Managem : Le titre est trop cher, selon Alpha Mena

| Le 18/12/2020 à 15:32

Alpha Mena anticipe une baisse de 29% du cours de Managem et maintient sa recommandation de vendre titre. Selon la société de recherche, il est devenu trop cher, sera impacté par la baisse du cours de l'or suite à la reprise en 2021 et ne bénéficiera pas du potentiel de hausse des cours des métaux non précieux.

Dans une note publiée le 17 décembre, Alpha Mena maintient sa recommandation de vendre le titre Managem. La société de recherche anticipe une baisse de 29% du titre dans les 6 mois et le valorise à 804 dirhams contre 1.140 dirhams à date d'aujourd’hui. Et ce, malgré des performances financières notables au troisième trimestre 2020.

Dans cette note, Alpha Mena pointe notamment la baisse du cours de l’or à laquelle est exposée Managem et une faiblesse des cashflows futurs malgré une reprise anticipée sur 2021 de la demande des métaux non précieux. D’un point de vue fondamental, le titre est désormais trop cher et price déjà la hausse potentielle des cours des métaux non précieux sur l’année prochaine.

Une bonne performance en 2020 grâce à l’or

Le groupe a surfé sur la crise et la forte hausse des cours de l’or depuis le début de l’année. Quand le MASI lâche près de 5% en YTD, le cours de Managem progresse de près de 38,5%. Une performance largement tirée par la hausse du cours de l’Or dans un contexte économique morose. Le métal a d’ailleurs atteint son pic historique le 6 août dernier à 2 063 dollars l’once, en hausse de près de 30% depuis le début de l’année.

Une augmentation qui a poussé à la hausse les résultats de Managem durant l’année. Comme le rappelle Alpha Mena, « le groupe annonce un résultat net au premier semestre 2020 de 98 millions de dirhams, contre un déficit de 139 millions de dirhams une année auparavant. Grâce au double effet volume (+23% de production) et prix (+24%), le segment Or a réussi à atténuer partiellement la baisse des cours des autres métaux ». Une croissance qui s’est poursuivie au troisième trimestre, où les revenus consolidés de la société ont progressé de 20,8% pour atteindre 1 146 millions de dirhams.

Mais les espoirs de reprise économique portées par l’arrivée des vaccins vient noircir le tableau et potentiellement ralentir cette forte croissance pour Managem.

La fin de l’euphorie aurifère

Désormais, avec les espoirs de relance des autres secteurs boostés par l’arrivée des vaccins, le cours de l’Or a diminué (1 885 dollars l’once au 16 décembre). « Depuis l’annonce du vaccin, l’or a perdu -4,46% alors que Managem a cédé -3,90%, dans un marché haussier avec un MASI qui a rebondi de 10,25% » note Alpha Mena. Pour la société de recherche, cette prudence est excessive dans le sens où l’Or ne contribue qu’à 20% des revenus du groupe. « Les pertes observées pour le titre Managem, durant ces dernières semaines, pourraient être vues comme étant une correction après l’euphorie observée depuis le début de l’été (+73% depuis le 01/06/2020) » poursuit la société de recherche.

Pour Alpha Mena, l’activité 2021 de Managem se fera sur les autres métaux non précieux représentant 80% de ses revenus. « Les perspectives T4 et 2021 s’appuieront sur la reprise prévue de la demande, et donc sur la contribution des autres métaux non-ferreux, en particulier le Cuivre, le Zinc, le Plomb mais également le Cobalt » précise la société de recherche dans sa note. En effet, en 2020, avec une chute de la demande mondiale, les cours de ces métaux se sont effondrés. Début septembre le Zinc chutait de 27% depuis le début de l’année, pareil pour le Cobalt (-22%) et le Cuivre (-12%). Mais là encore, le potentiel de hausse de ces métaux non précieux est déjà consommé pour la société de recherche.

Un titre trop cher

Mais l’autre raison de la recommandation à la vente du titre Managem est bien la cherté de l’action. Alpha Mena explique : « L’augmentation de la production dans le cadre du programme d’investissement de Managem et un contexte de prix plus favorable (hors métaux précieux) aboutissent pour le moment à un DCF décidément faible ».

En d’autres termes, même si la demande pour les métaux de base augmente et pousse les cours à la hausse, cette répercussion ne se fera probablement pas sentir sur le cours de Managem. « L’action price la hausse prévue des prix des métaux tels que le Zinc, le Plomb, ou le Cobalt dont les cours augmenteront probablement en 2021 avec la reprise de la demande » nous explique Alpha Mena.

lire aussi
  • | Le 2/2/2023 à 17:07

    IPO : de hauts cadres relatent leur expérience face aux défis de la communication

    Dans le cadre d’une conférence sur la réputation financière, organisée par l’agence Bonzaï, plusieurs cadres de sociétés cotées ont fait part des challenges qu’ils ont dû relever dans leur communication. Le PDG de Cosmos Electro, Fahd Bennani, revient notamment sur l'IPO avortée de l'entreprise, à la suite d'un litige juridique concernant l'un de ses points de vente.
  • | Le 1/2/2023 à 14:01

    Pourquoi les crédits de trésorerie ont-ils connu une forte hausse en 2022 ?

    En 2022, l’encours des comptes débiteurs et crédits de trésorerie a augmenté de 16% à 262 MMDH. Une hausse notable et multifactorielle, selon une source du secteur bancaire.
  • | Le 31/1/2023 à 17:15

    Les raisons de la hausse du cash en circulation en 2022

    L'année dernière, le cash en circulation a atteint 355 MMDH. La monnaie fiduciaire représente désormais près de quatre fois la taille du déficit de liquidité bancaire, estimé à 89,1 MMDH fin 2022. Selon Bank Al-Maghrib, différents facteurs comme l'inflation ou encore la forte hausse des transferts des MRE sont en cause.
  • | Le 31/1/2023 à 9:38

    Le crédit bancaire progresse de 75 MMDH en 2022, les créances en souffrance augmentent

    En 2022, l’encours des crédits bancaires a progressé de 7,6% par rapport à l’année précédente.
  • | Le 30/1/2023 à 16:16

    Qui contrôle les principales banques commerciales au Maroc ?

    En fin d'année, le paysage bancaire a évolué avec la prise de contrôle de Crédit du Maroc par Holmarcom. Voyons comment se répartit désormais le capital des principales banques commerciales du pays. Infographie.
  • | Le 23/1/2023 à 13:46

    En 2022, les dépenses de compensation ont atteint 42 MMDH

    Le Trésor a connu l’an dernier une amélioration de ses recettes, alors que les dépenses de compensation ont presque doublé par rapport à 2021. Le déficit budgétaire global demeure assez stable à 69,5 MMDH.