Finance participative : un secteur toujours déficitaire mais qui progresse en 2021

| Le 27/7/2022 à 12:18
Le secteur est encore jeune et ses investissements et coûts opérationnels demeurent élevés. Les créances en souffrance y sont infimes, en deçà de 1% en 2021.

Le 25 juillet, lors de la présentation du rapport de la supervision bancaire de Bank Al-Maghrib (BAM) de l’année 2021, la directrice de la supervision chez BAM, Hiba Zahoui, a fait un aparté sur le secteur de la finance participative.

Le secteur a démontré une certaine résilience face à la crise du Covid malgré sa jeunesse. La responsable a livré quelques chiffres quant à l’évolution du secteur l’an dernier. En 2021, une grande évolution a été observée sur l’avancement du corpus légal et réglementaire relatif à la finance participative. « Les textes d’application du code des assurances relatifs à l’assurance Takaful ont été parachevés et ont reçu l’avis favorable du Conseil supérieur des Oulémas à ce sujet. Des opérateurs Takaful ont été agréés », note BAM.

Le secteur en quelques chiffres

A fin 2021, 176 agences bancaires de finance participative étaient présentes dans l’ensemble du pays. Durant cette même période, plus de 151.000 comptes à vue étaient ouverts et ont permis la distribution de 14 MMDH de financements participatifs. « Cela a principalement été destiné au secteur immobilier pour l’acquisition de logements », précise Hiba Zahoui.

Sur le secteur, on observe que les ressources collectées auprès de la clientèle sont inférieures aux financements accordés aux bénéficiaires de crédits. En 2021, le secteur enregistrait 5,2 MMDH de dépôts à vue et 1,8 MMDH de dépôts d’investissement. « Les banques ont donc dû rechercher des ressources alternatives auprès de leur banque mère », note Hiba Zahoui. « Sur ce plan, Bank Al-Maghrib a été amenée à mettre au point, en réponse à la crise, une ligne de refinancement des placements financiers des banques conventionnelles auprès des banques participatives dans le respect des conditions fixées par le Conseil supérieur des Oulémas. La Banque a également fixé le cadre devant régir le fonds collectif de garantie des dépôts de leur clientèle, dont le démarrage effectif est intervenu début 2022 », indique BAM dans son rapport.

Le secteur connaît une bonne dynamique et le déficit, certes persistant, s’allège au fur et à mesure des années.

Un déficit qui se résorbe progressivement

Le secteur a affiché un déficit de 207 MDH en 2021. Un déficit, certes, mais moindre que celui observé en 2020 et en 2019 avec des niveaux de déficit de 351 MDH et 425 MDH, respectivement.

Une donne qui s’explique par la jeunesse du secteur. « L’écosystème est jeune et toujours dans une phase d’investissement élevé avec des coûts opérationnels importants par rapport aux revenus que dégage leur activité », souligne Hiba Zahoui. Le PNB du secteur a presque doublé depuis 2019, avec un niveau qui s’établissait à 202 MDH, puis 337 MDH en 2020 et enfin 523 MDH en 2021.

Il est à noter également que le taux de créances en souffrance dans le secteur de la finance participative est très bas : moins de 1%, d’après la directrice de la supervision bancaire à BAM. « Les taux sont très faibles. Dans la mesure où ce sont principalement des financements du logement, les gens tiennent à cela et font tout pour pouvoir rembourser », conclut Hiba Zahoui.

lire aussi
  • | Le 3/8/2022 à 10:11

    Managem : le chiffre d’affaires en forte hausse de 81% à fin juin 2022

    Le groupe a bien profité de la contribution aurifère dans le chiffre d'affaires. Durant le second trimestre, l'Or de la mine de Tri-K comptait pour le tiers des revenus du groupe. La consolidation e la production et l'appréciation de la parité USD/MAD ont également poussé le chiffre d'affaires à la hausse.
  • | Le 1/8/2022 à 9:38

    Mutandis : chiffre d’affaires en hausse de 48% à fin juin 2022

    La hausse des prix de vente suite à l'augmentation des prix des intrants a été généralement bien acceptée. Les volumes de ventes progressent et le chiffre d'affaires dépasse le milliard de dirhams. Season a généré 235 MDH de revenus à fin juin. La dette bancaire recule de 18% par rapport à fin décembre 2021.
  • | Le 1/8/2022 à 9:05

    CDM : hausse de 17% du RNPG à fin juin 2022

    Le groupe a connu une bonne dynamique concernant les crédits à fin juin, en hausse de 4,7% par rapport au S1-2021. Le coût du risque a fortement baissé de 84% par rapport à la même période en 2021. Le RNPG ressort à 325 MDH, tiré par l'amélioration des marges et la baisse du coût du risque.
  • | Le 31/7/2022 à 19:10

    ODM lève 80 MDH sur le marché obligataire, une première dans le secteur de la santé au Maroc

    Le Groupe Oncologie et Diagnostic du Maroc (ODM) clôture avec succès une émission obligataire de 80 millions de dirhams auprès d'investisseurs privés, apprend Médias24.
  • | Le 31/7/2022 à 9:59

    L’encours des crédits bancaires dépasse les 1.000 MMDH à fin juin, les impayés reculent (BAM)

    D’un mois sur l’autre, l’encours du crédit bancaire progressé de 43 MMDH. Les créances en souffrance affichent un léger retrait de 688 MDH d’un mois sur l’autre à 86,7 MMDH. Elles augmentent cependant concernant les ménages. Sur 12 mois glissants, elles progressent de 4,8%.
  • | Le 29/7/2022 à 17:18

    En juin, le cash en circulation repart à la hausse et progresse de 8% sur une année glissante

    Le cash en circulation reprend une tendance haussière en juin 2022. Il progresse de 4,5 MMDH d’un mois sur l’autre. Parallèlement, les dépôts bancaires progressent de 2,2% par rapport au mois précédent, soit 23 MMDH en valeur.