L’été affiche presque complet dans les destinations balnéaires marocaines

Confrontés à un été catastrophique en 2020, les hôtels classés du nord au sud sont désormais très sollicités pour la saison estivale qui démarrera véritablement le 15 juillet. Que ce soit à Agadir, Saïdia, Dakhla, ou Mdiq, nos interlocuteurs, membres des CRT ou hôteliers, s’attendent à un taux de remplissage proche de 100% en août, réalisé grâce à une clientèle majoritairement nationale ou de MRE.

L’été affiche presque complet dans les destinations balnéaires marocaines

Le 21 juin 2021 à 17h17

Modifié 21 juin 2021 à 18h11

Confrontés à un été catastrophique en 2020, les hôtels classés du nord au sud sont désormais très sollicités pour la saison estivale qui démarrera véritablement le 15 juillet. Que ce soit à Agadir, Saïdia, Dakhla, ou Mdiq, nos interlocuteurs, membres des CRT ou hôteliers, s’attendent à un taux de remplissage proche de 100% en août, réalisé grâce à une clientèle majoritairement nationale ou de MRE.

Quelques jours après la réouverture des frontières aériennes et maritimes, les hôteliers ont été submergés de demandes de réservation pour la saison estivale qui a démarré le 15 juin. Tour d’horizon.

Station balnéaire de Taghazout : Un taux de remplissage estival proche de 100%

En tête des destinations sollicitées, la station balnéaire de Taghazout est en effet déjà complète pour le mois de juillet prochain et logiquement pour août qui constitue le pic de fréquentation de l’année.

Une information confirmée par Rachid Dahmaz, président du CRT d’Agadir, qui nous révèle que les hôtels ouverts de la région affichent d’ores et déjà un très bon taux de remplissage pour les deux mois à venir.

« Si le client marocain réserve le plus souvent à la dernière minute, les réservations vont bon train et l’été sera donc très prometteur », résume Dahmaz qui table sur un rebond d’activité inédit depuis 2019.

Dakhla, une destination boostée par la pandémie et la crise de Guergarat

Se voulant tout aussi optimiste, la présidente de l’association Lagon Dakhla, Leila Ouachi rappelle d’abord que Dakhla a été la seule destination du Maroc à avoir marché depuis la levée du confinement.

« La pandémie qui a relativement épargné notre région a permis à de très nombreux Marocains de découvrir cette destination notamment après la crise de Guergarat qui a donné lieu à des milliers d’arrivées, de ce qu’on peut appeler du tourisme diplomatique ou plutôt nationaliste », explique Ouachi qui nous annonce un taux moyen d’occupation hôtelière d’au moins 65% pour les mois de juillet et août.

« Un trend haussier jusqu’en octobre »

« Cette exception a permis à la ville de Dakhla d’engranger beaucoup de succès auprès des nationaux car à ce jour, elle marche bien mieux que des locomotives touristiques comme Marrakech ou Agadir.

« De plus, avec le renforcement imminent des liaisons aériennes et le retour en masse en août des étrangers adeptes de kitesurf, la saison estivale est sauvée », prédit Ouachi pour qui cette dynamique devrait se poursuivre en octobre avec l’organisation d’un double-championnat international de Kitesurf.

Saïdia connaîtra un succès estival suivi d’une récession

S’il tient à féliciter l’initiative royale qui a permis de remplir à 100% dès la mi-juillet 4 hôtels ouverts (Ibero Star, Be Live, Oasis Palace, Melia Beach) de la station qui en compte 6 (avec le Garden Beach et l’Hôtel Appart qui resteront fermés), le président du CRT de l’Oriental, Youssef Zaki avance que la région sera touchée par une récession au terme de la saison estivale, à savoir à la fin du mois d’août.

« Entre une bonne fréquentation estivale d’à peine 10% des hôtels de la région, des impôts exigibles à la fin du mois courant à tous les hôteliers avant d’avoir réalisé le moindre chiffre d’affaires (y compris à ceux qui sont toujours fermés) et la fin en juin de la subvention de la CNSS, il n’y a pas lieu de se réjouir.

Une saisonnalité aggravée par la pandémie qui empêchera tout retour à la normale avant 2023

« En effet, le succès à venir de la station Saïdia ne pourra pas rattraper les pertes de la grande majorité des hôtels en veilleuse (80% de l’offre totale) qui réalisent au mieux un taux de remplissage de 10%.

« Si le bilan de la saison estivale s’annonce mieux que celui de 2020, il n’y aura pas retour à la normale avant 2023 car l’activité saisonnière de la région s’est beaucoup aggravée avec la crise sanitaire », temporise Zaki, en espérant trouver un moyen de réduire la saisonnalité de la station balnéaire.

« L’axe Tétouan-Fnideq d’ores et déjà complet du 15 juillet au 15 août »

Véritable exception au Maroc durant l’été dernier en termes de fréquentation touristique, l’axe méditerranéen Tétouan-Fnideq s’apprête d’après Nabil Lakhouil, directeur commercial de l’hôtel de luxe Banyan Tree, à rééditer voire même à largement améliorer l’exploit réalisé l’été dernier.

« Sachant que notre centrale de réservations a démarré très fort, il est probable que nous affichions complets rapidement notamment durant la période du 15 juillet au 15 août où le risque de ne pas trouver de chambre sera important.

« Une clientèle 100% nationale »

« Dès l’annonce de l’allègement des mesures restrictives de circulation, nous avons capté une part supplémentaire de clientèle nationale par rapport à l’été dernier où certains clients ne voulaient pas prendre le risque d’un nouveau confinement.

« A partir de là, la saison estivale devrait afficher de meilleurs chiffres que l’été dernier où nous avions pourtant réalisé un taux d’occupation hôtelier qui nous avait distingués de nos concurrents », conclut Lakhouil qui tient à préciser que sa clientèle sera à 100% marocaine avec une petite part de MRE.

« La reprise à Marrakech sera vraiment visible à partir de septembre prochain »

D’ordinaire classée locomotive du secteur touristique, la ville ocre commence également à retrouver une clientèle internationale qui, faute d’ouverture des frontières, avait déserté Marrakech depuis 16 mois.

Optimiste tout en restant réaliste, Abdellatif Abouricha, chargé de la communication du CRT de la région Marrakech-Safi-Essaouira nous déclare qu’il faudra environ 3 mois pour redémarrer la machine.

« L’objectif est d’arriver à 50% de taux d’occupation hôtelier durant l’été »

« Depuis le week-end dernier, on voit de nombreux visiteurs étrangers dans les rues de la ville mais en réalité, la rapidité de la reprise dépendra étroitement du temps nécessaire à reconstruire le réseau aérien (400 liaisons hebdomadaires avant la crise) à reprogrammer la ville par les Tour-opérateurs.

« D’ici-là, la forte demande actuelle des nationaux permet d’espérer un taux d’occupation hôtelier d’environ 50% pour les mois de juillet et août », résume Abouricha pour qui les fêtes de fin d’année signeront le grand retour de Marrakech sur l’échiquier mondial des destinations.

En conclusion, après près d’un an et demi de quasi-inactivité, la reprise du secteur commencera, d’abord, dans les stations balnéaires avant de se généraliser aux autres destinations lors des fêtes de fin d’année.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Assemblée Générale Ordinaire LafargeHolcim Maroc : Avis de convocation des actionnaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.