Qui sont les trois femmes élues au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire ?

Trois femmes sur 18 candidates ont été élues, samedi 23 octobre, parmi les 10 nouveaux membres du CSPJ. Il s'agit de Amina El Malki, Nezha Moussafir et Souad Gougas. Voici une présentation de leurs parcours respectifs, tant académique, professionnel qu'associatif.

Qui sont les trois femmes élues au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire ?

Le 29 octobre 2021 à 20h11

Modifié 29 octobre 2021 à 20h11

Trois femmes sur 18 candidates ont été élues, samedi 23 octobre, parmi les 10 nouveaux membres du CSPJ. Il s'agit de Amina El Malki, Nezha Moussafir et Souad Gougas. Voici une présentation de leurs parcours respectifs, tant académique, professionnel qu'associatif.

Parmi les dix nouveaux membres du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire élus samedi 23 octobre, l’on compte trois femmes.

Deux d’entre elles sont des juges des juridictions de premier degré ; il s’agit de Amina El Malki et Nezha Moussafir. La troisième, Souad Gougas est, quant à elle, magistrate de cour d’appel.

Qui sont-elles ? Quels sont leurs parcours respectifs ? Quid de leurs activités associatives ? Voici les biographies des trois magistrates élues sur les 18 femmes en lice.

 

Amina El Malki

Titulaire d’une licence en droit à l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès en 1992, et diplômée de l’Institut supérieur de la magistrature en 1996, Amina El Malki est présidente du tribunal de première instance d’Azrou depuis 2013.

Après avoir bouclé sa formation en tant que magistrate, elle a rejoint le tribunal de première instance de Meknès en tant que présidente de la Chambre civile. Une fonction qu’elle a exercée pendant plusieurs années jusqu’à sa nomination, en 2011, en tant que vice-présidente de la juridiction.

En 2016, elle a reçu des formations en matière d’administration judiciaire à l’École nationale de la magistrature à Paris, ainsi qu’à l’Asser Institute à la Haye.

Membre du bureau central de l’amicale Hassania des magistrats depuis deux mandats, cette native de Moulay Driss Zerhoun fait partie des acteurs associatifs de la sphère judiciaire et des fervents défenseurs de l’indépendance matérielle et institutionnelle du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire.

Elle a représenté l’amicale lors de nombreux évènements nationaux et internationaux, dont le Congrès international des magistrats tenu en 2013 en Ukraine. Et a défendu les droits professionnels et sociaux des magistrats, notamment durant une conférence organisée par l’amicale Hassania en 2016, à Casablanca.

En parallèle à ses fonctions judiciaires et ses activités associatives, Amina El Malki poursuit ses études de Master « business and legal translation » à la Faculté des lettres et sciences humaines de Meknès.

Nezha Moussafir 

L’actuelle présidente de la Chambre du statut personnel et successoral du tribunal de première instance de Marrakech, occupe ce poste depuis 2008 et prépare, en parallèle, sa thèse de doctorat à l’Université Mohammed V de Rabat-Agdal.

Titulaire d’un DESA et d’un diplôme de l’Institut supérieur de la magistrature (2002), Nezha Moussafir a commencé son parcours professionnel en tant que magistrate au centre du juge résident d’Ifrane (relevant du tribunal de première instance de Meknès), avant de rejoindre sa ville natale pour exercer ses fonctions actuelles.

Elle est actuellement membre du bureau exécutif du Club des magistrats. Et ce, depuis deux mandats successifs. Et a été membre du bureau régional dudit club.

Dans le cadre de ses participations à des études, publications et conférences au Maroc, Nezha Moussafir a traité diverses problématiques portant sur “la réalité du pouvoir judiciaire”, ainsi que sur des dispositions du Code de la famille.

Souad Gougas 

Titulaire d’une licence en droit (1993) et diplômée de l’Institut supérieur de la magistrature, l’actuelle première vice-procureur général du Roi près la Cour d’appel de Rabat, a démarré sa carrière en 1996, en tant que vice-procureur du Roi près le tribunal de première instance de Salé.

Présidente de la commission sociale du bureau régional de l’amicale Hassania des magistrats à Rabat, Souad Gougas a, pendant dix ans (2004-2014), occupé le poste de présidente de la cellule de prise en charge des femmes et enfants victimes de violence (TPI de Salé).

C’est en 2014 qu’elle a rejoint la Cour d’appel de Rabat, sa ville natale, en tant que vice-procureur général du Roi.

Souad Gougas a participé à plusieurs formations au Maroc et à l’étranger. Elle est également membre du réseau national de lutte contre la traite d’êtres humains.

Très impliquée dans la défense des droits humains, elle a participé à diverses conférences nationales et internationales, notamment en Tunisie, aux Émirats arabes unis, à Malte et en Suisse.

LIRE EGALEMENT :

Pouvoir judiciaire : le CSPJ boucle sa nouvelle composition

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

JAIDA : communiqué de presse sur les indicateurs financiers T1-2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.