Exclusif: Nacer Ibn Abdeljalil nous répond de l'Everest

Nacer Ibn Abdeljalil, ce jeune Marocain qui défie le sommet de l’Everest, nous reçoit virtuellement dans l’intimité de son campement dans les montagnes de l’Himalaya.

Exclusif: Nacer Ibn Abdeljalil nous répond de l'Everest

Le 10 mai 2013 à 13h47

Modifié 11 avril 2021 à 2h35

Nacer Ibn Abdeljalil, ce jeune Marocain qui défie le sommet de l’Everest, nous reçoit virtuellement dans l’intimité de son campement dans les montagnes de l’Himalaya.

Quelle est votre impression, alors que vous lisez ce mail, à quelques 7.200 mètres d'altitude?

Tout d'abord cela fait plaisir que des medias nationaux s'intéressent à cette aventure à des milliers de km du Maroc. Ensuite je suis reconnaissant à l'évolution des nouvelles technologies qui permettent de recevoir cet e-mail dans un lieu aussi inhospitalier.

Que représente un téléphone ou un ordinateur lorsqu'on est si loin de toute civilisation?

Le mental joue beaucoup sur l'Everest. C'est une aide monumentale de recevoir des nouvelles des proches et du pays et de partager cette superbe expérience avec le plus grand nombre.

Je suppose que vous relativisez tout par rapport à votre vie quotidienne...

Oui, les conditions de vie ici sont très difficiles. Malheureusement, c'est là qu'on se rend réellement compte du confort dans lequel on vit le reste de l'année.

Sur Facebook, vous êtes le reporter de votre propre aventure. Comment vous organisez-vous pour trouver le temps pour cela ?

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, on a beaucoup de temps libre lorsqu'on ne grimpe pas. Jusqu'à maintenant, l'expédition consistait à faire des rotations entre le camp de base et les camps intermédiaires sur la montagne. Et au camp de base, nous bénéficions deux fois par jour d'une connexion internet qui me permet de donner quelques nouvelles. Donc à chaque fois que nous redescendons après quelques jours sur la montagne, j'essaie de donner des nouvelles de l'expédition. Par ailleurs, Eos Borealis et WBC, deux agences de com' qui m'ont soutenu depuis le début de cette aventure, m'aident à communiquer et à donner de mes news lorsque je suis sur la montagne.

Que vous procure le soutien de vos fans Facebook? Quelle est votre sensation lorsque vous lisez un article qui relate votre aventure depuis ces montagnes si lointaines?

Cela fait évidemment plaisir de voir que des gens s'intéressent à mon aventure. Beaucoup sont des amis, mais de plus en plus de gens que je ne connais pas me soutiennent et m'encouragent. Je suis touché et agréablement surpris par un tel élan populaire et je ne vous cache pas que pendant les moments difficiles, cela me donne une raison de plus de continuer pour ne pas les décevoir.

J'ai été aussi très surpris par le nombre d'articles en français et en arabe qui reprenaient les articles de mon blog. Je suis content car cela permette de faire partager au plus grand nombre cette expérience nouvelle pour les Marocains.

Que vous apporte le soutien de votre famille, vos amis dans cette aventure? Que faites vous pour apaiser leurs inquiétudes, les rassurer?

C'est évidemment le soutien le plus important à mes yeux. Je réalise par moments que vu les inquiétudes qu'ils ont, mon acte est très égoïste. Néanmoins, ils savent que c'est un rêve d'enfant et ils font tout pour me soutenir et ne pas me montrer leurs inquiétudes. J'essaye de les rassurer en leur décrivant mon aventure avec beaucoup de détails et en leur disant qu'ils sont ma priorité, et non le sommet.

Comment se passe votre intégration dans votre groupe dans l'Everest?

C'est un groupe international composé de Britanniques, Norvégiens, Iles caïmans... Ils sont parfois étonnés par ce Marocain qui va tenter le plus haut sommet du monde. Je sens dans le regard et le comportement de certains qu'ils sont sceptiques quant à ma réussite, mais je fais comme si de rien n'était.

Une telle promiscuité pendant deux mois 24h/24 avec les mêmes personnes crée de temps en temps quelques tensions, mais qui s'apaisent rapidement. Comme dans tout groupe, j'ai plus d'affinités avec certains qu’avec d'autres.

Quel est votre planning pour le reste de l'aventure et quels délais vous êtes vous fixés?

Nous devrions démarrer notre ascension vers le sommet entre le 11 et le 20 mai, car nous sommes dépendants des conditions météorologiques.

Quels ont été le moment le plus difficile et le plus heureux de cette aventure?

Le moment le plus difficile est à chaque fois que nous traversons la cascade de glace du Khumbu entre le camp de base et le camp1. C'est un énorme amas de bloc de glaces séparés par des crevasses qui menace de s'effondrer à n'importe quel moment. Il faut le traverser rapidement malgré la difficulté.
Le moment le plus heureux a été mon arrivée au camp 3 à 7.200 mètres. Je n’étais jamais monté aussi haut ! J'ai tout de suite sorti le drapeau marocain pour immortaliser cet instant en photo.

L'Everest est votre cinquième ascension, après Toubkal, le Mont-Blanc, l’Aconcagua et le Mc Kinleyen. En quoi est-elle différente des précédentes ?

L’ascension de l’Everest est de loin la plus dure physiquement et mentalement… en plus d'être la plus longue puisqu’elle dure deux mois.

Que pensez-vous dès que vous vous levez le matin et avant de vous coucher le soir?

Je suis très croyant et mélomane, donc je commence toujours ma journée et la finis par une prière et un morceau de musique.

Avez-vous un héros pour modèle?

J'aimerais bien avoir une vie qui ressemble à celle de Richard Branson, un businessman aventurier.

Pourquoi? C’est sûrement la question qu'ont dû vous poser tous vos proches. Nous nous permettons de vous la reposer...

Un défi personnel tout d'abord que j'ai en tête depuis des années. Et puis j'espère qu'en partageant mon aventure avec mes compatriotes, cela suscitera des vocations chez eux et libérera les mentalités marocaines de certains freins qui nous empêchent d'aller plus loin... ou plus haut !

Comment arrive-t-on un jour à tout plaquer et à se dire on y va, celle là c'est la bonne, je suis prêt?

C'est une décision qu'il faut prendre un jour sans regarder en arrière, comme on arrête de fumer du jour au lendemain...

Pensez-vous, à ce stade de l'aventure, avoir de bonnes chances d'y arriver?

Bien sûr qu’il y a des moments de doute et des moments de peur mais c'est là où le mental doit reprendre le dessus. Il y a beaucoup d'éléments extérieurs qui ont une influence sur les chances de réussite -météo, groupe, matériel, oxygène...- mais je reste positif et j'espère que tous ces éléments joueront en ma faveur inchallah ou du moins qu’ils ne m'empêcheront pas d'y arriver.

Mais quelle est donc cette chose qui vous motive tant?

Le fait de croire en son rêve et d'aller au bout de ses limites physiques et mentales. Et le fait d'être le premier homme qui portera les couleurs du Maroc aussi haut est une petite injection d'adrénaline en plus.

Un message spécial pour les lecteurs de Medias24?

Il faut repousser vos limites et croire en vos rêves car personne ne le fera à votre place.

Vous pouvez continuer à suivre l'aventure de Nacer Ibn Abdeljalil sur sa page facebook (ICI) ou sur son blog http://www.maroc-everest.com

 

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

COSUMAR: INDICATEURS TRIMESTRIELS AU 31 DECEMBRE 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.