HPS : les investisseurs locaux considèrent que le titre est cher

| Le 20/4/2022 à 20:02
Le cours de HPS affiche une baisse de près de 6% en YTD. Pourtant, la valeur a affiché des indicateurs en bonne forme en 2021 avec de très fortes perspectives de croissance. La chute du marché en février a entrainé la valeur à la baisse. Pour une source du marché, la baisse s’explique aussi du fait que les investisseurs locaux la considèrent, injustement, comme chère. Le potentiel de croissance du groupe n’est pas pleinement considéré.

Depuis le début de l’année, le cours de HPS a reculé de 5,9% à 6.380 dirhams contre 6.780 dirhams en début d’année. Cette performance peut paraître étonnante étant donné les bonnes performances du groupe enregistrées en 2021 ainsi que les bons leviers de croissance dont il dispose.

En effet, l’an dernier, HPS a amélioré sa capacité bénéficiaire de 17% et a affiché des revenus consolidés en progression de 14,4%.

Le cours du groupe a été affecté par différents facteurs. Premièrement, à l’instar du reste du marché, l’escalade du conflit entre la Russie et l’Ukraine a fait flancher le cours courant du mois de février. Mais l’atonie qui règne trouve également son fondement ailleurs.

Source : medias24.com

Un titre injustement considéré comme cher

Depuis, la reprise est assez poussive et cela ne reflète pas le véritable potentiel du titre en bourse.

Contacté, un analyste de la place nous explique que le titre est jugé trop cher par les investisseurs locaux. « La seule raison que je vois, c’est que le marché considère que la valeur affiche des ratios de valorisation relativement élevés, même s’ils sont complètement justifiés. Les investisseurs locaux trouvent, à tort, que la valeur est assez chère » explique notre interlocuteur.

Cette atonie est également liée à une certaine méconnaissance persistante de la part de certains investisseurs locaux. Pour notre source, le marché local atteint un plafond psychologique qui le pousse à attendre avant d’investir. Le potentiel de croissance du groupe est, selon notre interlocuteur, partiellement incompris. « Cela a été assez commun concernant le titre HPS. Les investisseurs locaux sont toujours restés dans l’attente et n’ont pas profité de la hausse du cours » explique-t-il. Concernant la valeur HPS, les investisseurs les mieux positionnés sur le titre sont les investisseurs étrangers. « Ce sont eux qui ont le plus rapidement compris le potentiel du titre. Maintenant que les étrangers ont leurs positions, ils attendent. Désormais les institutionnels locaux auraient dû reprendre le dessus, mais comme ils considèrent que le titre est trop cher, ils n’achètent pas » explique notre source.

Actuellement le P/E du groupe tourne autour de 33,6x. Pour notre source, les investisseurs comparent à tort ce ratio avec celui de la cote. « Ils se disent pourquoi investir dans une valeur qui traite à 33x alors que la bourse traite à environ 22x. Malheureusement, il faut aussi prendre en compte que les perspectives de croissance du groupe sont également largement supérieures à la moyenne de la bourse » explique l’analyste.

Un fort potentiel durable de croissance et de profitabilité

Le groupe dispose pourtant d’un fort potentiel de croissance. Dans sa dernière note en réaction aux résultats 2021, la société de recherche CFG Bank recommandait le titre à l’achat avec un upside de 28,7% à 8.215 dirhams contre 6.380 dirhams à l’ouverture de la séance du 20 avril.

En 2021 déjà, le groupe affichait un redressement de ses indicateurs et ce, malgré une situation internationale toujours marquée par les restrictions liées au Covid-19 ainsi qu’un impact négatif de la parité USD/MAD.

Mais le groupe dispose de très bonnes perspectives commerciales notamment grâce au renforcement de +28% de son carnet de commandes à 733 MDH. « Nous pensons que le niveau du carnet de commandes est l’ultime indicateur de la santé et de la performance du groupe, car même si la croissance du groupe peut sembler faible ou s’il n’est pas en mesure de délivrer une croissance du chiffre d’affaires dans l’immédiat, nous savons pertinemment que l’avenir réserve de belles perspectives » expliquait CFG Bank dans sa note.

Qui plus est le groupe pourra capitaliser sur ses activités core business, notamment l’activité 'Processing' grâce à l’acquisition des deux sociétés IPRC et ICPS pour renforcer son positionnement sur le continent. L’activité 'Solutions' (62% du CA en 2021, ndlr) progressera fortement grâce à la conclusion de nouveaux contrats signés sur différents continents. L’activité 'Services' a été assez perturbé par les restrictions de déplacements en 2021 avait connu une baisse de 5,1% de son chiffre d’affaires à 94,5 MDH. Néanmoins avec la levée des restrictions, la situation s’est améliorée sur le S2-2021 et continuera sur le reste de 2022. In fine, avec une capacité à améliorer ses marges opérationnelles année après année, HPS devrait afficher un taux de croissance annuel moyen de 28,7% du résultat net du groupe durant la période 2021-2025, selon les projections de CFG Bank.

lire aussi
  • | Le 2/2/2023 à 17:07

    IPO : de hauts cadres relatent leur expérience face aux défis de la communication

    Dans le cadre d’une conférence sur la réputation financière, organisée par l’agence Bonzaï, plusieurs cadres de sociétés cotées ont fait part des challenges qu’ils ont dû relever dans leur communication. Le PDG de Cosmos Electro, Fahd Bennani, revient notamment sur l'IPO avortée de l'entreprise, à la suite d'un litige juridique concernant l'un de ses points de vente.
  • | Le 1/2/2023 à 14:01

    Pourquoi les crédits de trésorerie ont-ils connu une forte hausse en 2022 ?

    En 2022, l’encours des comptes débiteurs et crédits de trésorerie a augmenté de 16% à 262 MMDH. Une hausse notable et multifactorielle, selon une source du secteur bancaire.
  • | Le 31/1/2023 à 17:15

    Les raisons de la hausse du cash en circulation en 2022

    L'année dernière, le cash en circulation a atteint 355 MMDH. La monnaie fiduciaire représente désormais près de quatre fois la taille du déficit de liquidité bancaire, estimé à 89,1 MMDH fin 2022. Selon Bank Al-Maghrib, différents facteurs comme l'inflation ou encore la forte hausse des transferts des MRE sont en cause.
  • | Le 31/1/2023 à 9:38

    Le crédit bancaire progresse de 75 MMDH en 2022, les créances en souffrance augmentent

    En 2022, l’encours des crédits bancaires a progressé de 7,6% par rapport à l’année précédente.
  • | Le 30/1/2023 à 16:16

    Qui contrôle les principales banques commerciales au Maroc ?

    En fin d'année, le paysage bancaire a évolué avec la prise de contrôle de Crédit du Maroc par Holmarcom. Voyons comment se répartit désormais le capital des principales banques commerciales du pays. Infographie.
  • | Le 23/1/2023 à 13:46

    En 2022, les dépenses de compensation ont atteint 42 MMDH

    Le Trésor a connu l’an dernier une amélioration de ses recettes, alors que les dépenses de compensation ont presque doublé par rapport à 2021. Le déficit budgétaire global demeure assez stable à 69,5 MMDH.