χ

En chiffres, voici le premier bilan des restrictions d'eau à Casablanca

Afin de faire face au déficit hydrique, Lydec procède à une réduction de la pression d'eau de 8% entre minuit et 5 h du matin, et de 5% durant le reste de la journée. Depuis l'application de cette mesure, la ville économise plus de 30.000 m3 par jour. Cela reste peu en regard de la consommation globale.

En chiffres, voici le premier bilan des restrictions d'eau à Casablanca

Le 26 septembre 2022 à 18h05

Modifié 27 septembre 2022 à 8h14

Afin de faire face au déficit hydrique, Lydec procède à une réduction de la pression d'eau de 8% entre minuit et 5 h du matin, et de 5% durant le reste de la journée. Depuis l'application de cette mesure, la ville économise plus de 30.000 m3 par jour. Cela reste peu en regard de la consommation globale.

En cette période de sécheresse, et en raison de la situation hydrique critique au niveau des bassins hydrauliques approvisionnant la région de Casablanca-Settat, Lydec a instauré, depuis le 29 août 2022, des réductions de la pression d'eau sur le réseau.

Une économie de plus de 30.000 m3 par jour

“Ces réajustements nous ont permis de réduire la consommation d’eau, ainsi que le débit des fuites d’eau aussi bien dans le réseau de distribution que chez les clients”, nous confie la société, jointe par nos soins. “Nous avons ainsi réalisé une économie d'environ 30.000 m3 d'eau par jour, au 25 septembre.”

Et d'ajouter : “Les volumes d'eau mis en distribution par Lydec, du 1er au 25 septembre, s'élèvent en moyenne à 612.000 m3/j”, contre 613. 966 m3/j en août 2022, et 641.208 m3/j en septembre 2021, comme le montre le graphique ci-dessous.

Dans le détail, sur les 12 derniers mois, le volume d'eau distribué varie entre 564.131 m3/j et 655.033 m3/j, soit entre 16,1 millions de m3 par mois et 19,8 Mm3/mois. Ce volume augmente évidemment en été, entre les mois de mai et août, dépassant 613.000 m3/j. 

Notre source rappelle toutefois qu'il “peut y avoir une différence entre le volume d'eau consommé et celui distribué. Le volume d'eau délivré n'est pas entièrement consommé. Une partie peut être perdue dans les fuites par exemple. La consommation moyenne d’eau potable sur le périmètre géré par Lydec s'établit actuellement à 600.000 m3 par jour”.

Lors d'une table ronde organisée par l'association Tizi vers fin août dernier, Saïd Azzaoui, directeur maîtrise d’ouvrage en charge de la planification, étude et travaux de Lydec, avait indiqué que cette dernière disposait d’un réseau de près de 7.000 km à Casablanca, avec un rendement avoisinant les 77%.

Ainsi, 23% de l’eau qui pénètre dans les réseaux ne parvient pas jusqu’au client. Elle est perdue en raison des fraudes et des fuites.

Réduction de la pression d’eau de 8% la nuit

Comment s'opère cette baisse de débit, qualifiée “d'optimisation” ? “Lydec poursuit la mise en œuvre du plan d’action présenté aux autorités en mars dernier, notamment les opérations d’optimisation de la pression d’eau sur le réseau, de jour comme de nuit. Ces opérations permettent d’économiser la ressource en diminuant les pertes d’eau sur l’ensemble du réseau y compris chez les clients, tout en maintenant l’approvisionnement en continu.”

Et de poursuivre : “Par exemple, une réduction de la pression d'eau de 5 mètres se traduit par une réduction du débit livré de 5%. Une réduction de 10 mètres donne lieu à une réduction d’environ 10% durant la période d’ajustement”, nous explique notre interlocuteur.

“Lydec procède actuellement à une réduction de la pression d'eau de 8 mètres la nuit (de minuit à 5 h du matin) et de 5 mètres pour le reste de la journée.” Concrètement, le débit livré aux citoyens est donc réduit de 5% durant la journée et de 8% entre minuit et 5h du matin.

Baisse des ressources en eau

Toute l’eau qui est consommée à Casablanca provient de Rabat, via le bassin hydraulique de Bouregreg et celui d’Oum Errabia. Sur les cinq dernières années, il y a eu un déséquilibre entre ces deux bassins.

Avant, la métropole était approvisionnée à hauteur de 50% par chacun des deux bassins. À présent, les ressources de l’Oum Errabia, surtout à Douarat, une conduite qui capte l’eau depuis le barrage d’Al Massira, se trouve en difficulté. Celle-ci est également sollicitée pour alimenter la ville de Marrakech où seulement une cinquantaine de jours d’approvisionnement en eau potable sont assurés. Cette perte est estimée entre 20% et 25% des ressources de Douarat. Lydec essaie ainsi d’équilibrer avec le bassin de Bouregreg.

En effet, la situation est critique à Oum Errabia, le volume étant estimé, par le ministère de l’Equipement et de l'eau vers la mi-septembre, à 337 millions de m3, contre un volume normal de 4.955 Mm3, soit un taux de remplissage de 6,8% des barrages relevant de ce bassin. Sur ce dernier, les précipitations sont en baisse de 53% depuis septembre 2021. À peine 185 mm ont été enregistrés depuis septembre 2021, contre une moyenne de 373 mm lors d'une année normale.

Pour ce qui est de Bouregreg, le stock hydrique était estimé, à la même date, à 298,6 Mm3, contre un volume normal de 1.082 Mm3.  Sur ce bassin, les précipitations sont en baisse de 51%. À peine 168 mm ont été enregistrés depuis septembre 2021, contre une moyenne de 338 mm lors d'une année normale. Les barrages relevant de ce bassin sont remplis à hauteur de 27,6%.

Le barrage Sidi Mohammed Ben Abdellah, qui alimente l’axe Rabat-Casablanca Nord est très impacté. Ses réserves sont passées de 353 millions de m3 en septembre 2021 à 265 Mm3 le 14 septembre dernier. Elles sont donc réduites de moitié. Cette quantité permettra d’approvisionner ledit axe en eau jusqu’au mois de juin 2023.

Selon nos informations, cette baisse s’est accélérée depuis juin, principalement à cause du projet d’interconnexion avec Casablanca Sud, augmentant la demande et la pression sur les réserves de ce barrage.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

DANONE : Indicateurs du second trimestre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.