Le rôle des assureurs privés dans la couverture santé au cœur du Rendez-vous de l’assurance

M.Ett | Le 24/3/2022 à 19:05
Réduire les inégalités d’accès aux soins, favoriser la prévention, contribuer à l’innovation, voici le rôle des assureurs privés dans la couverture santé, tels que discutés lors du Rendez-vous de l’assurance, organisé par la FMSAR.

Le sujet du rôle des assureurs privés dans la couverture santé a été discuté lors de la 8ème édition du Rendez-Vous de Casablanca de l’Assurance qui se tient les 23 et 24 mars 2022, organisée par la Fédération Marocaine des Sociétés d’Assurances et de Réassurance (FMSAR).

Le sujet est évidemment d’actualité. Le Maroc est engagé dans une réforme de la protection sociale à l’horizon 2025. L’un des axes majeurs de cette réforme porte sur la généralisation de l’Assurance maladie obligatoire (AMO) à fin 2022 au profit de 22 millions de personnes supplémentaires.

Mohamed Hassan Bensalah, Président de la Fédération Marocaine des Sociétés d’Assurances et de Réassurance (FMSAR), s’est attardé sur ce sujet lors de son discours à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de cet évènement.

Il a souligné qu’ : « après de longues expériences dans l’assurance santé, qui a démarré au lendemain de l’indépendance, les assureurs marocains ont développé une expertise considérable. Une expertise qui nous permet d’offrir une réelle valeur ajoutée à nos assurés. Une expertise sans laquelle nous n’aurions pas pu faire l’avènement de l’assurance maladie obligataire en 2005 ».

« L’assurance santé représente plus de 10% des primes du secteur. Il s’agit là d’un pont important de notre activité. Nous sommes conscients que nous deviendrons progressivement des assureurs complémentaires. Mais il faudra le faire d’une manière concertée et programmée, pour épargner les compagnies ainsi que les agents et les courtiers d’une baisse brusque de leurs revenus. Nous avons aujourd’hui la chance de disposer d’un outil formidable qui offre de nombreuses possibilités. C’est le digital. Il peut permettre à nos systèmes d’interagir et de mettre en place une plateforme unique qui intègre l’ensemble des gestionnaires de l’assurance maladie et des prestataires de soins, à l’instar d’autres pays. »

« Le projet d’élargissement de la couverture santé provoquera sans doutes un changement important pour notre secteur et ouvrira la porte à des opportunités intéressantes pour les assureurs complémentaires, d’autant plus qu’elles sont propices à l’innovation notamment à l’intégration de services de confort et d’assistance ».

« Toutefois, la vigilance reste de mise face à ce projet. « Nous devons tout de même rester vigilants pour ne pas compromettre nos équilibres financiers et techniques. Le système de santé est actuellement soumis à de fortes pressions et ça ne va pas s’arranger avec le vieillissement de la population et la montée en charge de certaines pathologies », estime-t-il

L’exemple de la France

Florence Lustman, Présidente de France Assureurs, est intervenue, à distance, lors de cet évènement afin de parler du rôle des assureurs privés dans la couverture santé en France.

Selon elle, les assureurs privés contribuent, entre autres, à limiter les inégalités d’accès aux soins, favoriser le développement des innovations dans le secteur de la santé et à développer différentes garanties. Ils jouent également un grand rôle dans la démarche de la prévention.

« Nous contribuons (assureurs privés, ndlr) à limiter les inégalités d’accès aux soins. Nous prenons en charge plus de 70% des frais d’optique, 40% des frais dentaires et 30% en audiologie. Au total, nous remboursons plus de 20% des dépenses de soins de vie », a-t-elle indiqué.

Et d’ajouter : « Nous avons également diffusé des innovations telles que la téléconsultation. Les pouvoirs publics ont pu découvrir la téléconsultation à la lumière de la crise du Covid. Ce sont bien des contrats d’assurance privée qui ont proposé cette solution qui ne remplace pas évidement l’analyse clinique mais elle peut aider à mieux orienter le médecin sur les actes du diagnostic ».

« Sur le fractionnement des parcours, on a développé toute une série garanties pour aider nos assurés quand ils doivent se faire hospitalier. On leur propose un deuxième avis médical. On les aide à trouver un établissement de soin. On les aide dans les démarches administratives. Et puis à la sortie de l’hôpital on les ramène chez eux et on peut leur offrir des aides à domicile. L’accompagnement c’est le métier des assureurs et de leurs filiales ».

Face au défi de la prévention qui se présente au secteur de la santé, les assureurs complémentaires sont bien positionnés pour accompagner les assurés.

« La sécurité sociale a un socle standardisé pour tous les Français. La prévention consiste à s’adresser aux gens quand ils ne sont pas malades. Mais la protection sociale n’intervient pas quand on n’est pas malade. Ce sont les complémentaires de santé qui accompagnent leurs assurés tout au long de leur vie », souligne-t-elle.

Les assureurs soutiennent le domaine de la santé également par l’investissement.

« Nous sommes les gros investisseurs dans l’économie productive. En France, le total du marché d’assurance représente 2.700 milliards d’euros dont plus de 60% sont investis directement dans l’économie productive, et en particulier dans le domaine de la santé et dans l’innovation en santé. En repérant des innovations technologiques, les assureurs investissent pour aider des startups à se développer. Quand ça marche, ils proposent des garanties innovantes dans leurs contrats ».

lire aussi
  • | Le 29/9/2022 à 18:14

    TGCC en accord avec son business plan, évoque sa lutte contre l’inflation des intrants

    Lors de sa conférence de presse, le management du groupe a exposé les bons résultats du premier semestre et a décrit les moyens mis en œuvre pour lutter contre la hausse du prix des intrants. TGCC n’a pas caché ses ambitions continentales, indiquant que des projets d’envergure seraient annoncés d’ici la fin de l’année. Son chiffre d’affaires dans cette zone devrait tripler d’ici deux ans.
  • | Le 27/9/2022 à 17:22

    Voici pourquoi Maroc Telecom continue de baisser en bourse

    Nouvelle sanction, hausse du taux directeur, risque inflationniste… Voici les facteurs qui alimentent la baisse du titre Maroc Telecom en bourse.
  • | Le 26/9/2022 à 15:17

    Aradei Capital poursuit sa croissance en profitant du programme d’investissement lancé

    Les résultats d'Aradei Capital, au titre du premier semestre 2022, ont connu une belle évolution, profitant des résultats du programme d’investissement du groupe. Un analyste de la place, joint par LeBoursier, anticipe la même tendance pour l’année 2023.
  • | Le 26/9/2022 à 14:32

    HPS : hausse de 83% du résultat net part du groupe au premier semestre 2022

    Les revenus consolidés de HPS ont grimpé de 22,6% au premier semestre 2022. Le résultat net part du groupe ressort à 67,7 MDH, en hausse de 83,8%. Voici l’évolution détaillée des principaux indicateurs de HPS.
  • | Le 26/9/2022 à 8:53

    Les investisseurs partagés sur l’évolution du taux directeur (AGR)

    D’après des acteurs sondés par Attijari Global Research (AGR) sur l’évolution du taux directeur en marge de la troisième réunion de politique monétaire de Bank Al-Maghrib, les avis sont partagés. 49% anticipent un statu quo et 51% pensent que la Banque centrale augmentera le taux directeur.
  • | Le 26/9/2022 à 8:35

    Label’Vie : hausse de 37% du résultat net à fin juin 2022

    L’évolution du réseau du groupe et la bonne performance à niveau constant ont permis au groupe d’améliorer sa rentabilité. Les ouvertures de douze nouveaux points de ventes sont attendus au deuxième semestre.