La pandémie creuse les inégalités mais une accélération est possible (experts)

La crise du Covid a creusé les inégalités de 4 points et retardé la réalisation des objectifs de développement durable 2030. Voici les constats et recommandations de Ayache Khellaf et Larabi Jaidi. 

La pandémie creuse les inégalités mais une accélération est possible (experts)

Le 7 avril 2021 à 15h55

Modifié 10 avril 2021 à 23h29

La crise du Covid a creusé les inégalités de 4 points et retardé la réalisation des objectifs de développement durable 2030. Voici les constats et recommandations de Ayache Khellaf et Larabi Jaidi. 

Ayache Khellaf est secrétaire général du HCP, et Larabi Jaidi économiste, membre de la Commission spéciale pour le modèle de développement et Senior fellow au sein du Policy center for the new South (PCNS). 

Ces deux experts font partie des invités du webinaire organisé par le PCNS ce vendredi 2 avril, intitulé “Les inégalités à l’heure du Covid-19 : impact de la pandémie sur la marche vers la réalisation des ODD”. 

Les intervenants se sont exprimés sur les effets du “choc Covid” au niveau des disparités sociales d’une part et sur les éléments à cibler pour relever les défis de développement créés ou creusés par la pandémie. 

ODD : Un retard infligé par la pandémie 

Pour Ayache Khellaf, “le Covid a ajouté de l’huile sur le feu”, puisque la pandémie a surtout touché “les acteurs les plus créateurs d’emplois”. 

Ainsi, les efforts réalisés par le Maroc pour “au moins stabiliser les inégalités” ont été négativement impactés par la crise sanitaire et économique. 

“En termes d’inégalités, nous étions à près de 40% au début des années 2000. Un chiffre que le Maroc a pu stabiliser, mais l’impact du Covid l’a augmenté à 44%”, déplore M. Khellaf. 

Pour lui, “tout cela va se répercuter sur les objectifs de développement durable, parce qu’en élaborant les scénarios sur les ODD 2030 au niveau du rapport de 2020 (du HCP, ndlr), nous avons tenu compte de l’impact du Covid et avons constaté que, par exemple, au lieu de réduire la mortalité maternelle de 35% nous ne pourrons atteindre qu’une baisse de 20%. Cela donne une idée sur le retard que va infliger le Covid”. 

Ceci étant dans le cadre d’un scénario « tendanciel », dans lequel l’impact du Covid va persister. Le HCP a également “développé des scénarios souhaitables” qui montrent que “si le Maroc fait des efforts, il peut améliorer la situation et revenir à une tendance d’accélération de la réalisation des ODD”, indique M. Khellaf. 

Autrement dit, il existe des scénarios plus optimistes mais qui nécessitent des efforts dans le cadre desquels le Maroc doit prendre en considération le changement de certains concepts car, comme l’explique M. Jaidi, “il faut s’interroger sur ce qu’est la pauvreté et la vulnérabilité aujourd’hui”. 

En effet, la pauvreté n’est pas uniquement “monétaire”, rappelle M. Khellaf. D’où l’étude effectuée par le HCP sur “la pauvreté multidimensionnelle », qui a montré que “les privations en termes de scolarisation des adultes expliquent près de 34% de la pauvreté nationale et que la non-scolarisation des enfants y contribue à hauteur de 21%, tandis que les privations en termes d’accès aux infrastructures sociales expliquent presque 20% de la pauvreté”.

Pour M. Khellaf “le Maroc doit investir dans ces domaines là pour accélérer la réalisation des ODD », mais pas que… car selon lui, “le vrai challenge” pour le Maroc est “la création d’emplois, principalement l’emploi qualifié”, ce qui est extrêmement “lié à notre structure économique”. 

Cette dernière doit être transformée et diversifiée pour éviter que le problème du chômage ne persiste et ne continue d’impacter la situation sociale et les inégalités. 

“Le moyen le plus important pour réduire les inégalités c’est le travail. Lorsque nous n’en donnons pas, surtout à la population qualifiée, les inégalités vont se creuser et impacter la pauvreté”.

Objectifs de développement : L’impact de la pandémie nécessite une mise au point 

Larabi Jaidi souligne que “les priorités de développement peuvent changer”, notamment à cause de la pandémie. “Peut-être que la santé doit être abordée beaucoup plus fortement que d’autres domaines. Il faut donc réfléchir sur l’alignement de nos politiques de développement avec les ODD, tout en réfléchissant sur les aspects liés à la création de la croissance et donc de l’emploi”. 

En d’autres termes, M. Jaidi recommande de “faire le point”, mais pas seulement pour observer et quantifier les écarts. Selon lui, “il faut surtout savoir quelles sont les contraintes qui ont empêché la politique économique de développement de réaliser les objectifs annoncés et donc, déterminer les défis à relever en fonction de ces contraintes”. 

En effet, l’élan et les perspectives du Maroc ont certes été impactés, mais pour répondre à la question qui vise à savoir “quoi faire dans ces conditions”, M. Jaidi recommande « un raisonnement sur deux niveaux ». 

Le premier est de savoir ce qu’il faut faire pour accélérer la réalisation des ODD et le second tend à déterminer ce qu’il reste à faire “du point de vue de la politique de développement”, car entre les 17 objectifs à atteindre il y a une “interdépendance” qui nécessite forcément une réflexion sur “l’interconnexion des politiques”. Autrement dit, si l’on souhaite atteindre des objectifs qui sont liés, il faut joindre les efforts via un leadership politique cohérent. 

“Vous pouvez avoir les meilleures stratégies, si vous n’avez pas un leadership politique dans les institutions qui veillent à la mise en œuvre, vous allez laisser sur le côté un certain nombre d’objectifs”, souligne M. Jaidi. 

A lire aussi


Maroc : Une lente reprise prévue et un risque sur le financement des entreprises privées (FMI)

Le chef de la mission du FMI au Maroc, Roberto Cardarelli a dressé un état des lieux de l’économie marocaine et des risques liés à la crise. Pour lui, la reprise économique est bel et bien amorcée. Mais le poids du tourisme dans l’économie et son lent redémarrage seront pénalisants. L’accroissement des besoins de financement du Trésor pourrait également impacter la disponibilité des crédits au secteur privé.

Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Publication du Rapport Financier Annuel 2019 de LafargeHolcim Maroc

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.