Bitcoin : au plus haut depuis 18 mois, voici ce qui dope le cours de la cryptomonnaie

| Le 6/12/2023 à 13:51
Le bitcoin connaît une progression de 156% en YTD. Une hausse catalysée principalement par l’attente de la réponse du régulateur américain (SEC) aux demandes de créations de fonds négociés en bourse (ETF spot) adossés au bitcoin, déposés par plusieurs fonds d’investissement dont l’immense BlackRock. Une réponse de la SEC est attendue début janvier et déterminera la hausse ou la baisse du cours du bitcoin.

Le bitcoin a atteint un plus haut depuis 18 mois à plus de 444.000 dirhams ce 6 décembre. La première des cryptomonnaies se rapproche progressivement de ses sommets historiques, qui était proche de 588.000 dirhams il y a deux ans.

Alors que la monnaie virtuelle affichait une contreperformance qui a pu dégoûter certains investisseurs l’an dernier, elle a en revanche de quoi réjouir cette année. En YTD, sa valeur a progressé de 156%. Si les variations de sa valorisation sont globalement erratiques, plusieurs facteurs peuvent expliquer ce Bull-Market depuis le début de l’année.

L’attente d’un retour du régulateur américain sur des fonds négociés en bourse dope le cours

Pour Badr Bellaj, spécialiste des cryptomonnaies et du bitcoin, une raison en particulier explique cette forte résurgence. Il s’agit de la création d’ETF spot (fonds négocié en bourse, ndlr) adossé au bitcoin qui a été déposé auprès du régulateur financier américain, la SEC (Securities and Exchange Commission, ndlr).

"Il s’agit d’un fonds qui réplique le fonds sous-jacent. Au lieu d’investir dans le bitcoin, vous investirez dans un ETF spot adossé sur le bitcoin, ce qui limite le risque. En fait, on ouvre aux investisseurs un indice qui traque l’évolution du bitcoin. C’est une sorte d’investissement indirect, mais à travers un instrument financier régulé, contrairement au bitcoin. C’est une solution encadrée pour un investisseur, où le risque est pris par le fonds d’investissement. BlackRock, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, a déposé un dossier dans ce sens auprès du SEC", nous explique Badr Bellaj.

En réalité, le monde des cryptomonnaies est suspendu à la décision du régulateur américain, qui devrait tomber début janvier 2024. Cette dernière concerne les ETF spot de BlackRock mais aussi d’autres dépositaires qui, dans une large majorité, sont des fonds d’investissement. "Si la SEC confirme la création de ces ETF, la tendance haussière se renforcera fortement. Si elle les refuse, le marché redescendra vers des niveaux plus bas", poursuit notre interlocuteur.

Un appel d’air au potentiel énorme se profile

En effet, si début janvier, le SEC approuve les ETF Spot de BlackRock, il est clair que le signal créera un appel d’air très important pour l’industrie. Les autres grands gestionnaires d’actifs et fonds d’investissement se positionneront et le cours du bitcoin en percevra les effets positifs du fait de la hausse de la demande qui en découlera. "L’ouverture potentielle d’un tel ETF ouvrira les portes à une masse d’investisseurs particuliers et institutionnels, et de fait la demande grandira", note Badr Bellaj.

Si la décision définitive de la SEC se fait encore attendre, il convient de faire un léger rappel historique : le SEC avait rejeté par le passé de nombreuses demandes de dépositaires, mais à la fin août 2023, il a perdu un procès face à Grayscale, fonds d’investissement en monnaie numérique suite à sa demande d’ETF adossé sur bitcoin. Après cela, le SEC a décidé de ne pas faire appel de cette décision. Une nouvelle qui avait alors enflammé le marché. "Le marché est en train de pricer le fait que le SEC n’a pas pu défendre sa position et que la donne pourrait rapidement changer", poursuit notre interlocuteur.

Un rallye qui renforcera la confiance du marché marocain dans les cryptomonnaies

Le redressement du cours du bitcoin est aussi conduit par l’anticipation, par le marché, d'une fin du resserrement monétaire de la part de la FED. "Nous observons une corrélation entre le cours du bitcoin et de l’Or depuis plusieurs mois. Nous voyons que le marché anticipe cette réaction de la FED et que cela va faire baisser le dollar. De ce fait, l’Or progresse et a d’ailleurs atteint très récemment son pic historique. Cette anticipation de la baisse des taux est également l’une des raisons de la hausse des cours du bitcoin ces derniers mois", explique Badr Bellaj.

Au Maroc, ce nouveau rallye haussier, s’il n’a pas modifié les habitudes des intéressés du bitcoin, aura eu le mérite de les amener à faire de nouveau confiance au monde des cryptomonnaies. "Au Maroc, les actifs sur le marché des cryptomonnaies sont souvent des jeunes qui croient au marché malgré les perturbations. En moyenne, les volumes échangés demeurent stables malgré une année 2022 très perturbée. Je crois que ce nouveau rallye va rafraîchir cette croyance envers le bitcoin et le fait que c’est un actif qui est là pour durer", explique Badr Bellaj.

Pour lui, 2023 marque une évolution positive de la monnaie virtuelle qui en renforcera l’usage par les Marocains.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 1/3/2024 à 16:53

    Fort ralentissement du crédit bancaire en janvier et hausse des impayés

    Les crédits bancaires marquent un fort ralentissement en janvier. L’encours global des crédits recule de plus de 24 milliards de dirhams d’un mois sur l’autre. L’encours des comptes débiteurs et crédits de trésorerie chute particulièrement de 12 MMDH en janvier par rapport à décembre. Les impayés, eux, progressent en janvier de près d’un milliard de dirhams d’un mois sur l’autre.
  • | Le 1/3/2024 à 16:37

    Label'Vie : baisse de 31% du résultat net en 2023, hausse de 12% du dividende

    Le groupe est parvenu à maintenir une bonne croissance de son chiffre d'affaires et de ses ventes sur l'année 2023. Alors que 24 magasins ont été inaugurés, la profitabilité a diminué, notamment du fait d'un effet de base défavorable et de la non-récurrence des plus-values exceptionnelles réalisées en 2022.
  • | Le 1/3/2024 à 16:30

    Le FM6I et le GBPM vont lancer le nouveau produit de dette subordonnée

    Le Fonds Mohammed VI pour l’Investissement a annoncé la création, en partenariat avec le GPBM, de CapAccess, le nouveau produit de dette subordonnée. Le produit aura pour but l’injection de quasi-fonds propres dans les entreprises sous forme de dette subordonnée pour remédier à la problématique de sous-capitalisation, engendrant des difficultés d’accès au financement.
  • | Le 1/3/2024 à 13:05

    OCP : hausse des investissements en 2023 à 26 MMDH

    Le groupe affiche une baisse de son chiffre d’affaires en 2023, notamment du fait d’un effet de base négatif après une année 2022 exceptionnelle. L’OCP a maintenu une forte dynamique d’investissement en hausse de 34% par rapport à 2022 avec 26,8 MMDH.
  • | Le 29/2/2024 à 12:47

    Virement instantané : 21 milliards de DH émis et 31.000 virements par jour en 2023

    Entre le 1er juin et jusqu’au 31 décembre 2023, 31.000 virements instantanés en moyenne ont été effectués chaque jour. Sur cette même période, un total de près de 21 milliards de dirhams a été émis. Détails.
  • | Le 29/2/2024 à 10:05

    Cosumar : chiffre d’affaires consolidé quasi-stable en 2023

    Le chiffre d’affaires demeure stable par rapport à 2022 du fait d’une baisse des volumes de ventes disponibles à l’export et d’une légère hausse des ventes sur le marché local. La production de sucre blanc a baissé de 30% du fait de la campagne agricole compliquée.