Voici les avantages et les exigences d'une IPO

M.Ett | Le 23/2/2022 à 18:50
L’équipe gestionnaire de la Bourse de Casablanca a présenté les avantages et les exigences d’une Introduction en Bourse, lors d’un point de presse organisé mardi 22 février. L’appétit du marché pour de nouvelles introductions a été également souligné. Détails.

L’Introduction en Bourse (IPO) est « la priorité stratégique » de l’équipe de gestion de la Bourse de Casablanca, comme souligné lors d’un point de presse organisé mardi 22 février.

A rappeler que la Bourse de Casablanca lance une campagne de vulgarisation autour de l’IPO. C’est une campagne de proximité destinée aux dirigeants.

Tarik Senhaji, le DG de la bourse, a évoqué quelques résistances qui peuvent se manifester chez les chefs d’entreprises, notamment la peur d’ouvrir son capital et de partager son gain. Selon lui, « une introduction en bourse est avant tout un moyen pour générer beaucoup de valeur ».

Et d’expliquer : « Il y des chefs d’entreprissent qui pensent que s’ils optent pour une introduction en bourse ils devraient partager leur gain avec d’autres personnes. Ces entreprises doivent savoir que si elles ne renforcent pas leur capital, elles seront prises dans une spirale. Plus elles s’endettent plus elles doivent travailler pour rembourser leur dettes et moins elles vont investir pour le futur, sur leur outils industriels et sur leur produits. Ainsi les résultats vont pâtir », a expliqué  Tarik Senhaji, le DG de la bourse.

En ce qui concerne la peur liée à la perte du contrôle, le DG de la bourse insiste sur le fait que « la bourse est la façon la plus libre pour se financer ».

« Le chef d’entreprise a l’impression que s’introduire en bourse c’est une perte de contrôle. Et qu’il est préférable d’aller soit vers un ami soit vers un fonds d’investissement parce qu’il va moins perdre le contrôle. La bourse de Casablanca est l’outil de financement qui donne au chef d’entreprise plus de contrôle pour sur son entreprise. Quand on entre à la bourse, il n’y a aucun représentant des investisseurs qui vient dicter au chef d’entreprise quoi faire », explique-t-il.

Les avantages d’une introduction en bourse pour l’entreprise

Ainsi, l’entreprise cotée bénéficie d’une flexibilité et d’une valorisation continue, tout en gardant le contrôle et l’autonomie totale sur ses organes de gestion. Parmi ces avantages, il y a lieu de citer :

– Un impact positif sur l’image de l’entreprise et sa notoriété,

– Un accès à des financements additionnels pendant tout le cycle de vie de l’entreprise

– Une contribution à la pérennité de l’entreprise par la mise en place de bonnes pratiques de gouvernance,

– Un fort impact sur les opportunités d’affaires grâce à la garantie de transparence et de bonne gouvernance dont bénéficient les entreprises cotées

– Une valorisation du patrimoine et de la liquidité offerte par le marché

– Une facilitation du transfert de l’entreprise, notamment en cas de succession.

S’ajoute à cela des avantages fiscaux. En s’introduisant en bourse, l’entreprise bénéficie d’une réduction de 50% de l’Impôt sur les Sociétés (IS) dû pendant les 3 exercices suivant l’introduction en Bourse. Elle bénéficie également d’une réduction de 25% de l’IS en cas de cession d’actions.

Une entreprise cotée gagne en termes d’institutionnalisation, de crédibilité financière, de transparence et de notoriété. Il s’agit de la seule solution de financement qui donne aujourd’hui à l’entreprise sa valeur future. Elle est un accélérateur de développement et un garant de la pérennité.

Par ailleurs, les IPO stimulent le dynamisme du marché boursier et créent ainsi un environnement propice à une accélération de la croissance économique, des flux étrangers et une amélioration des agrégats économiques.

En face, les exigences d’une IPO se limitent en :

– La préparation du processus d’introduction (demande du visa de l’AMMC, roadshow auprès des investisseurs,…). Ce processus prend de 4 à 6 mois.

– La structuration de la gouvernance (avoir un organigramme et des fiches de poste,…) et la mise en place un comité d’audit.

– La nécessité d’avoir deux administrateurs indépendants.

– La réalisation d’un reporting régulier.

Il y a une grande demande pour les IPO de la part des investisseurs 

L’équipe gestionnaire de la bourse de Casablanca est revenue sur les dernières recrues, notamment TGCC qui a rejoint la cote en décembre 2021, après une levée de 600 MDH.

Cet exemple a été donné afin d’illustrer le potentiel de la Bourse et de la forte demande qui existe sur le marché. Les investisseurs sont en effet demandeurs de nouvelles entreprises qui s’introduisent en bourse.  A rappeler que pas loin de 12.000 investisseurs particuliers ont fait confiance à la fois à TGCC et à la Bourse.

Le montant souscrit de l’ordre de 13,2 milliards de dirhams a dépassé de loin la demande de l’entreprise de 600 MDH sollicités. L’opération a été souscrite 22 fois ! Le titre a été réservé à la hausse pendant plusieurs jours suivant sa 1ère cotation.

La Bourse estime que l’engouement des personnes physiques pour cette opération prouve la grande liquidité du marché et sa capacité à être un instrument puissant pour la mobilisation massive et rapide de l’épargne. Cette grande mobilisation est un message de confiance très fort des investisseurs.

Rappelons également que l’IPO de Aradei Capital (2020), qui a eu lieu en pleine crise, a été souscrite 4,3 fois.

lire aussi
  • | Le 30/9/2022 à 16:10

    Alliances : le RNPG progresse de 77% à fin juin

    Le groupe a pu améliorer son résultat grâce à la bonne maîtrise de ses charges et à la hausse des marges opérationnelles. Le carnet de commandes s'élève à 3,1 MMDH.
  • | Le 30/9/2022 à 8:58

    Ciments du Maroc : baisse de 18% du résultat net

    Le chiffre d’affaires a été maintenu par rapport à la même période en 2021 grâce à la bonne tenue des ventes de clincker à l’export et des matériaux de construction. La hausse des coûts de production, notamment de petcoke, a rogné sur les marges et le résultat net.
  • | Le 29/9/2022 à 18:14

    TGCC en accord avec son business plan, évoque sa lutte contre l’inflation des intrants

    Lors de sa conférence de presse, le management du groupe a exposé les bons résultats du premier semestre et a décrit les moyens mis en œuvre pour lutter contre la hausse du prix des intrants. TGCC n’a pas caché ses ambitions continentales, indiquant que des projets d’envergure seraient annoncés d’ici la fin de l’année. Son chiffre d’affaires dans cette zone devrait tripler d’ici deux ans.
  • | Le 27/9/2022 à 17:22

    Voici pourquoi Maroc Telecom continue de baisser en bourse

    Nouvelle sanction, hausse du taux directeur, risque inflationniste… Voici les facteurs qui alimentent la baisse du titre Maroc Telecom en bourse.
  • | Le 26/9/2022 à 15:17

    Aradei Capital poursuit sa croissance en profitant du programme d’investissement lancé

    Les résultats d'Aradei Capital, au titre du premier semestre 2022, ont connu une belle évolution, profitant des résultats du programme d’investissement du groupe. Un analyste de la place, joint par LeBoursier, anticipe la même tendance pour l’année 2023.
  • | Le 26/9/2022 à 14:32

    HPS : hausse de 83% du résultat net part du groupe au premier semestre 2022

    Les revenus consolidés de HPS ont grimpé de 22,6% au premier semestre 2022. Le résultat net part du groupe ressort à 67,7 MDH, en hausse de 83,8%. Voici l’évolution détaillée des principaux indicateurs de HPS.