Pour amorcer sa transformation digitale, Saham Assurance lance sa Digital Factory

Sara El Hanafi | Le 30/1/2018 à 17:01

Initiée par Moulay Mhamed Elalamy, la Digital Factory est le premier projet stratégique auquel s’est attelé le nouveau Directeur Général de Saham Assurance à son arrivée à la tête de la compagnie en janvier 2017.

Saham Assurance a présenté, ce 30 janvier à Casablanca, sa nouvelle "Digital Factory", laboratoire dédié à la conception de solutions innovantes destinées à améliorer l'expérience client. Avec ce nouveau bijou, l'assureur veut confronter l'évolution rapide du comportement du client, et "une impérieuse nécessité de placer l'assuré au coeur des process de la compagnie", explique le management. Pour cela, le nouvel espace s'appuie sur l'innovation et le travail collaboratif.

"Concrètement, ce qu'on a fait grâce à ces lieux, c'est que nous avons commencé à innover avec des choses qu'on a sorties au fur et à mesure de ces derniers mois, mais dans le silence", indique Moulay Mhamed Elalamy, directeur général de Saham Assurance.

La Digital Factory étant déjà opérationnelle, notre interlocuteur fait allusion à des nouveautés comme la nouvelle application mobile de la compagnie, le numéro unique pour ses assurés, ou même la préparation d'un contrat en arabe pour un assuré alors que les contrats se font d'habitude en français, histoire de mieux répondre à ses exigences: "Toutes ces choses là, nous les avons faites à la Digital Factory", affirme M.Elalamy.

Il explique l'originalité du travail dans son nouveau service: "En temps normal, les nouveaux projets prennent beaucoup de temps à développer. Mais dans la Digital Factory, c'est complétement différent. Les équipes sont en sprint: elles ont des objectifs chaque semaine, et chaque semaine elles doivent livrer une partie du projet. Ce sont plusieurs parties dudit projet qui donneront lieu au final à la réflexion pour un nouveau produit, ou à une énorme révolution".

Le directeur général de Saham Assurance indique par ailleurs que la Digital Factory occupe la place d'une direction dans l'organigramme de la compagnie, sous le nom de Direction de la transformation: "La Digital Factory est là pour accompagner le métier, pour qu'elle puisse catalyser le changement du marketing, du commercial et d'autres directions", ajoute notre interlocuteur. 

Pour illustrer, Moulay Mhamed Elalamy affirme que la nouvelle direction pourra travailler main en main avec d'autres directions, pour dématérialiser à titre d'exemple le processus de souscription à une police d'assurance, de le revoir de bout en bout, le digitaliser et, in fine, de l'améliorer.

"On est dans la transformation des process de la compagnie. C'est vrai que la Digital Factory est actuellement en dehors de l'entreprise puisqu'elle reflète une façon de travailler qui pour l'instant est différente, mais à terme, l'ensemble de la compagnie devra se transformer".

Car les méthodes de travail dans la nouvelle entité sont novatrices, et s'inspirent des géants de la tech: « Nous n’avons pas de managers, les gens se regroupent autour d’un produit. Ils sont autonomes, créatifs et entrepreneurs », souligne Hicham Badreddine, Chief Transformation Officer, ou chef de la transformation de la nouvelle Digital Factory de Saham Assurance. D’un point de vue architectural, la Digital Factory offre un aménagement digne de la Silicon Valley, avec des locaux nouvelle génération.

Le nouveau service regroupe par ailleurs des équipes aux profils pluridisciplinaires. Des experts métier planchent ainsi aux côtés de jeunes développeurs, de "Scrum Masters", "UX Designers", et autres profils "digitaux" formés aux dernières technologies, "qui sont là pour développer rapidement ce que demandent nos clients", affirme M. Elalamy. Celui-ci se targue d'ailleurs de ces profils, qui selon lui représentent l'essentiel de l'investissement engagé dans le projet.

Ci-après, en vidéo, notre entretien avec Moulay Mhamed Elalamy; le live de la conférence de présentation de la nouvelle direction, ainsi que la vidéo de la visite des locaux de la Digital Factory:

 

 

lire aussi
  • | Le 26/11/2022 à 7:14

    Aradei Capital : une bonne dynamique à fin septembre et des revenus diversifiés

    Lors d’une conférence de presse organisée le 25 novembre à la Bourse de Casablanca, la foncière a présenté ses résultats à fin septembre et est revenue sur les objectifs de son augmentation de capital. Le PDG du groupe a également évoqué les discussions sur un second plan d’investissement avec Akdital Holding pour les deux ans à venir.
  • | Le 25/11/2022 à 13:59

    Quatre ans après sa prise de participation, Amethis sort du capital de CFG Bank

    CFG Bank annonce que le gestionnaire de fonds Amethis est sorti de son capital, comme prévu, au terme de quatre années. La cession des actions détenues par Amethis a été effectuée majoritairement en faveur des actionnaires actuels de CFG Bank.
  • | Le 24/11/2022 à 16:31

    Attijariwafa bank : Alpha Mena change sa recommandation ‘d’alléger’ à ‘accumuler’

    Le groupe a affiché à fin septembre des indicateurs supérieurs aux attentes. La baisse prolongée du coût du risque devrait améliorer la génération de fonds propres. Le RNPG est attendu à 6 MMDH cette année. Un yield attrayant de plus de 4,2% est attendu cette année.
  • | Le 24/11/2022 à 12:26

    La DEPF dresse la conjoncture économique à fin septembre

    La Direction des études et des prévisions financières dresse à fin septembre une nette amélioration de l’activité touristique. Le secteur des phosphates affiche un retrait de production mais la valeur exportée poursuit son amélioration.
  • | Le 24/11/2022 à 11:46

    Managem affiche une progression de 45% de ses revenus à fin septembre

    Le groupe a vu les volumes de vente et les cours des métaux baisser sur l’unique troisième trimestre. Le bon effet de parité de change a permis d’atténuer cette baisse. L’endettement recule légèrement par rapport à fin 2021 et atteint 4 100 MDH.
  • | Le 23/11/2022 à 17:14

    Un financement du Trésor à l’international à court terme est peu plausible (AGR)

    Dans son rapport mensuel, la société de recherche Attijari Global Research note que le Trésor dispose d’une situation confortable. Le besoin de financement brut d’ici la fin de l’année est attendu par AGR à 72 MMDH. Une sortie à l’international à court terme demeure peu plausible étant donné les conditions de financement. Les alternatives, comme la LPL et les DTS, sont des options possibles.