OPCVM obligataires : l’impact de la baisse du taux directeur reste pour le moment limité

M. Ett. | Le 23/6/2020 à 15:40

Les marchés financiers avaient anticipé la baisse du taux directeur. Pour le moment, cette baisse n’a pas fortement impacté les OPCVM obligataires. Les investisseurs ont toujours intérêt à y rester. Une réallocation vers le marché Actions est tout de même anticipée, d’après un gestionnaire de fonds. 

Pour l’instant,  malgré la baisse du taux directeur, l’impact visible de cette baisse sur les OPCVM obligataires reste limité, nous indique un gestionnaire de fonds de la place.

« Les investisseurs ont donc intérêt à y rester en attendant la baisse effective de la courbe des taux », estime-t-il.

A rappeler que le Conseil de Bank Al-Maghrib, réuni mardi 16 juin, a réduit de 50 points de base le taux directeur qui passe à 1,5%. Cette baisse est la deuxième après celle de 25 points de base de mars dernier.

« La baisse du taux directeur a été anticipée par les marchés. Et c’est la partie courte de la courbe des taux qui a commencé à baisser. La partie moyen et long terme de la courbe des taux résiste toujours. Globalement, la correction à la baisse va être observée beaucoup plus sur le court terme que sur le moyen terme et long terme», continue notre interlocuteur.

Pour les OPCVM monétaires, « il faut s’attendre à une baisse de la courbe du court terme de 50 pbs, sur un horizon de 2-3 mois », anticipe-t-il.

A rappeler que les OPCVM Monétaires ont bénéficié du mouvement de panique qui a touché le marché au début de la crise du Covid-19. Il y a deux semaines, cette catégorie d’OPCVM affichait la meilleure évolution d’actif sous gestion depuis le début de l’année 2020 avant de céder la place aux OPCVM Obligations moyen et long terme. 

Au 19 juin, l’actif sous gestion des OPCVM Monétaires affichait une hausse de 2,06% depuis le début de l’année en cours, selon les données de l’Association des sociétés de gestion et fonds d’investissement Marocains (ASFIM), relayées par LeBoursier à travers ce lien. Mais, il affichait la plus forte baisse hebdomadaire (-6,39%) en comparaison avec les autres catégories d’OPCVM. Cette baisse est intervenue au cours de la semaine de l’annonce de la baisse du taux directeur. 

« Pour les OPCVM Obligations, les investisseurs dans cette catégorie d’actifs ont toujours intérêt à rester positionnés tant que la baisse induite par la réduction du taux directeur n’est pas encore effective », estime notre source.

Les OPCVM Obligations Court terme affichent une hausse de leur actif net de 2,16% depuis le début de l’année et une hausse hebdomadaire de 6,42%.

Pour leur part, les OPCVM Obligations Moyen et Long terme dégagent une hausse de 6,85%. En variation hebdomadaire, ils ont avancé de 1,67% au 19 juin. 

« Pour le moment, les investisseurs sont acheteurs de maturités longues. Mais, une fois que la baisse de la courbe va atteindre 30-40 pbs, on verra une petite tension à la vente ». 

« Il n’y a absolument aucune raison pour qu’il y ait des rachats. Il va y avoir par contre une réallocation vers d’autres actifs notamment le marché Actions qui offre maintenant un meilleur rendement », conclut-il.

La baisse du taux directeur induit une baisse des taux du marché obligataire, ce qui crée un spread supplémentaire entre le rendement actions et le rendement taux. C’est ce qui renforce l’attractivité du marché Actions. 

>>> Lire aussi : Pourquoi la Bourse de Casablanca a réagi positivement aux décisions de Bank AL-Maghrib

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 19/4/2024 à 16:01

    “Le Maroc peut lorgner 5% ou 6% de croissance économique” (Maxime Darmet, Allianz)

    Lors d’un entretien avec Médias24, l’économiste sénior d’Allianz, Maxime Darmet, est revenu sur les grands chamboulements du monde économique depuis les cinq dernières années et a évoqué les perspectives de l’économie marocaine. Selon lui, plusieurs leviers sont actionnables pour faire bénéficier l’économie d’un souffle de croissance et la porter à 5% ou 6%. Entretien.
  • | Le 18/4/2024 à 17:48

    L'immobilier à Benslimane, ville en devenir : prix, volume de transactions, évolution...

    Dans un futur proche, Benslimane connaîtra un bouleversement notable avec la construction du plus grand stade de football du monde (115.000 places) et une station de ligne à grande vitesse (LGV). Ces équipements renforceront l'attractivité de la ville, notamment sur le plan immobilier. En attendant que ce changement se matérialise, voici ce que l'on sait aujourd'hui de l'activité immobilière et des prix pratiqués.
  • | Le 17/4/2024 à 15:12

    Assurances : le secteur doit se moderniser pour faire face aux incertitudes grandissantes

    À l'occasion de la 10e édition du Rendez-vous de Casablanca de l’Assurance ce 17 avril, les chamboulements du secteur dans un monde incertain étaient au centre du débat. Le président de la Fédération marocaine de l'assurance, Mohamed Hassan Bensalah, et la ministre de l'Économie, Nadia Fettah, ont évoqué l'impact de cette incertitude globale sur le secteur, et comment s'y adapter.
  • | Le 16/4/2024 à 14:07

    Bourse : nouveau record pour Addoha avec plus de 230 MDH échangés au cours de la séance

    A la clôture de la séance du 16 avril, l'immobilière affichait un volume d'échange dépassant 230 MDH, avec un peu plus de 6,2 millions d'actions. Un record qui succède à celui établi le 9 avril. Les OPCVM et les personnes physiques à fort portefeuille se positionnent. La valeur a progressé de 500% depuis début 2023.
  • | Le 15/4/2024 à 17:07

    Créations d’entreprises : un démarrage maussade en janvier 2024

    Le nombre de créations d’entreprises recensées en janvier a baissé de près de 2% par rapport à janvier 2023 à 6.969 entreprises. La part créée dans le secteur du BTP a progressé d’une année sur l’autre. Cependant, ce chiffre n’a jamais été aussi bas depuis 2017. Pour Zakaria Fahim, président de l’Union des auto-entrepreneurs Bidaya, cela s’explique par une conjoncture encore compliquée et un délaissement du statut d’autoentrepreneur.
  • | Le 13/4/2024 à 13:29

    Addoha et Alliances ont atteint des volumes d'échange records à la cote le 9 avril

    Les volumes d'échange sur les deux valeurs immobilières ont dépassé les 210 MDH lors de la séance du 9 avril. Un record. Ces chiffres s'expliquent par un effet de concentration du fait de plusieurs jours fériés dans la semaine. De plus en plus d'investisseurs OPCVM et de gros investisseurs personnes physiques se positionnent sur le secteur immobilier, dont le poids dans l'indice avoisine les 4%.