Maroc Télécom : CFG Bank maintient sa recommandation d’acheter le titre

B.B. | Le 14/4/2021 à 15:10

Le rendement de Maroc Télécom devrait passer de 2,9% en 2020 à 5,2% en 2021. Pour CFG Bank, l’opérateur détient un bon relai de croissance africain et pourra capitaliser sur la croissance de la Data et de ses marges opérationnelles. Cette année, elle anticipe une croissance de 12,8% du cours à 157 dirhams malgré l'intégration de paramètres négatifs.

Dans ses prévisions boursières pour l’année 2021 diffusées le 6 avril dernier, CFG Bank présentait également son univers de couverture et ses recommandations.

La société de recherche y listait ses trois valeurs ‘Top Picks’ recommandées à l’achat parmi un total de 19 valeurs. Dans les trois valeurs de tête de son univers de couverture, CFG Bank maintient sa recommandation à l’achat du titre Maroc Télécom. Elle anticipe une hausse de 12,8% du cours sur le long terme et valorise le titre à 157 dirhams contre 139 dirhams à la clôture de la séance du mercredi 14 avril.

Il est à noter que depuis le début de l’année 2021, la plus grande capitalisation de la place a déçu les investisseurs avec l’annonce d’un dividende à 4,01 dirhams par action, en baisse de 27% par rapport à 2019. Une nouvelle que le marché à sanctionné sans attendre.

Graph Maroc Telecom

Depuis le début de l’année, le cours affiche une baisse de 4,14% principalement conduite par l’annonce des résultat annuels et le dividende décevant.

Mais pour CFG Bank, la valeur recèle encore du potentiel à plusieurs niveaux et ce, malgré l’intégration de paramètres négatifs. Contacté, un analyste nous explique « notre modèle prend en compte la baisse des terminaisons d’appels décidée en décembre dernier par l’ANRT, ce qui impacte les revenus des opérateurs. Nous avons également anticipé une baisse des parts de marché de l’opérateur sur le parc fixe. L’opérateur détient une part de marché de presque 100%, or il y eu des initiatives de dégroupage qui devraient finir par se matérialiser à un moment ou à un autre » explique notre interlocuteur.

Mais avec de bons leviers de croissance en 2021, CFG anticipe également une hausse du rendement de Maroc Télécom cette année à 5,2% contre 2,9% en 2020.

Une bonne évolution de la data et des marges

L’opérateur a pu bénéficier en 2020 d’une bonne tenue de ses activités Data. Au Maroc, la Data Fixe (internet, TV, ADSL) a connu une progression de 13,2% l’an dernier à 3 608 millions de dirhams. « Nous attendons une croissance de la data soutenue en 2021. C’est une tendance globale. On remarque que les gens appellent de moins en moins et utilisent de plus en plus la Data, que ce soit pour les conversations téléphoniques ou pour envoyer des messages » explique notre analyste.

Cependant, la Data représente des marges inférieures à celles réalisées sur la partie Voix (appels téléphoniques). Mais l’opérateur a su améliorer ses coûts opérationnels pour maintenir un bon niveau de marge. « Le groupe parvient à améliorer ses marges à la fois au Maroc et dans ses filiales africaines grâce à une bonne gestion des coûts. Donc malgré le fait qu’il y ait une hausse des activités qui génèrent moins de marge, l’optimisation des coûts devrait permettre au groupe de poursuivre une amélioration de ses marges cette année » explique notre source. En 2020, le taux de marge de Maroc Télécom a progressé pour atteindre 38,7% contre 38,2% en 2019.

La bonne performance du réseau africain

Maroc Télécom pourra également continuer de capitaliser sur la performance de ses filiales africaines cette année. En 2020 déjà, les activités internationales du groupe affichaient une progression de 1,4% du chiffre d’affaires à base comparable à 16 883 millions de dirhams quand le chiffre d’affaires réalisé au Maroc reculait de 3,7%. Une hausse que l’opérateur expliquait « par la reprise des activités post-confinement et la progression de la Data Mobile et des services Mobile Money ».

Pour la société de recherche, à l’étranger, de nombreux facteurs conduisent les performances du groupe. « Cela s’explique par le fait que ces marchés sont moins matures que le marché marocain. Il y a naturellement la croissance de la Data, du Mobile money et également l’usage Voix » explique notre source.

Une version corroborée par BMCE Capital Research qui expliquait dans une note le mois dernier : « les filiales africaines de Maroc Télécom ont parfaitement joué leurs rôles de relais de croissance en compensant l’essoufflement enregistré sur le marché marocain, davantage impacté par les effets de la crise sanitaire ».

Un meilleur rendement attendu en 2021

En 2020, l’opérateur n’a pas distribué la totalité de son résultat net en dividendes. Cependant, cela demeure un événement isolé pour CFG. La société de recherche table à un retour à un niveau normatif en 2021.

« Il y a eu différents facteurs perturbants la distribution de dividende ces derniers temps. Notamment l’amende de l’ANRT de 3,3 milliards de dirhams et récemment le don au fonds Covid-19 de 1,5 milliard de dirhams. Une fois le retour à une situation dite normale, nous pensons que l’opérateur devrait revenir à des niveaux de distribution habituels. Cela engendrerait en 2021, un dividend yield de 5,2% » conclut notre source.

Il est à rappeler que le groupe est inclut dans le portefeuille de conviction d’Attijari Global Research (AGR) qui rassemble les 8 valeurs de la cote, les plus à même de transformer leurs résultats économiques en cash-flow. Au titre de l’année 2021 et 2022, AGR table sur un rendement de 4,6% et 4,8% respectivement, de la part de Maroc Télécom.

 

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 15/4/2024 à 17:07

    Créations d’entreprises : un démarrage maussade en janvier 2024

    Le nombre de créations d’entreprises recensées en janvier a baissé de près de 2% par rapport à janvier 2023 à 6.969 entreprises. La part créée dans le secteur du BTP a progressé d’une année sur l’autre. Cependant, ce chiffre n’a jamais été aussi bas depuis 2017. Pour Zakaria Fahim, président de l’Union des auto-entrepreneurs Bidaya, cela s’explique par une conjoncture encore compliquée et un délaissement du statut d’autoentrepreneur.
  • | Le 13/4/2024 à 13:29

    Addoha et Alliances ont atteint des volumes d'échange records à la cote le 9 avril

    Les volumes d'échange sur les deux valeurs immobilières ont dépassé les 210 MDH lors de la séance du 9 avril. Un record. Ces chiffres s'expliquent par un effet de concentration du fait de plusieurs jours fériés dans la semaine. De plus en plus d'investisseurs OPCVM et de gros investisseurs personnes physiques se positionnent sur le secteur immobilier, dont le poids dans l'indice avoisine les 4%.
  • | Le 9/4/2024 à 16:49

    Ce que l'on sait sur les ambitions de Stena Line, repreneur des parts d'Attica dans AML

    Le groupe Attica, qui détient 49% du capital d'Africa Morocco Link, s'est accordé avec le suédois Stena Line pour racheter ses parts. L'opération permettra à l'opérateur scandinave de se diversifier et de pérenniser ses opérations en mettant un pied en Méditerranée. Contactée, Stena Line nous explique les motivations de cette acquisition.
  • | Le 9/4/2024 à 13:13

    Les banques sont les principales contributrices à la hausse des bénéfices de la cote en 2023 (AGR)

    Sans la contribution des banques, la masse bénéficiaire de la cote en 2023 demeurerait stable. Pour la troisième année, celles-ci sont les principales contributrices à la croissance des bénéfices du marché action. Les dividendes progressent de 18,5% à 18,8 MMDH. Le payout est de 64%.
  • | Le 8/4/2024 à 18:17

    Stena Line va reprendre les 49% d'AML détenus par le grec Attica

    Le groupe Attica, coté à la bourse d'Athènes, a publié un communiqué en fin de matinée, annonçant un compromis de vente de sa participation dans Africa Morocco Link (AML), la compagnie maritime créée par Bank of Africa. Ainsi, la totalité d'AML va changer de main.
  • | Le 8/4/2024 à 15:36

    Ce que l’on sait des finances d’Africa Morocco Links, bientôt contrôlée par la CTM

    On sait peut de choses sur Africa Morocco Links, la compagnie de ferries, dont 51% du capital est en passe d'être cédé par Bank of Africa à CTM, société cotée. Les derniers états de synthèse disponibles sur des plateformes publiques remontent à 2018. Médias24 a pu reconstituer une partie des chiffres.