Les 90 jours du gouvernement Akhannouch : timide performance politique Entretien. ATK détaille les piliers de la réforme de la santé Sécurité sociale. Le détail du plan d'action de la CNSS en 2022 En 2021, le marché automobile marocain a progressé de 5,7% par rapport à 2019 Une fermeture généralisée des écoles n'est pas à l'ordre du jour (gouvernement) Harcèlement sexuel : le CNDH appelle à un soutien judiciaire aux victimes AMO : 7,8 millions de bénéficiaires en 2021 Activité sismique à Al Hoceima : "La multiplication des secousses n’est pas inquiétante" (expert) Fatima Zahra Mansouri : le bilan de mes 90 jours à la tête de la mairie de Marrakech Avocats, adouls, notaires et huissiers : où en sont les lois sur les professions ? Procès Omar Radi : démarches en cours pour un jugement en l’absence de Imad Stitou Froid, pluie et neige dans plusieurs régions du Maroc Au salon de la tech de Las Vegas, des robots humanoïdes épatants et troublants Installation du Comité national chargé de l’exécution des sanctions du CS sur le terrorisme et les armes Bilan d’une année difficile Covid. Plus de 6.000 nouveaux cas et 11 décès ce jeudi 6 janvier 2022

Ce matin au Maroc

La coutume du bilan des 100 jours est devenue un rendez-vous incontournable de la presse dans de nombreux pays. Cette appellation a été utilisée pour la première fois par des journaux français.

Il est normal que les journaux esquissent un premier bilan au bout d'un délai raisonnable, après l'installation d'une nouvelle équipe, qu'il s'agisse d'un gouvernement ou de maires.

Mais pourquoi 100 jours?

Après tout, on n'est pas obligé au Maroc de suivre une pratique importée. Et trois mois sont largement suffisants pour que s'éteigne l'état de grâce, et qu'un ministre - comme un gouvernement - ait élaboré un plan d'action et ait de la visibilité.

Nous avons donc opté à Médias24 pour cette durée de trois mois et entamons une série d'articles sur les 90 jours des nouveaux responsables dans les mairies, les ministères ou à la primature.


L'evenement