OPR Centrale Danone: les explications de la PDG Nathalie Alquier

B.B | Le 7/12/2021 à 11:08
Dans une interview accordée à LeBoursier, Nathalie Alquier, PDG de Centrale Danone, apporte des précisions sur les raisons derrière le retrait de la Bourse et rassure sur les perspectives de développement de Danone au Maroc.

Le 3 décembre, le cours de bourse de Centrale Danone a été suspendu. La bourse de Casablanca annonçait dans sa note que « suite la demande de l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux, la cotation des titres de capital de Centrale Danone est suspendue à partir du 03/12/2021, et ce suite au dépôt d’un projet d’offre publique ».

Le groupe a communiqué sur cette suspension dans la matinée du 6 décembre suite à la réunion de son conseil d’administration le 2 décembre. Il a indiqué que  « le Conseil d’Administration de Centrale Danone a décidé de procéder à la radiation de ses titres de capital de la cote de la Bourse de Casablanca, en raison d’un flottant très réduit et de la faible liquidité du titre ».

Mais quelles seront les répercussions de cette décision concernant les activités du groupe au Maroc ? Dans une interview accordée à Médias24/LeBoursier, la présidente directrice générale du groupe, Nathalie Alquier, explique les raisons derrière ce retrait de la cote et ce que cela implique pour les activités du groupe.

 

Médias 24 : Quelles sont les motivations derrière le retrait de Centrale Danone de la Bourse de Casablanca ?  L’illiquidité du titre Centrale Danone dure depuis un certain temps, pourquoi opter pour le retrait maintenant ?

Nathalie Alquier : Il est vrai que le titre est illiquide et peu couvert par les analystes financiers et cela dure depuis un certain temps mais il nous a fallu quelque temps pour étudier la faisabilité du projet, en voir les avantages et les inconvénients pour pouvoir le proposer à notre conseil qui l’a donc voté la semaine dernière.

Ce retrait de la Bourse des Valeurs de Casablanca est donc simplement motivé par le flottant réduit et la faible liquidité du titre ; c’est une opération de simplification purement technique.

Par ailleurs je vous rappelle que Danone SA, société de tête du groupe Danone, est une société dont les actions sont cotées à Paris. Ses filiales n’ont pas vocation à être cotées dans les bourses des pays dans lesquels elles sont implantées.

– Est-ce que ce retrait boursier pourrait se traduire par un retrait ou un repositionnement des activités de Centrale Danone au Maroc ?

Pas du tout ! Danone renforce sa participation au niveau de Centrale Danone ! Ce retrait n’est donc pas un désengagement stratégique -au contraire d’ailleurs, il conduira l’actionnaire Gervais-Danone à augmenter encore plus sa participation dans Centrale Danone.

Le Maroc est un pays stratégique pour Danone en Afrique. Les récents investissements sur l’usine de Meknès en sont une illustration. Nous venons d’investir plus de 50 Millions de dirhams pour la doter d’une chaudière biomasse permettant d’atteindre une empreinte zéro émission Carbone d’énergie thermique et pour l’équiper d’un méthaniseur d’une capacité de 5.000 tonnes qui permet à l’usine de traiter l’ensemble de ses rejets liquides et solides.

Danone reste donc pleinement engagée au Maroc, avec une approche centrée sur le consommateur et un développement éco-responsable conformément aux engagements « One Planet » pour un monde plus durable.

– Pouvez-vous nous donner une idée sur les détails de l’OPR.

-L’ensemble des détails de l’opération sont communiqués et publiés par l’AMMC (Autorité Marocaine des Marchés des Capitaux) sur son site officiel. Je vous invite à les consulter.

– Comment se porte Centrale Danone maintenant et quelles sont ses perspectives ?

-Danone est pleinement engagé dans le développement de son activité au Maroc en continuant à proposer des produits innovants et adaptés aux habitudes de consommation marocaines, tant pour les marques mondiales de Danone que les marques marocaines détenues par Centrale Danone.

Au vu de l’évolution du marché marocain des produits laitiers, ainsi que du niveau encore faible de la consommation de produits laitiers au Maroc, nous estimons que ce secteur continue à présenter un potentiel de croissance important dans les années à venir.

Danone anime au Maroc un écosystème socio-économique composé de 4 usines, 3.600 collaborateurs, 50.000 éleveurs-partenaires et 75.000 points de vente. Le Maroc accueille également une unité de Recherche & Nutrition comprenant 25 personnes qui fait partie d’un réseau de 400 chercheurs Danone à travers le monde.

 

Centrale Danone : Finances, illiquidité, faible capitalisation, ce que l’on sait suite à l’annonce de retrait

lire aussi
  • | Le 25/9/2022 à 15:38

    Rachat du Crédit du Maroc : Holmarcom se prépare à verser 4 milliards de dirhams au profit du Crédit Agricole

    Cette transaction est en cours de préparation, selon une source sûre. Les banques ont d'ores et déjà commencé à constituer une enveloppe pour couvrir cette sortie de devises qui signera officiellement le passage de témoin entre le groupe bancaire français et le groupe de la famille Bensalah. Le marché prévoit ce versement avant la fin de l'année.
  • | Le 25/9/2022 à 15:25

    Auto Hall : des résultats en baisse attendus, le groupe dispose de bons arguments au S2

    Le contexte global du marché a pesé sur Auto Hall au premier semestre. Avec la perte de pouvoir d’achat des ménages et la crise des semi-conducteurs, le groupe a vu son chiffre d’affaires et sa rentabilité se dégrader. Cependant, ces performances étaient attendues et en ligne avec les prévisions.
  • | Le 25/9/2022 à 15:20

    Assurance : bonne évolution du secteur coté au 1er semestre 2022

    Hausse des primes émises, progression des résultats semestriels, recommandations des analystes… Voici comment évolue le secteur des assurances cotées.
  • | Le 23/9/2022 à 15:50

    Managem : les bénéfices à fin juin dépassent le milliard de dirhams

    Avec un effet de change favorable, un bon maintien des niveaux de production et une appréciation des cours des métaux de base sur la période, la profitabilité du groupe explose. Elle passe de 185 MDH à fin juin 2021 à 1 210 MDH à fin juin 2022.
  • | Le 23/9/2022 à 15:12

    Disway : baisse de 15% du RNPG à fin juin

    La hausse du dollar et des coûts d'achat a pesé sur le résultat d'exploitation et la rentabilité. L'endettement atteint 252 MDH à fin juin 2022 contre -29 MDH à la même période l'an dernier.
  • | Le 23/9/2022 à 9:43

    Attijariwafa Bank : hausse de 16,2% du RNPG au 1er semestre 2021

    Les réalisations du groupe Attijariwafa Bank sont en hausse au premier semestre 2021. Le résultat net part du groupe a atteint trois milliards de DH, en progression de 16,2%.