Microcrédit : Les meilleurs porteurs de projets primés à Casablanca

Pour la deuxième année consécutive, le prix national du micro-entrepreneur a été décerné ce 19 décembre aux bénéficiaires de microcrédits les plus méritants. C'est l'autre facette du micro-crédit, désormais bien développé au Maroc.

Microcrédit : Les meilleurs porteurs de projets primés à Casablanca

Le 21 décembre 2013 à 10h11

Modifié 21 décembre 2013 à 10h11

Pour la deuxième année consécutive, le prix national du micro-entrepreneur a été décerné ce 19 décembre aux bénéficiaires de microcrédits les plus méritants. C'est l'autre facette du micro-crédit, désormais bien développé au Maroc.

Ils sont pour la plupart artisans, et se sont distingués dans sept catégories par leur assiduité et leur implication dans le développement de leur projet.

Ils étaient plus de 200 candidats en lice pour recevoir le précieux sésame qui signe leur réussite. 24 d’entre eux ont été sélectionnés à travers le Maroc pour représenter les sept catégories qui récompensent l’innovation, la micro-entreprise jeune, féminine ou encore le tourisme responsable. «Nous avons étudié les candidatures sur la base des films et rapports réalisés sur place lors des visites chez les candidats pour aboutir à trois nominés par catégorie», nous explique Mhammed Grine, membre du jury et président délégué de la fondation CDG.

A ce titre, c’est Fadma Chaabi qui remporte le premier prix. Cette artisane du tissage a réussi à développer son activité à Ait Maalla, dans la région d’Azilal. Aujourd’hui, elle gère une équipe de 45 salariées. Le prix «Microfinance et développement humain» est revenu à Aicha El Ammame, qui produit et commercialise le couscous à Tan Tan, ex-æquo avec Mohamed Lamtalssi, qui lui commercialise des escargots vivants et des plantes médicinales du côté de Meknès.

L’évènement était organisé par le CMS (Centre Mohammed VI de soutien à la microfinance solidaire) et la FNAM (fédération nationale des associations de microcrédit), désireux de valoriser l’esprit d’initiative des micro-entrepreneurs.

Youssef Errami, directeur exécutif du CMS, nous éclaire sur les critères de sélection: «Nous nous sommes basés sur l’impact de la microfinance sur le développement de l’entreprise».

Il précise qu’outre le crédit lui-même, c’est surtout l’encadrement et le conseil qui priment: «Les candidats ont plus ou moins un devoir moral d’assister aux formations proposées, mais nous avons constaté un besoin de leur part d’apprendre à mieux gérer leur structure».

Un prix spécial CMS a été remis aux candidats ayant réussi le passage d’un projet informel au projet formel TPE ou PME. C’est Lhoussaine Abbdelfadel, 41 ans, qui a remporté le premier prix grâce à son activité de restauration du côté de Tinghir. «Nous souhaitions également rendre hommage aux micro-entrepreneurs les plus innovants», ajoute M. Grine. Parmi les trois candidats, c’est bien Mustapha Taouil, de Rich, qui a raflé la première place grâce à son unité de confection de vêtements à base de chutes de tissus.

«En rachetant les chutes, ce candidat arrive à fabriquer des vêtements pour enfants de très bonne qualité qu’il vend 50% moins cher. Il réutilise même ses propres chutes», analyse le juré qui n’hésite pas à féliciter un autre candidat en lice. « M. Said El Attar est menuisier à Meknès. Il rachète de vieilles tables scolaires qu’il recycle et revend aux écoles privées. C’est une excellente initiative avec un grand impact social», ajoute-t-il.

Mustapha Ait Bablal, gérant d’une maison d’hôtes et d’un café restaurant du côté de Ouarzazate, a quant à lui remporté le premier prix dans la catégorie «Microfinance et tourisme responsable». «Nous avons constaté que certaines femmes au parcours exemplaire ne rentraient dans aucune catégorie. D’où la création d’un prix spécial pour encourager 5 femmes ayant fait face à de grandes difficultés financières». C’est le cas de Latifa Arssaoui, président de l’association Miftah Al Khayr pour la promotion de la culture de solidarité et de cohabitation près de Safi.

Enfin, les jeunes micro-entrepreneurs étaient également à l’honneur. Omar El Moussaoui, 28 ans, est sculpteur de pierres à Oued Amlil, du côté de Taza.

M. Grine nous explique pourquoi il a reçu le troisième prix : «A la différence des autres jeunes de Oued Amlil qui se dirigent vers la restauration, M. El Moussaoui a choisi un métier difficile et éreintant, qui mérite d’être récompensé». Mais s’il n’a pas raflé la première place, c’est simplement parce que les pierres qu’il taille se situent sur des terres qui appartiennent à sa famille.

Warda El Harrak, elle, reçoit le 2e prix dans cette catégorie. «Cette jeune coiffeuse de 21 ans s’est lancée dans l’entreprenariat dès l’âge de 18 ans et présente pour nous un grand potentiel puisqu’elle prévoit de créer à Larache une école de coiffure et de relooking».

Le premier prix revient  à Said Ennaji, un jeune marrakchi qui conçoit et fabrique des produits décoratifs avec des bougies ornées de cuivre. «Nous avons flairé chez ce jeune homme un talent certain pour l’entreprenariat : c’est un titan qui sera sans doute un grand entrepreneur de demain», ajoute M. Grine.

Parmi les invités d’honneur, la ministre de l’artisanat, de l’économie sociale et solidaire, Fatema Marouane, a remis quelques trophées aux lauréats. Interrogée par Médias 24, elle promet de réglementer la micro-finance. En tout cas cette deuxième édition est encourageante et rassure sur le potentiel entrepreneurial des moins nantis.

 


 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Aluminium du Maroc Indicateurs trimestriels au 30 Juin 2021.

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.