Comment la technologie peut pallier la pénurie d’eau : la réponse d'Amine Zerouk

Le stress hydrique subi par le Maroc impose des économies d’eau drastiques, notamment en matière d’irrigation. En ce sens, l’apport de la technologie est déterminant. Le point avec Amine Zarouk, président fondateur de la start-up marocaine Arwa solutions.

Comment la technologie peut pallier la pénurie d’eau : la réponse d'Amine Zerouk

Le 17 mai 2023 à 17h49

Modifié 17 mai 2023 à 18h09

Le stress hydrique subi par le Maroc impose des économies d’eau drastiques, notamment en matière d’irrigation. En ce sens, l’apport de la technologie est déterminant. Le point avec Amine Zarouk, président fondateur de la start-up marocaine Arwa solutions.

Lorsque les ressources en eau se raréfient et les dotations agricoles à partir des barrages se réduisent comme peau de chagrin, chaque litre d’eau économisé est capital. D’où l'intérêt de s’appuyer sur la technologie pour gérer au mieux les ressources en eau à disposition des agriculteurs. 

C’est d’ailleurs le cœur de la solution proposée par Arwa solutions. "Arwa Feedback utilise l’internet des objets (IOT) afin de déterminer la quantité d’eau requise en vue d’un épanouissement optimal de la plante, mais aussi pour détecter les pertes d’eau ou les fuites à colmater", indique à Médias24, Amine Zarouk, président fondateur de la start-up marocaine Arwa solutions.

Cette solution repose sur un réseau d'objets et de terminaux connectés, équipés de capteurs leur permettant de transmettre et de recevoir des données entre eux et avec d'autres systèmes. Si l'IOT est d'ores et déjà utilisé dans l'industrie, un bel avenir s'offre à lui dans le secteur agricole. 

La solution Arwa Feedback repose sur un réseau d'objets et de terminaux connectés.

Un rapport journalier généré sur smartphone 

L’un des services proposé par la start-up consiste en un système de feed-back. Un tableau de bord qui permet, grâce à des capteurs, de suivre en temps réel l’état hydrique de l’exploitation (stress/confort/excès) et de calculer les durées d’irrigation ainsi que la quantité d’eau consommée par secteur.

"Un rapport journalier est généré, suivi d’alertes sur le smartphone de l’agriculteur en cas de stress ou d'excès d’irrigation, de fuite ou de bouchage au niveau du réseau", assure Amine Zarouk. "Dans la version Pro, un module de personnalisation du tableau de bord et des alertes est proposé", ajoute-t-il, précisant qu’une solution Arwa Smart Irrigation est en cours de développement. Elle permettra de lancer, planifier ou arrêter le système d’irrigation. 

En termes d’irrigation, cette solution permet de faire des économies substantielles qui varient de 50% à 70%, selon la plante cultivée, la nature du sol, mais aussi les habitudes d’irrigation des agriculteurs, affirme notre interlocuteur. "Certains ont l’habitude d’irriguer leurs cultures plus qu’il n’en faut. Dans ce cas, nous avons constaté une économie de 70%", souligne notre interlocuteur. 

Destinée entre autres aux agriculteurs qui possèdent de petites ou moyennes surfaces, Arwa Feedback est présentée comme une solution low cost, dont une centaine d'appareils ont été produits jusqu'à présent. "Nous avons deux types de modèle économique. Soit la vente, soit la location. S’agissant de la vente pour un usage optimal, le coût à l’hectare est déterminé par secteur. Pour un secteur de 5 ha, le coût à l’hectare est de 4.000 DH", précise Amine Zarouk. 

Une installation facile et extensible

Pour ce qui est de l’installation, "c’est un processus facile et extensible". La solution peut se greffer à n’importe quel système d’irrigation. "Du moment qu’il y a un réseau d'irrigation, notre solution peut être installée. Nous évaluons la pression du réseau d’irrigation, mais nous réussissons également à détecter l’humidité au niveau du système racinaire", affirme Amine Zarouk.

Une démonstration lors du Salon international de l'agriculture à Meknès.

La firme marocaine a d'ailleurs eu la bonne idée de déployer un système d’irrigation plus vrai que nature, pour irriguer une parcelle d’avocatiers, lors du Salon international de l'agriculture à Meknès.

"Il est vrai que l’avocat a une réputation de culture qui consomme beaucoup d’eau, raison pour laquelle nous avons réalisé des démonstrations lors du SIAM sur des plants d'avocat pour prouver l’efficacité de notre technologie", indique Amine Zarouk.  

"L’idée est de démontrer qu’avant d’interdire la culture de l’avocat, il serait plus intéressant d’explorer des solutions innovantes en termes de brumisation afin d’humidifier l’air et éviter à la plante de perdre beaucoup d’eau. Sans oublier le système d'irrigation monitoré."

Par ailleurs, "tous nos produits et solutions sont 100% marocains et utilisent des technologies de pointe pour répondre aux enjeux de l’agriculture d’aujourd’hui. Ce qui nous permet d’optimiser le coût, notamment sur le hardware en produisant en grande quantité", conclut notre interlocuteur.  

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Africa Stone Management: “AL AKHAWAYN UNIVERSITY SPI” Rapport de gestion ex 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.