que service bancaire et viendra compléter les offres déjà disponibles. Elle nécessite cependant différentes modifications techniques. « Notamment le fait que la chaîne de traitement des virements, donc la chaîne de compensation, devienne une chaîne online, comme la monétique. Nous allons continuer d’offrir les deux services, celui avec traitement sous J+1 et le service instantané », indique Younes Karkouri.

Cette avancée technique représente une certaine praticité pour les particuliers et surtout pour les entreprises, du fait d’une meilleure disponibilité de trésorerie. Mais elle sera également une opportunité pour les banques de diversifier les services associés à cette instantanéité.

Une porte ouverte sur le développement de nouveaux services bancaires

Les banques également pourront bénéficier de la mise en place de ce nouveau service. L’aspect de praticité et de service de l’instantanéité sera facturé au client, comme c’est le cas pour un virement interbancaire actuel traité sous un ou plusieurs jours. Cependant, les commissions n’ont pas encore été établies.

Selon le président du directoire de Operations Global Services, « pour la banque, le gain est analogue à celui du digital. Lorsque l’on a une opération au niveau du guichet, cela mobilise des personnes, du papier, de la logistique. Le virement mobilise un certain nombre de ressources. Le virement instantané peut coûter un peu plus cher en termes de technologie, mais mobilise moins de ressources. Le second sujet est l’encouragement de ce canal par nos clients ».

Mais au-delà d’une simple commission, l’avancée technique permettra un développement de différents services bancaires qui pourront bénéficier de l’instantanéité. Contactée à ce sujet, une source du secteur nous confie que « chaque banque peut éventuellement réfléchir à différents produits qui peuvent s’appuyer sur ce virement instantané. Par exemple, cela peut s’imaginer avec une transaction électronique. Aujourd’hui, quand vous allez chez un commerçant qui prend votre paiement par carte bancaire, vous êtes débité immédiatement lors de l’achat, mais lui ne sera crédité qu’un ou deux jours après. On peut imaginer que le commerçant soit crédité sur le champ ».

Cela pourra également être le cas des mises à disposition. Comme le virement bancaire, cette opération permet un retrait instantané sur un guichet de la même banque émettrice. Plus tard, d’autres services pourront transformer cela grâce à l’instantanéité. « D‘autres transferts peuvent être mis en place grâce à ce canal-là, comme les transferts des mises à disposition pour retirer l’argent sur n’importe quel guichet automatique. Cela ouvre des portes non négligeables pour un certain nombre de services », conclut Younes Karkouri.

lire aussi
  • | Le 3/8/2022 à 10:11

    Managem : le chiffre d’affaires en forte hausse de 81% à fin juin 2022

    Le groupe a bien profité de la contribution aurifère dans le chiffre d'affaires. Durant le second trimestre, l'Or de la mine de Tri-K comptait pour le tiers des revenus du groupe. La consolidation e la production et l'appréciation de la parité USD/MAD ont également poussé le chiffre d'affaires à la hausse.
  • | Le 1/8/2022 à 9:38

    Mutandis : chiffre d’affaires en hausse de 48% à fin juin 2022

    La hausse des prix de vente suite à l'augmentation des prix des intrants a été généralement bien acceptée. Les volumes de ventes progressent et le chiffre d'affaires dépasse le milliard de dirhams. Season a généré 235 MDH de revenus à fin juin. La dette bancaire recule de 18% par rapport à fin décembre 2021.
  • | Le 1/8/2022 à 9:05

    CDM : hausse de 17% du RNPG à fin juin 2022

    Le groupe a connu une bonne dynamique concernant les crédits à fin juin, en hausse de 4,7% par rapport au S1-2021. Le coût du risque a fortement baissé de 84% par rapport à la même période en 2021. Le RNPG ressort à 325 MDH, tiré par l'amélioration des marges et la baisse du coût du risque.
  • | Le 31/7/2022 à 19:10

    ODM lève 80 MDH sur le marché obligataire, une première dans le secteur de la santé au Maroc

    Le Groupe Oncologie et Diagnostic du Maroc (ODM) clôture avec succès une émission obligataire de 80 millions de dirhams auprès d'investisseurs privés, apprend Médias24.
  • | Le 31/7/2022 à 9:59

    L’encours des crédits bancaires dépasse les 1.000 MMDH à fin juin, les impayés reculent (BAM)

    D’un mois sur l’autre, l’encours du crédit bancaire progressé de 43 MMDH. Les créances en souffrance affichent un léger retrait de 688 MDH d’un mois sur l’autre à 86,7 MMDH. Elles augmentent cependant concernant les ménages. Sur 12 mois glissants, elles progressent de 4,8%.
  • | Le 29/7/2022 à 17:18

    En juin, le cash en circulation repart à la hausse et progresse de 8% sur une année glissante

    Le cash en circulation reprend une tendance haussière en juin 2022. Il progresse de 4,5 MMDH d’un mois sur l’autre. Parallèlement, les dépôts bancaires progressent de 2,2% par rapport au mois précédent, soit 23 MMDH en valeur.