OPCI : l’écosystème est en plein expansion (expert)

M.Ett | Le 2/2/2022 à 18:36
L‘écosystème des OPCI a connu un bon dynamisme en 2021. Sollicité par LeBoursier, un directeur général d’une société de gestion des OPCI fait le point sur l’évolution de cette industrie et parle de ce qui a favorisé son développement.

L’industrie naissante des Organisme de Placement Collectif Immobilier (OPCI) est en plein essor. C’est ce qui ressort de l’analyse faite par le directeur général d’une société de gestion des OPCI, joint par LeBoursier.

L’année 2021 a été dynamique pour cette industrie. « L’année écoulée a connu la création de pas mal d’OPCI. Aujourd’hui, il y a une bonne vingtaine d’OPCI qui ont été agrées en l’espace de 2 ans seulement. Cela correspond à pratiquement 1 OPCI par mois. Le marché comporte 9 sociétés de gestion. Cela fait un agrément de société de gestion tous les deux mois. L’actif sous géré par l’ensemble des sociétés de gestion s’approche des 20 milliards de DH. Ces données démontrent l’ampleur de l’évolution de cette écosystème », indique-t-il.

A rappeler que le premier agrément délivré par l’AMMC a été obtenu par Ajarinvest, filiale du groupe CDG, en 2019. L’industrie des OPCI a en effet vu le jour au Maroc quelques mois avant le déclenchement de la crise du Covid-19. Cela n’a pourtant pas freiné son évolution.

« On voit bien que l’évolution de cet écosystème est très importante. D’ailleurs, les chiffres délivrés par l’AMMC ont montré que sur une année glissante, la taille des actifs a augmenté de 101% », continue-t-il.

Notre interlocuteur trouve que le cadre réglementaire et législatif a favorisé cette évolution. « Le développement de cette industrie depuis sa création montre l’engouement des opérateurs pour cette activité. Cela montre également que la loi sur les OPCI a été bien rédigée. C’est une chose qui est extrêmement importante. Les opérateurs du marché trouvent que cette loi est bien faite, si ce n’était pas le cas ils ne se seraient pas aventurés à créer autant de sociétés de gestion et autant d’OPCI», estime-t-il.

S’ajoute à cela le volet fiscal. « La disposition fiscale qui fait que l’apport en nature est exonéré d’impôt, -au moment de l’apport- a encouragé la création d’OPCI. La validité de cette exonération prend fin à fin 2022.

« La volonté des opérateurs à revaloriser les biens qu’ils détiennent et à renforcer leurs fonds a également joué un rôle dans l’évolution de l’industrie, notamment les banques et les compagnies d’assurance », ajoute notre interlocuteur.

La bonne progression de cette industrie devrait se poursuivre 2022, d’après notre source.

Par ailleurs, « le plan comptable, qui est prêt, n’est pas encore approuvé par la plénière. Cela ne freine pas l’activité parce que les sociétés de gestion des OPCI publient leur valeur liquidative en tenant compte du projet de plan comptable qui a été approuvé par les instances du Conseil national de la comptabilité », indique notre interlocuteur.

A noter que la Caisse Marocaine des Retraites (CMR), qui a obtenu son 1er agrément d’OPCI en septembre dernier, projette de créer Cinq autres OPCI pour y loger les actifs immobiliers acquis auprès de l’Etat entre 2019 et 2020 dans le cadre des opérations de financements innovants.

lire aussi
  • | Le 26/9/2022 à 8:53

    Les investisseurs sont partagés quant à l'évolution du taux directeur (AGR)

    D'après des acteurs sondés par Attijari Global Research (AGR) au sujet de l'évolution du taux directeur en marge de la 3e réunion de politique monétaire de Bank Al Maghreb, les avis sont partagés. 49% anticipent un statu-quo et 51% pensent que la banque centrale augmentera le taux directeur.
  • | Le 26/9/2022 à 8:35

    Label'Vie : hausse de 37% du résultat net à fin juin 2022

    L'évolution du réseau du groupe et la bonne performance à niveau constant a permis au groupe d'améliorer sa rentabilité. Les ouvertures de 12 nouveaux points de ventes sont attendus au S2.
  • | Le 26/9/2022 à 8:18

    LafargeHolcim Maroc : baisse de 27% du chiffre d'affaires à fin juin

    Le groupe fait face à une conjoncture de marché défavorable notamment avec la forte hausse du prix des intrants. La hausse de la contribution sociale a également rogné sur le résultat net du groupe. La tendance baissière pourrait se maintenir au S2-2022.
  • | Le 25/9/2022 à 15:38

    Rachat du Crédit du Maroc : Holmarcom se prépare à verser 4 milliards de dirhams au profit du Crédit Agricole

    Cette transaction est en cours de préparation, selon une source sûre. Les banques ont d'ores et déjà commencé à constituer une enveloppe pour couvrir cette sortie de devises qui signera officiellement le passage de témoin entre le groupe bancaire français et le groupe de la famille Bensalah. Le marché prévoit ce versement avant la fin de l'année.
  • | Le 25/9/2022 à 15:25

    Auto Hall : des résultats en baisse attendus, le groupe dispose de bons arguments au S2

    Le contexte global du marché a pesé sur Auto Hall au premier semestre. Avec la perte de pouvoir d’achat des ménages et la crise des semi-conducteurs, le groupe a vu son chiffre d’affaires et sa rentabilité se dégrader. Cependant, ces performances étaient attendues et en ligne avec les prévisions.
  • | Le 25/9/2022 à 15:20

    Assurance : bonne évolution du secteur coté au 1er semestre 2022

    Hausse des primes émises, progression des résultats semestriels, recommandations des analystes… Voici comment évolue le secteur des assurances cotées.