Région de Tanger: les détails sur les mégaprojets

Située sur le détroit, Tanger a toujours été une porte du Maroc sur le monde. Des mégaprojets ont y vu le jour. Le projet Tanger-Métropole est une nouvelle phase de modernisation de la ville.  

Région de Tanger: les détails sur les mégaprojets

Le 27 septembre 2013 à 13h00

Modifié 27 septembre 2013 à 13h00

Située sur le détroit, Tanger a toujours été une porte du Maroc sur le monde. Des mégaprojets ont y vu le jour. Le projet Tanger-Métropole est une nouvelle phase de modernisation de la ville.  

Décliné en plusieurs volets touchant, entre autres, l'économique, le social, le culturel, l'environnemental et le champ religieux, Tanger-Métropole se fixe pour objectif d'assurer davantage de visibilité à la région en tant que locomotive de croissance au Maroc et de plate-forme d'envergure internationale, aussi moderne qu'attractive, pour les échanges et les investissements.

Repenser le modèle de fonctionnement

 

Après la réalisation de grands projets structurants, qui vont être livrés durant les 3 ou 4 prochaines années, la ville de Tanger doit repenser son modèle de fonctionnement pour tirer profit de ces importants projets de développement et passer à une nouvelle génération de villes plus inclusives, plus équilibrées et assurant un développement global et intégré, a affirmé jeudi 26 septembre 2013 le wali par intérim de la région de Tanger-Tétouan, Mohamed El Yaacoubi, dans une déclaration à la presse à l'occasion du lancement par le Roi Mohammed VI du programme Tanger-Métropole.

Le wali a expliqué que les principaux investissements lancés à Tanger profitent aux domaines de l'urbanisme, de l'environnement social, économique et cultuel.

Concernant le premier volet, a expliqué M. El Yaacoubi, il concerne notamment la création d'une voie reliant la façade atlantique et la façade méditerranéenne de Tanger, la réalisation d une voie océanique touristique pour l'accès à la ville, ainsi que la mise en place d'un nouvel échangeur.

Ce volet concerne également la dépollution du littoral de Tanger sur une distance de 65 km et la réutilisation des eaux usées pour l'arrosage des golfs et des espaces verts.

Le côté social prend une place extrêmement prépondérante dans ce programme d'investissement dans la mesure où une enveloppe de l'ordre de 1,163 milliard de DH est allouée aux projets d'enseignement, de santé, de réalisation des équipements sociaux et de construction d'un grand village sportif pour 600 millions de DH, a-t-il ajouté.

Le wali a souligné que la restructuration des quartiers figure également en bonne place dans ce grand projet à travers l'affectation de 870 millions DH à la restructuration des quartiers, notamment l'adduction en eau potable, l'assainissement et l'électricité, et de 600 millions de DH pour la voirie.

S'agissant du volet économique, a poursuivi M. El Yaacoubi, il sera procédé au transfert des activités industrielles vers le nouvel échangeur pour assurer une meilleure distribution du trafic à l'intérieur de la ville, à travers la création d'une grande zone industrielle qui aura l'avantage de se situer entre les sources d'approvisionnement et les zones d'export et d'import, qui est le port Tanger Med, et les zones d'habitation.

M. El Yaacoubi a ajouté que le projet culturel phare sera la création d'un palais des arts et des cultures qui permettra à Tanger de renouer avec son passé glorieux, et qui comprendra un amphithéâtre de 1.500 places et deux écoles pour la musique et le théâtre, ainsi que la réhabilitation des sites culturels.

Il a souligné qu'il sera procédé par ailleurs, à la construction de 11 nouvelles mosquées et la réhabilitation de 7 autres.

Valoriser l'aura culturelle de la cité du détroit

Le projet d'envergure «Grand Tanger», apportera, à travers sa composante «Tanger cosmopolite et accueillante» visant les aspects culte, culture, animation urbaine, sport et architecture, une forte impulsion au patrimoine culturel unique de la cité et à l'ériger en destination touristique majeure du royaume.

Tanger-Med, infrastructure portuaire à haute valeur ajoutée

Avec une plateforme portuaire aux standards internationaux, des zones franches logistiques, commerciales et industrielles de renommée mondiale et des infrastructures modernes, la ville de Tanger, carrefour entre l'Europe et l'Afrique, se taille une place de choix sur la scène économique nationale, régionale et internationale.

Entré en service en juillet 2007, le port Tanger Med, conçu pour recevoir les dernières générations des navires porte-conteneurs, est à la fois une plateforme destinée à l'activité mondiale de transbordement et une porte d'entrée dans le royaume permettant d'accueillir les trafics liés aux activités d'import-export et d'accompagner les accords de libre-échange et accords préférentiels signés avec plusieurs partenaires.
Le royaume a investi plus de 20 milliards de DH dans les infrastructures d'appui permettant de connecter le port à son hinterland.

«Les travaux de construction du port Tanger Med II, dans sa première phase, marquent un avancement de 79% à fin juin 2013», avait déclaré à la MAP la directrice générale de l'Autorité portuaire de Tanger Med (TMPA), Najlaa Diouri.

Pour ce qui est du port de passagers, Mme Diouri avait affirmé que le port Tanger Med a fixé, pour l'année 2013, un ambitieux programme de rénovation et d'adaptation de l'infrastructure dédiée aux passagers.

Le trafic conteneurs du port Tanger Med a atteint, au premier semestre de 2013, plus de 1,2 millions EVP (équivalent vingt pieds), en progression de 36% par rapport à la même période de 2012, précise la directrice générale de l'Autorité portuaire.
Mme Diouri n'avait pas manqué de mettre l'accent sur la particularité du port Tanger Med par rapport aux autres ports du royaume, notamment en matière de mise en place d'activités nouvelles au Maroc, à savoir le soutage des navires, le transbordement et la création d'une zone franche logistique «Medhub» adossée au port.

Tanger Med II, avec une capacité de 5,2 millions de conteneurs s'ajoutant aux 3 millions de Tanger Med I, permettra d'ériger le complexe portuaire en un port leader en Méditerranée et sur la façade atlantique.

Le complexe portuaire Tanger Med, dont le développement s'étalera jusqu'à l'horizon 2015-2016, correspond à un investissement global de l'ordre de 35 milliards de DH comprenant les ports Tanger Med 1 et Tanger Med 2, l'infrastructure, les superstructures et les équipements de l'ensemble des terminaux.

Renault Tanger, moteur de l’industrie automobile

Le royaume a mis en place des mesures concrètes permettant à Tanger de s'ériger en future base industrielle du secteur automobile international.

Cette stratégie a été couronnée par la signature en 2007 entre le gouvernement et le groupe Renault d'une convention pour la mise en place d'un méga projet à Tanger.

D'une enveloppe budgétaire de plus de 600 millions d'euros, la nouvelle usine du groupe Renault à Tanger s'est assignée pour objectif de produire 400.000 véhicules par an, en grande partie destinés à l'export, faisant ainsi de ce site l'un des centres de production automobile les plus importants du bassin méditerranéen.

L'année 2012 est une autre date à retenir dans le processus de développement du secteur automobile, avec l'inauguration, en février 2012, de l'usine Renault Tanger, mobilisant des investissements de 1,1 milliard d'euros.

La nouvelle usine vise à produire, dans un premier temps, entre 150.000 et 170.000 véhicules/an, avec trois équipes qui se relayent. Ainsi, une seconde ligne de montage a été prévue à partir de 2013 pour faire monter la production annuelle à 340.000 unités, voire à 400.000 en travaillant les week-ends.

Quant à la formation des salariés de Renault, près de 310.000 heures de formation ont été dispensées, au titre de l'année 2011, à l'Institut de formation aux métiers de l'industrie automobile de Tanger Méditerranée destiné à Renault (IFMIA-TM), alors qu'en 2012 plus de 600.000 heures ont été dispensées.

Outre le volet production, l'usine Renault-Nissan Tanger est considérée comme une première mondiale en termes de prévention de la pollution dans la mesure où elle ambitionne d'éliminer ses émissions de CO2 d'environ 135.000 tonnes par an, et ses rejets d'eaux usées d'origine industrielle dans le milieu naturel, outre la réduction de 70% de ses prélèvements de ressources en eau pour les processus industriels.

Sur le Plan des échanges commerciaux, l'usine Renault-Nissan Tanger est de nature à améliorer la balance commerciale du Maroc. En effet, 3,5 milliards d'euros d'exportations supplémentaires seront générés à terme par ce projet.

Tanger free zone, grande plate-forme industrielle

Sur le front des zones franches, la société de gestion Tanger free zone (TFZ) jouit des potentiels de développement et de positionnement stratégique par rapport aux principaux marchés internationaux.

Située à proximité de l'aéroport international de Tanger et longée par l'axe autoroutier Marrakech-Casablanca-Rabat-Tanger, TFZ est une zone franche réservée aux entreprises dont l'activité est orientée vers l'exportation exclusivement.

TFZ a été classée sixième meilleure zone de l'avenir pour l'année 2012-2013, selon le classement mondial publié par le prestigieux FDI (Foreign Direct Investment), magazine relevant du groupe Financial Times. Elle a également remporté, en juin 2013, le Prix du meilleur projet logistique international au Salon international de la logistique de Barcelone (SIL 2013).

Pour sa part, la Zone Franche Logistique (ZFL) du complexe Tanger Med, ouverte en décembre 2008, d'une superficie de 250 hectares dont 130 hectares seront aménagés entre 2008 et 2014, est exclusivement dédiée aux activités de logistique à valeur ajoutée.

LGV Tanger-Casablanca, chantier ferroviaire d’envergure

Prévue pour décembre 2015, la Ligne grande vitesse, LGV Tanger-Casablanca, se veut déjà une révolution technologique qui viendra apporter une solution convenable et durable à une demande en croissance continue et régulière de l'activité voyageurs, accompagner le développement du nouveau pôle économique de Tanger, fluidifier le trafic ferroviaire fret sur l'axe Tanger-Casablanca et en phase avec le développement des corridors européen et maghrébin.

D'un coût de 20 milliards de DH, le projet, premier du genre sur le continent africain, comprend une ligne nouvelle Tanger-Kénitra de 200 Km conçue pour une vitesse maximale de 350 Km/h, et exploitée à une vitesse commerciale de 320 Km/h, les équipements ferroviaires, l'acquisition des rames à grande vitesse, ainsi que la construction d'un atelier pour leur entretien à Tanger.

Les énergies renouvelables ne sont pas en reste avec déjà, autour de Tanger, plusieurs parcs éoliens fournissant 260 MW. Cinq autres en construction produiront 200 MW supplémentaires.

Tanger se dote d'un programme de lutte contre les inondations

 

La ville de Tanger est désormais dotée d'un véritable programme intégré et proactif de lutte contre les inondations.

Ce projet vient en complément du programme de protection des populations lancé en 2009 et qui consiste en la réalisation d'infrastructures permettant de lutter contre les inondations dans les zones à risque, notamment les parties basses et les quartiers sous-équipés de la ville de Tanger.

Ce programme, qui porte notamment sur la pose de 32,7 km de collecteurs, concerne les axes Bassin Ouarda-Route de Tétouan, Val Fleuri Oued Souani et Avenue Sidi Mohammed Ben Abdellah, Aouama et Oued Lihoud.

D'un coût de 346 millions de DH, le projet sera financé conjointement par le contrat de la gestion déléguée et le ministère de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement.

Le programme de lutte contre les inondations à Tanger vient s'ajouter au système de dépollution de l'axe Tanger Assilah. Ce projet a pour objectif l'éradication de la pollution pouvant atteindre les plages, les oueds et le milieu naturel à travers un système intégré qui sera mis en place au niveau du grand Tanger.

Ce projet qui permettra la dépollution de 65 km de littoral allant de Cap Malabata à Asilah et l'amélioration de la qualité des eaux de baignade, consiste en l'interception et le transfert des eaux usées de la ville de Tanger sur un linéaire de 58 km, la réalisation de 7 stations de pompage, le transfert des eaux usées de la ville d'Asilah sur un linéaire de 23 km, ainsi que la réalisation de 2 stations pompage permettant également la collecte de eaux usées des zones de Briech et Had El Gharbia.

Il porte aussi sur la réhabilitation de la station d'épuration à boues activées de Boukhalef (140.000 habitants) et la réutilisation des eaux traitées pour l'arrosage de la zone Houara.

Le montant total des travaux s'élève à 400 millions de DH programmés entre les années 2013 à 2017, et dont le financement est assuré par le contrat de la gestion déléguée.

Le programme Tanger-Métropole pour le développement intégré, équilibré et inclusif de la ville du détroit, lancé jeudi par le Roi, est conçu pour être un modèle urbain inédit au Maroc et sur la rive sud de la Méditerranée.

Ce programme va accélérer le développement de la ville et lui permettre de se hisser au niveau des grandes métropoles internationales.

(Avec MAP)

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

LHM : Indicateurs du T3 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.