χ

Santé : un budget en hausse (+19%), 5.500 postes budgétaires et 1.400 nouveaux lits

Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé et de la protection sociale, a présenté, mercredi 2 novembre devant la commission des secteurs sociaux de la Chambre des représentants, le projet de budget du ministère au titre de l’année 2023.

L'unité de réanimation de l'hôpital Duc de Tovar à Tanger, inaugurée le août .

Santé : un budget en hausse (+19%), 5.500 postes budgétaires et 1.400 nouveaux lits

Le 3 novembre 2022 à 16h53

Modifié 3 novembre 2022 à 16h53

Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé et de la protection sociale, a présenté, mercredi 2 novembre devant la commission des secteurs sociaux de la Chambre des représentants, le projet de budget du ministère au titre de l’année 2023.

Le projet de budget du ministère de la Santé au titre de l’année 2023 s’élève à un peu plus de 28 milliards de DH (28.130.252.000 DH), en hausse de 19% (près de 4,6 MMDH) par rapport à 2022.

13,45 MMDH dédiés au personnel

Le budget de fonctionnement s’élève à 20,13 MMDH, dont 13,45 MMDH dédiés au personnel. Cette part est en hausse de 18% par rapport à 2022. Le budget d’investissement s’élève quant à lui à 8 MMDH, en progression de 16% par rapport à 2022.

Par ailleurs, le ministère de la Santé va allouer 1,92 MMDH au fonds spécial de la pharmacie centrale, un budget en hausse de 700 millions de DH par rapport à 2022.

Plus en détail, une enveloppe budgétaire de :

- 13,6 MMDH sera dédiée aux ressources humaines et au renforcement du système de santé ;

- 2,9 MMDH à la planification, la programmation, la coordination et au soutien des fonctions du système de santé ;

- 258,9 MDH à la santé reproductive, la santé maternelle et infantile, la santé des jeunes et de la population à besoins spécifiques ;

- 144,2 MDH à la surveillance épidémiologique, la veille et la sécurité sanitaire, ainsi que la prévention et le suivi des maladies ;

- 3,8 MMDH aux procédures et services de soins de santé primaire, pré-hospitaliers et hospitaliers ;

- 7,3 MMDH au renforcement, à la réhabilitation et à l’entretien des infrastructures et équipements sanitaires.

Création de la Haute autorité de santé, de l’Agence nationale des médicaments et de l’Agence nationale du sang

Khalid Ait Taleb a également présenté le programme de travail du ministère pour 2023. Le premier axe est la poursuite du chantier relatif à la réforme du système de santé, qui s’articule autour de quatre piliers : la mise en place d’une nouvelle gouvernance, la valorisation des ressources humaines, la réhabilitation de l’offre de soin et la création d’un système informatique intégré. Chacun de ses axes compte un certain nombre de mesures.

Dans le premier axe, relatif à la gouvernance, le ministère prévoit la création de la haute autorité de santé, dont l’objectif sera de réglementer le système de santé (assurance maladie obligatoire, médicaments et produits de santé, et efficacité et qualité des services de santé), mais aussi de mettre en place les stratégies et politiques générales de santé publique.

Toujours dans le même axe, le ministère ambitionne de créer des groupements de santé territoriaux, à travers la création d’un réseau d’établissements de soins de santé primaire (ESSP), des centres hospitaliers régionaux (CHR) et des centres hospitaliers universitaires (CHU).

Le ministère envisage également de créer :

- une Agence nationale des médicaments et des produits de santé, qui se chargera de superviser la gestion et l’organisation du secteur pharmaceutique et des produits de santé, ainsi que son développement ;

- une Agence nationale du sang et de ses dérivés, qui supervisera le développement du stock des produits sanguins et de leur traitement et qui se chargera également de sécuriser leur approvisionnement en fonction des besoins nationaux ;

- la révision des fonctions et de la structure de l’administration centrale, dans le but de renforcer la gestion des programmes de santé et des plans d'intervention d'urgence.

Création de 5.500 postes budgétaires supplémentaires

Lors de sa présentation, le ministre de la Santé a annoncé la création de 5.500 nouveaux postes budgétaires en 2023, de continuer à améliorer la situation des professionnels de santé, et de soutenir le Fondation Hassan II des œuvres sociales.

Il s’agit du second axe du programme de travail du ministère pour l’année 2023.

1.425 nouveaux lits

Le troisième axe concerne pour sa part la hausse de la capacité litière des hôpitaux. Dans ce sens, le ministère prévoit de :

- Poursuivre ses projets de construction et d’aménagement des centres hospitaliers universitaires (CHU). Sont concernés :

  • Le CHU d’Agadir : 867 lits ;
  • Le CHU de Laâyoune : 500 lits ;
  • Le CHU Ibn Sina de Rabat : 1.006 lits ;
  • Le CHU d'Errachidia : 500 lits.

- Poursuivre ses projets de construction et d’équipement d’établissements hospitaliers. Il s’agit de :

  • Dix centres de santé provinciaux ou régionaux, d’une capacité de 2.020 lits, où les travaux sont en cours, et de 13 autres, d’une capacité de 2.340 lits, à l’étude ;
  • Deux hôpitaux psychiatriques d’une capacité de 240 lits, où les travaux sont en cours, et un autre de 120 lits encore à l’étude ;
  • Un hôpital spécialisé d’une capacité de 300 lits en cours de réalisation, et deux autres de 290 lits à l’étude.

- Poursuivre les projets d’élargissement, de réhabilitation et construction de centres hospitaliers. Sont concernés :

  • 16 hôpitaux de proximité, d’une capacité de 800 lits, dont les travaux sont en cours de réalisation, et sept autres, d’une capacité de 315 lits, à l’étude ;
  • Quatre hôpitaux de jour d’une capacité de 54 lits en cours de réalisation ;
  • Élargissement et réhabilitation des hôpitaux : les travaux sont en cours au niveau de quatre hôpitaux, d’une capacité de 61 lits, et les études sont lancées pour deux autres, d’une capacité de 88 lits.

- Pour ce qui est des nouveaux projets programmés en 2023, il s’agit de :

  • La reconstruction de deux CHR à Dakhla et Marrakech (Tamansourt), qui permettront de créer 400 lits supplémentaires ;
  • L’élargissement du centre hospitalier provincial d’Essaouira : 190 lits supplémentaires ;
  • Le centre hospitalier provincial de Sidi Slimane : 120 lits supplémentaires ;
  • La reconstruction de l’hôpital psychiatrique de Berrechid : 300 lits supplémentaires ;
  • La construction de neuf hôpitaux de proximité (385 lits supplémentaires) et d'un centre de santé de proximité à Khemis Zemamra : 30 lits supplémentaires ;
  • La programmation des études relatives à la construction d'un CHU à Beni Mellal.

Ces projets permettront d’augmenter de 1.425 lits la capacité litière du Royaume.

Ouverture de 65 nouveaux établissements de soins de santé primaire avant fin 2022

Par ailleurs, toujours dans le cadre du renforcement de l’offre de soins au Maroc, le ministère compte, en 2023 :

- Poursuivre la réhabilitation de 1.365 établissements de soins de santé primaire et en ouvrir 65 nouveaux avant la fin de l’année en cours ;

- Poursuivre l’opérationnalisation du programme de réduction des disparités territoriales et sociales dans le monde rural 2017-2023 ;

- Faire respecter le parcours de soins ;

- Opérationnaliser la stratégie nationale des soins de santé primaire et formuler les programmes d'action régionaux ;

- Réviser le panier de soins de base dans les établissements de soins de santé primaire, ainsi que la création de groupes de santé territoriaux ;

- Renforcer la santé collective, en activant les comités locaux de santé au niveau des établissements de soins de santé primaire ;

- Étendre la pratique de la médecine familiale au niveau des établissements de soins de santé primaires.

Généralisation de la protection sociale

Ce chantier royal doit être mis en œuvre avant fin 2022. Pour ce faire, le ministère compte accélérer l’intégration du reste des professions indépendantes dans le système d’assurance maladie obligatoire, sécuriser la transition vers le système d’assurance maladie obligatoire avant fin 2022, mettre en place un système d'informations homogène, intégré et multiusages, regroupant tous les acteurs de la gestion du système de couverture maladie dans sa partie relative à l'identification du bénéficiaire, à la déduction des dépenses de santé et au suivi du parcours du patient.

Pour ce qui est des allocations familiales, elles devront être généralisées en 2023. Selon le ministère, elles concerneront 7 millions d'enfants issus de familles vulnérables et pauvres notamment, et 3 millions de familles sans enfants en âge de scolarisation.

En ce qui concerne les régimes de retraite, l'élargissement de la base des adhérents devra être finalisée en 2025. Cette mesure concernera environ 5 millions de personnes parmi la population active n'ayant pas droit à la retraite.

Enfin, la généralisation des indemnités pour perte d'emploi devra être finalisée en 2025 et concernera toute personne au chômage.

Elaboration d’une nouvelle stratégie de santé maternelle et infantile 2022-2030

Afin de renforcer les programmes de santé préventive, le ministère prévoit notamment d’élaborer une nouvelle stratégie de santé maternelle et infantile 2022-2030, de généraliser le dépistage précoce de l'hypothyroïdie congénitale et de la surdité chez le nouveau-né, d’élaborer un plan d'action stratégique national multisectoriel pour la santé des enfants de moins de 18 ans pour la période 2021-2025, et d’assurer la disponibilité continue des vaccins et des injections au niveau des institutions et centres de soins de santé primaires, y compris le vaccin contre le VPH.

Le ministère va également promouvoir le dépistage précoce et le traitement des troubles nutritionnels chez les femmes et les enfants, mettre en œuvre les nouvelles directives du Programme national de santé scolaire et universitaire ainsi que la deuxième stratégie nationale de santé des adolescents et des jeunes 2022-2030, et organisera la campagne nationale annuelle de dépistage et de prise en charge des problèmes de santé, au profit de plus de 50.000 enfants, adolescents et jeunes, en milieu scolaire et universitaire, y compris ceux en situation de handicap, pour l'année 2022-2023.

Une nouvelle stratégie de lutte contre le sida

Pour renforcer le programme national de lutte contre les maladies, le ministère prévoit de préparer une nouvelle stratégie nationale de lutte contre le VIH/SIDA à l’horizon 2030, d’élaborer le plan stratégique d'élimination de la tuberculose au Maroc après 2023, de réviser les protocoles de vaccination préventive, de diagnostic et de prise en charge de la méningite, ainsi que d’élaborer le plan national de lutte contre les principales maladies zoonotiques.

Pour ce qui est des maladies non transmissibles, le ministère va poursuivre l’activation de la stratégie nationale multisectorielle de prévention et de contrôle des maladies non transmissibles 2019-2029, élaborer le plan stratégique multisectoriel de santé mentale 2023-2030, développer la détection précoce du cancer du col de l’utérus et achever une enquête de terrain sur la prise en charge des patients atteints de maladies non transmissibles.

En ce qui concerne la santé environnementale, le ministère prévoit de renforcer la surveillance et le contrôle des vecteurs et de mettre en œuvre le système national de contrôle des vecteurs viraux au niveau national, de suivre l'implantation du système de contrôle du niveau de contamination microbiologique des aliments et de renforcer le contrôle de l'hygiène dans les hôpitaux et les centres de santé.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SELECTIV PLACEMENT SPI-RFA: Extrait du Document d’Information

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.