Startup : Freterium raconte son passage au Y Combinator après une nouvelle levée de fonds

B.B | Le 11/11/2021 à 18:58
Après trois mois d’incubation au prestigieux Y Combinator, la startup marocaine d’optimisation logistique Freterium concrétise une nouvelle levée de fonds. Son CEO, Mehdi Cherif Alami nous raconte cette aventure et les possibilités offertes par la participation d’un pionnier américain du secteur dans son tour de table.

Fondée fin 2018, la startup marocaine Freterium, spécialisée dans l’optimisation de la logistique a été accompagnée dans la première promotion de 212Founders. Dans le cadre de ce programme, la jeune entreprise a levée 3 millions de dirhams en avril 2020 pour accélérer son développement. Pour rappel, la startup a développé une plateforme en SaaS (software as a service) qui agit comme un réseau collaboratif. Les clients peuvent intégrer tout leur écosystème logistique sur la plateforme en les invitant à utiliser Freterium.

En juin dernier, Freterium intégrait le prestigieux incubateur californien Y Combinator. Une pépinière ultra sélective qui n’accepte que 1% à 2% des postulants. Après ce passage et un investissement symbolique de 125.000 dollars (1,1 MDH) de l’incubateur dans Freterium, la jeune pousse marocaine a concrétisé une levée de fonds auprès de Flexport, l’une des startups spécialisées en logistique la plus performante au monde. La startup s’est également fixé un objectif au début du Y Combinator : tripler le chiffre d’affaires en trois mois.

Contacté, le CEO et co-fondateur du groupe, Mehdi Chérif Alami nous explique cette aventure dans l’un des incubateurs les plus prisés au monde et les nouvelles ambitions de Freterium.

3 mois de suivi et de formation pour tripler le chiffre d’affaires

L’objectif du Y Combinator est d’incuber les lauréats et les faire accéder à un programme d’incubation de 3 mois auprès d’interlocuteurs et de mentors de très haut niveau. Il s’agit d’entrepreneurs et venture-capitalistes hautement expérimentés dans le monde des startups venant conseiller les lauréats en mettant l’accent sur la vente de leur produit. Pour ce faire, Freterium a rencontré ces  mentors à hauteur de deux sessions par semaine pour parfaire son processus de vente et atteindre ses objectifs.

« Nous étions entièrement en distanciel avec la pandémie. L’objectif était de recueillir des conseils sur des sujets précis liés aux process en place dans l’entreprise ainsi qu’aux ambitions ou encore aux recrutements. L’autre rendez-vous servait de débrief sur les accomplissements réalisés au cours de la semaine. Je parle ici, de nouveaux prospects engagés, signatures de contrats, etc… Cela met énormément de pression » nous confie Mehdi Cherif Alami.

Pour ce faire, des ajustements ont dû être faits, tant sur le processus commercial que sur le produit. « Ce suivi force au dépassement car on ne voulait pas arriver en réunion en disant qu’aucun accomplissement n’avait été réalisé. Nous avons du faire des ajustements sur notre manière de démarcher et de vendre ainsi que sur notre pricing grâce aux sessions de conseils de la part des mentors,» explique le CEO.

In fine, la jeune entreprise marocaine a pu atteindre son objectif fixé en début d’aventure, à savoir tripler son chiffre d’affaires durant les trois mois d’incubation.

Freterium effectue une nouvelle levée de fonds au sortir de l’incubation

La dernière étape cruciale du Y Combinator est appelée le Demo Day. Un pitch express d’une minute devant des investisseurs pour tenter de convaincre et lever des fonds.

« Chaque startup avait une minute pour impressionner un panel de 1.000 investisseurs présents lors de la rencontre sur Zoom. Il a fallu se concentrer sur les éléments importants et surtout montrer la traction et la croissance de Freterium durant l’incubation, car c’est cela que les investisseurs regardent,» nous confie Mehdi Cherif Alami. Car in fine, une belle traction signifie un marché existant et un produit qui semble convenir aux besoins des clients.

En multipliant son chiffres d’affaires par trois en trois mois, la startup marocaine a réussi à lever de nouveaux fonds, notamment auprès d’un expert du marché de la logistique, la startup américaine Flexport. Fondée en 2013, cette entreprise dénombre désormais plus de 2.500 salariés et se positionne comme l’une des pionnières dans le domaine de la logistique.

« A la suite du Demo Day, nous avons reçu un message du CEO de Flexport qui souhaitait nous apporter son soutien dans notre développement. Nous partageons une vision similaire sur le sujet de la logistique. Il y a des synergies potentielles entre nos business et ils ont décidé d’investir chez nous » nous confirme le co-fondateur de Freterium tout en mentionnant que le montant demeure encore confidentiel.

Flexport pourra donc utiliser son expertise en logistique et en technologie pour faire monter en compétence la startup marocaine et également bénéficier d’une complémentarité de service sur une région qu’elle ne gère que très peu aujourd’hui. « Flexport s’occupe de relier les acheteurs et vendeurs et s’occupe de faire transiter les marchandises de bout en bout en utilisant les différents moyens de transports possibles (avions, bateaux, camions). Nous, nous avons une solution pour gérer le transport en camion. On ne se charge pas des opérations. Nous donnons un outil pour faciliter ce transport là et donc Flexport pourra utiliser notre outil et notre réseau dans la région pour enrichir sa plateforme,» explique le CEO de Freterium.

Fort de sa nouvelle levée, le groupe a donc décidé de revoir à la hausse ses ambitions concernant son développement.

L’ouverture de la région MENA en priorité

Comme nous l’avait déjà témoigné le CEO de Freterium, « nous souhaitons désormais recruter plus de monde et nous développer sur la région MENA en commençant par ouvrir un bureau aux Emirats Arabes Unis pour pouvoir démarcher les marchés de la région ». La région recèle un fort potentiel et une profondeur intéressante pour la startup. Qui plus est, très peu de compétiteurs sont déjà présents sur ce segment. Après cette nouvelle levée réalisée au Y Combinator, la roadmap demeure inchangée, mais le développement se voudra plus rapide que prévu.

« Nous allons élargir nos ambitions. Nous ne pensions pas obtenir le soutien d’acteur comme Flexport au sortir du Y Combinator donc nous sommes en train de revoir nos objectifs d’expansion à la hausse » confie le CEO. Pour le moment, le dirigeant nous explique que le Moyen-Orient est la cible principale à atteindre, néanmoins, l’expansion vers d’autres régions se fera plus rapidement que prévu. « Au lieu d’attendre 12 à 18 mois pour aller attaquer un nouveau marché nous le ferons peut être en même temps ou dans les quelques mois qui suivent » conclut Mehdi Cherif Alami.

>>> Lire aussi : Qui est Freterium, la startup marocaine qui intègre le prestigieux incubateur Y Combinator ?

lire aussi
  • | Le 19/5/2022 à 17:09

    Les ambitions de Kifal Auto après le rachat par Autochek

    Le rachat de la startup marocaine Kifal Auto par le nigérian Autochek marque le premier exit de 212Founders. Le CEO de Kifal, Nizar Abdallaoui Maane nous explique les changements stratégiques et la complémentarité que ce rachat amènera au sein de la structure marocaine, et nous éclaire sur les motivations de son acquéreur.
  • | Le 26/4/2022 à 20:31

    Comment dynamiser l’écosystème des startups tech selon Meriem Zairi

    Le monde du numérique a pris un tournant depuis l’émergence de la crise sanitaire au Maroc et les startups tech bénéficient d’une bonne conjoncture. Mais l’écosystème connaît encore des carences fortes. Meriem Zairi, managing director du fonds Seaf Morocco livre sa vision des actions à mettre en place pour dynamiser le secteur tant sur le volet de l’accès aux talents que sur la fiscalité et le renforcement de l'accès financement.
  • | Le 16/3/2022 à 17:58

    2022 devrait encore être une bonne année pour les Startups Tech

    Le secteur a surfé sur le besoin de numérisation apporté par la crise sanitaire. Ce besoin se poursuivra indéniablement cette année. En 2022, les perspectives demeurent bonnes et les acteurs interrogés ambitionnent globalement de doubler leurs chiffres d’affaires par rapport à 2021. Les répercussions de la crise se font néanmoins sentir sur certains secteurs, comme la Foodtech qui voit les restaurateurs souffrir après la fin de l’octroi des crédits d’aide à la relance.
  • | Le 24/1/2022 à 15:27

    212 Founders s’ouvre aux startups européennes

    212 Founders de la CDG Invest, programme d’accompagnement et de financement de startups en SEED et Série A, étend son programme à Station F à Paris. […]
  • | Le 4/1/2022 à 18:39

    Start-up Tech : Bonne dynamique et hausse des investissements attendus en 2022

    La bonne qualité du deal flow se poursuivra cette année pour les fonds d’investissement spécialisés dans les start-up technologiques. Le besoin de numérisation est là pour durer et des technologies prometteuses sont développées. Les investissements en nombre et en montant sont attendus en hausse par rapport à 2021 et l’écosystème commencera à passer à l’échelle.
  • | Le 14/7/2021 à 13:53

    Qui est LNKO, la jeune startup qui a levé 3 MDH auprès de CDG Invest ?

    Opérant dans le e-commerce, la startup est devenue en moins d’un an le premier site de ventes en ligne de lunettes tendances, venant disrupter le segment. Désormais, la jeune entreprise compte attaquer le marché émirati, se développer technologiquement et designer ses propres modèles.