La lente descente aux enfers de Stroc Industrie

Mouna Ettazy | Le 31/5/2018 à 14:35

Depuis son introcuction en bourse, Stroc a envoyé plusieurs signaux d’alerte: arrêt des chantiers suite à un conflit social (2012) ; endettement assez lourd ; tension sur la trésorerie ; chiffre d’affaires en dégringolade ; résultats déficitaires (2012, 2015, 2016, 2017), fonds propres négatifs...

Devant l’incapacité de redresser ses indicateurs financiers et d’honorer ses engagements, la Société de Travaux de Réalisations d'Ouvrage et de Construction Industrielle (Stroc Industrie) vient de demander son propre redressement judiciaire.

Cette demande de redressement appuie celle soumise par un ancien salarié le 24 avril dernier. D’après son avocat, la société se trouve dans un état de cessation de paiement depuis 8 mois

>>Lire Aussi : Stroc Industrie demande son propre redressement, le tribunal tranchera le 7 juin

Il importe de souligner que les difficultés qui frappent Stroc Industrie ne datent pas d’hier mais sont étroiement corrélés à la difficile situation de tout le secteur des IMME.

Depuis son introcuction à la bourse de Casablanca, Stroc a envoyé plusieurs signaux d’alerte: Arrêt des chantiers suite à un conflit social (2012) ; endettement assez lourd ; tension sur la trésorerie ; chiffre d’affaires en dégringolade ; résultats déficitaires (2012, 2015, 2016, 2017), fonds propres négatifs, etc.

Les saisies des biens de l’entreprise se sont enchaînées durant ces trois dernières années suite à son incapacité à honorer ses engagements vis-à-vis de ses fournisseurs.

Ce sont autant d’éléments qui ont inquiété le marché et semé le doute sur la continuité de l’activité de cet industriel, et ce depuis plusieurs années.

>>Lire aussi : Stroc industrie fait face à plusieurs recours judiciaires pour défaut de paiement

D’ailleurs, les résultats financiers de cet industriel au titre de l’exercice 2015 été accompagnés de deux réserves de la part des commissaires aux comptes. La première concerne les résultats non concluants d’une procédure de contrôle interne. La seconde est relative aux fonds propres négatifs et à une incertitude sur la continuité de l’activité.

Rappelons que les dirigeants de Stroc cherchaient un partenaire pour apporter de l'argent frais, sans succès. 

Un parcours en bourse loin d’être joyeux

Affichant plusieurs signes de fragilité, Stroc a été à maintes reprises sanctionnée par le marché boursier. Cela se reflète à travers la baisse significative de son cours.

Introduite en juin 2011 au prix de 357,00 DH, son cours a dégringolé de plus de 90% pour s’établir à 34,85 DH (au 31 mai 2018).

Evolution du cours de Stroc depuis son IPO


A l’issue de la séance boursière de ce jeudi 31 mai, et suite à la circulation de l’information concernant la procédure judiciaire qui a été engagée contre Stroc, son cours a drastiquement baissé de 9,99%, à 34,85 DH, après l’échange de 2.452 actions. 

Le sort de cette entreprise industrielle sera décidé le 7 juin prochain. Affaire à suivre…

lire aussi
  • | Le 2/10/2022 à 11:42

    Banques cotées : amélioration du coût du risque et progression des bénéfices au S1-2022

    Légère évolution de l’activité commerciale, amélioration du coût du risque, hausse de 10% du résultat net part du groupe... Voici comment ont évolué les principaux indicateurs des banques cotées à la bourse de Casablanca.
  • | Le 1/10/2022 à 13:55

    Le cash en circulation demeure stable à fin août 2022

    Le cash en circulation demeure stable d’un mois à l’autre mais affiche une hausse de 22,6 milliards de dirhams par rapport à août 2021. Les dépôts bancaires progressent légèrement par rapport à juillet 2022. Sur une année glissante, ils augmentent de 52 MMDH.
  • | Le 30/9/2022 à 16:10

    Alliances : le RNPG progresse de 77% à fin juin

    Le groupe a pu améliorer son résultat grâce à la bonne maîtrise de ses charges et à la hausse des marges opérationnelles. Le carnet de commandes s'élève à 3,1 MMDH.
  • | Le 30/9/2022 à 8:58

    Ciments du Maroc : baisse de 18% du résultat net

    Le chiffre d’affaires a été maintenu par rapport à la même période en 2021 grâce à la bonne tenue des ventes de clincker à l’export et des matériaux de construction. La hausse des coûts de production, notamment de petcoke, a rogné sur les marges et le résultat net.
  • | Le 29/9/2022 à 18:14

    TGCC en accord avec son business plan, évoque sa lutte contre l’inflation des intrants

    Lors de sa conférence de presse, le management du groupe a exposé les bons résultats du premier semestre et a décrit les moyens mis en œuvre pour lutter contre la hausse du prix des intrants. TGCC n’a pas caché ses ambitions continentales, indiquant que des projets d’envergure seraient annoncés d’ici la fin de l’année. Son chiffre d’affaires dans cette zone devrait tripler d’ici deux ans.
  • | Le 27/9/2022 à 17:22

    Voici pourquoi Maroc Telecom continue de baisser en bourse

    Nouvelle sanction, hausse du taux directeur, risque inflationniste… Voici les facteurs qui alimentent la baisse du titre Maroc Telecom en bourse.