BCP : Alpha Mena change sa recommandation sur le titre d’’accumuler’ à ‘alléger’

Rédaction Medias24 | Le 19/6/2022 à 7:24
Le groupe a affiché un bon regain de ses bénéfices au premier trimestre 2021 grâce à une bonne tenue des marges et une baisse du coût du risque. Cette tendance devrait se conserver sur le reste de l’année. Le groupe évolue dans un contexte global compliqué, marqué par le ralentissement de la production de crédits et fait face à la difficulté de générer une croissance externe et organique rentable. Le taux de contentieux est supérieur à la moyenne du marché.

Dans une note publiée cette semaine, la société de recherche Alpha Mena est revenue sur les performances du groupe BCP durant le premier trimestre 2022. Le groupe a affiché des indicateurs encourageants durant les trois premiers mois de l’année, notamment avec un bon regain de profitabilité et un RNPG en hausse de 66% à 831 MDH. Le PNB quant à lui ne progressait que de 2% à 4,9 MMDH.

Cependant, il faut rappeler que le groupe évolue dans un environnement globalement défavorable cette année, marqué par l’incertitude et l’inflation galopante. La société de recherche a revu ses prévisions sur le titre et anticipe un downside de 5% à 242 dirhams. La société de recherche recommande désormais d’alléger le titre dans les portefeuilles après l’avoir auparavant recommandé à l’accumulation,.

Un contexte économique tendu

Une performance notable dans un environnement bancaire encore affecté par les répercussions de la pandémie de Covid et les impacts de la guerre en Ukraine. En YTD, le cours de BCP a baissé de 9,2% à 255 dirhams à la clôture de la séance du 16 juin. La baisse du cours, à l’instar du marché s’est amorcée à l’éclatement de la guerre, fin février.

Source : medias24.com

Cette situation économique tendue pèse sur les banques nationales et notamment sur la BCP et continue d’affecter la valeur bancaire sur la détérioration de la qualité d’actif. « L’offensive russe en Ukraine est venue réduire les perspectives de croissance aussi bien au Maroc qu’à l’international et challenger le secteur bancaire » note Alpha Mena. La situation inflationniste observée a d’ailleurs été fortement catalysée par cette guerre. Les prévisions de croissance dans le pays ont été fortement revues à la baisse en 2022 avec une croissance de 0,7% désormais attendue contre 2,9% initialement.

Une rentabilité qui se consolide cette année mais des revenus compliqués à générer

L’amélioration du RNPG du groupe au premier trimestre 2022 surpasse celle des autres valeurs bancaires de la place. Bank of Africa et Attijariwafa Bank avaient affiché sur la même période des RNPG en hausse respective de 9% et 20,2%.

La banque a notamment amélioré son RNPG grâce à la bonne tenue des marges de commissions et des marges d’intérêts, en hausse respectives de 3,4% à 875 MDH et 9,5% à 3,3 MMDH. « Toutefois, en termes de croissance des revenus, BCP se classe troisième pénalisée par la baisse des revenus de marché » souligne la société de recherche. En effet, elles ont affiché une baisse de 34,8% à 480 MDH par rapport à la même période l’année précédente. Il convient de signaler que la profitabilité du groupe cette année devrait cependant bénéficier de la baisse du coût du risque sur la période après deux années de forte prudence. D’ailleurs sur les trois premiers mois de l’année 2022, ce dernier a baissé de 23% à 896 MDH.

Le groupe BCP, comme le reste du secteur, fait face à la difficulté cette année, de générer de la croissance sur ses revenus. Alpha Mena note que « dans l’absolu, les chiffres du secteur font état d’un ralentissement de la production des crédits qui devrait tirer vers le bas les perspectives de croissance des revenus en opérant dans un contexte de taux bas ». Avec la dégradation du climat économique, le groupe sera confronté à un contexte plus défavorable encore. « Notre avis défavorable tient compte également d’une qualité d’actif modeste au vu d’un taux de contentieux plus élevé en comparaison aux autres banques marocaines universelles » explique la société de recherche.

Le groupe pourra, concernant ses revenus, capitaliser sur les activités de Vivalis. « Toutefois, le vrai challenge de BCP est d’assurer une croissance (organique et externe) rentable, peu consommatrice en fonds propres » conclut Alpha Mena.

lire aussi
  • | Le 3/8/2022 à 10:11

    Managem : le chiffre d’affaires en forte hausse de 81% à fin juin 2022

    Le groupe a bien profité de la contribution aurifère dans le chiffre d'affaires. Durant le second trimestre, l'Or de la mine de Tri-K comptait pour le tiers des revenus du groupe. La consolidation e la production et l'appréciation de la parité USD/MAD ont également poussé le chiffre d'affaires à la hausse.
  • | Le 1/8/2022 à 9:38

    Mutandis : chiffre d’affaires en hausse de 48% à fin juin 2022

    La hausse des prix de vente suite à l'augmentation des prix des intrants a été généralement bien acceptée. Les volumes de ventes progressent et le chiffre d'affaires dépasse le milliard de dirhams. Season a généré 235 MDH de revenus à fin juin. La dette bancaire recule de 18% par rapport à fin décembre 2021.
  • | Le 1/8/2022 à 9:05

    CDM : hausse de 17% du RNPG à fin juin 2022

    Le groupe a connu une bonne dynamique concernant les crédits à fin juin, en hausse de 4,7% par rapport au S1-2021. Le coût du risque a fortement baissé de 84% par rapport à la même période en 2021. Le RNPG ressort à 325 MDH, tiré par l'amélioration des marges et la baisse du coût du risque.
  • | Le 31/7/2022 à 19:10

    ODM lève 80 MDH sur le marché obligataire, une première dans le secteur de la santé au Maroc

    Le Groupe Oncologie et Diagnostic du Maroc (ODM) clôture avec succès une émission obligataire de 80 millions de dirhams auprès d'investisseurs privés, apprend Médias24.
  • | Le 31/7/2022 à 9:59

    L’encours des crédits bancaires dépasse les 1.000 MMDH à fin juin, les impayés reculent (BAM)

    D’un mois sur l’autre, l’encours du crédit bancaire progressé de 43 MMDH. Les créances en souffrance affichent un léger retrait de 688 MDH d’un mois sur l’autre à 86,7 MMDH. Elles augmentent cependant concernant les ménages. Sur 12 mois glissants, elles progressent de 4,8%.
  • | Le 29/7/2022 à 17:18

    En juin, le cash en circulation repart à la hausse et progresse de 8% sur une année glissante

    Le cash en circulation reprend une tendance haussière en juin 2022. Il progresse de 4,5 MMDH d’un mois sur l’autre. Parallèlement, les dépôts bancaires progressent de 2,2% par rapport au mois précédent, soit 23 MMDH en valeur.