χ

Campagne agricole, préparatifs de Aïd al-Adha : Sadiki fait le point

Le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts a présenté, le lundi 4 juillet, le bilan de la campagne agricole 2021-2022, ainsi que les préparatifs du gouvernement pour Aïd al-Adha.

Campagne agricole, préparatifs de Aïd al-Adha : Sadiki fait le point

Le 5 juillet 2022 à 17h33

Modifié 5 juillet 2022 à 18h21

Le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts a présenté, le lundi 4 juillet, le bilan de la campagne agricole 2021-2022, ainsi que les préparatifs du gouvernement pour Aïd al-Adha.

« La campagne agricole 2021-2022 se caractérise par des conditions climatiques difficiles », a déclaré Mohammed Sadiki en réponse à des questions orales sur la campagne en cours à la Chambre des représentants. Le pays « n’a plus connu pareilles conditions depuis au moins une quarantaine d’années ».

« Pour faire face à cette situation, de nombreuses mesures ont été mises en place par notre ministère. Celles-ci s’articulent autour de deux axes principaux :

– La gestion de la conjoncture, à travers le déploiement de tous les moyens disponibles pour créer les conditions favorables et les mécanismes d’appui aux agriculteurs, notamment les petits, et assurer l’approvisionnement des marchés nationaux.

– La poursuite de la mise en œuvre des programmes structurés et stratégiques, à travers la réalisation des projets programmés dans le cadre de la stratégie Génération Green 2020-2030. »

« Le principal défi auquel nous sommes confrontés cette année est la rareté de l’eau », a rappelé Mohammed Sadiki, précisant que « l’eau d’irrigation a été placée au centre des priorités de ladite stratégie ».

« L’agriculture irriguée est entrée dans une nouvelle ère, marquée par la rationalisation et la valorisation de l’eau d’irrigation, et ce, en adoptant une politique d’encouragement de la généralisation des techniques et des systèmes d’irrigation économes en eau, et en assurant la pérennité des infrastructures d’irrigation. »

« La stratégie Génération Green vise d’ailleurs à élargir l’irrigation au goutte-à-goutte, pour atteindre un million d’hectares à l’horizon 2030, afin de porter la superficie totale irriguée à 1,6 million d’hectares. »

« Elle vise également à accélérer la modernisation du réseau d’irrigation, mais aussi l’extension des périmètres irrigués au pied des barrages, ainsi que l’amélioration du service de l’eau, en particulier cette année », a poursuivi le ministre de l’Agriculture. « Le taux de perte enregistré dans certains canaux d’approvisionnement en eau des barrages atteint jusqu’à 60% dans quelques régions. »

Lancement de l’étude du projet de dessalement d’eau de mer dans la région de Guelmim-Oued Noun

S’agissant des projets de dessalement d’eau de mer pour faire face à la pénurie d’eau, Mohammed Sadiki a rappelé que le gouvernement « a démarré l’exploitation de la station de Chtouka Ait Baha pour irriguer 15.000 ha cet été. Cette station assure également l’approvisionnement en eau potable du Grand Agadir depuis le mois de janvier 2022″.

« Il y a deux semaines, nous avons aussi lancé les travaux pour réaliser le projet de dessalement de la région Dakhla-Oued Ed-Dahab, afin d’irriguer 5.000 ha et d’approvisionner la ville de Dakhla en eau potable. »

« Nous avons par ailleurs lancé l’étude de projet de dessalement d’eau de mer au niveau de la région de Guelmim-Oued Noun, dans l’objectif d’irriguer 5.000 ha et d’alimenter la ville de Guelmim en eau potable. »

Et d’ajouter : « Plusieurs autres mesures proactives ont été adoptées pour faire face à la pénurie en fonction de la situation hydrique des zones d’irrigation, dont un suivi minutieux de l’évolution de la situation hydrique au niveau de tous les bassins. Il est question également de donner la priorité à la protection des cultures durables et industrielles et aux graines sélectionnées, ainsi qu’à la mobilisation de ressources hydriques supplémentaires. »

« Le secteur agricole vise à renforcer sa résilience aux changements climatiques à travers plusieurs méthodes. Parmi elles, l’encouragement et le soutien des cultures résilientes aux changements climatiques, telles que l’olivier, l’arganier ou l’amandier », a-t-il indiqué.

Le ministre a également évoqué « la poursuite de l’assurance multirisque climatique céréales, légumineuses et oléagineux, ainsi que la gestion durable des terres ».

Bilan de la campagne agricole

Concernant le bilan de la campagne agricole 2021-2022, Mohammed Sadiki a évoqué une production céréalière de 32 millions de quintaux, tel que prévu.

Par ailleurs, « pour favoriser la collecte de la production nationale, le gouvernement a mis en place un régime de commercialisation à des prix rémunérateurs au profit des producteurs de blé. Les mesures concernent :

– un prix référentiel de 300 DH/quintal rendu moulin, au lieu de 280 DH/q ;

– l’octroi d’une somme de 30 DH/q à titre de prime forfaitaire pour les quantités de la production nationale de blé tendre collectées du 1er juin au 31 juillet 2022 ;

– une prime de magasinage de 2,5 DH/q par quinzaine, octroyée aux unités de stockage de la production nationale de blé tendre, collectée du 1er juin au 31 décembre 2022.

Du côté de la production, concernant les cultures sucrières, « la production prévisionnelle est de 340.000 tonnes, contre 388.000 t l’année passée. Cette diminution s’explique par la baisse de la superficie plantée ».

Toutefois, « les performances sont bonnes pour les légumes, les agrumes, les oliviers, les roses et les palmiers. La production prévisionnelle de la tomate s’établit à elle seule à 1,2 million de tonnes, 1,05 Mt pour les pommes de terre et 300 Mt pour les oignons ».

Environ « 30.000 hectares de légumes d’été ont été programmés pour couvrir les besoins de consommation interne pour la saison d’automne, dont 6.200 ha sont déjà plantés », a ajouté le ministre.

En matière d’exportations, il a fait état d’une bonne performance des fruits et des légumes frais, précisant que le volume des exportations d’agrumes s’est chiffré à 740.000 t au 1er juillet 2022, dont 85% de clémentines, soit une hausse de 41% comparativement à la saison agricole précédente.

Les exportations en légumes ont également connu une hausse de 21% pour dépasser 1,6 million de tonnes, dont 40% de tomates.

7,2 millions de têtes identifiées à moins d’une semaine de Aïd al-Adha

Mohammed Sadiki a également livré des données en lien avec les préparatifs de Aïd al-Adha. Il a souligné que son département « a mis en place, depuis le début de l’année 2022, un plan national spécial de contrôle de la qualité des viandes et des fourrages, ainsi qu’un programme de suivi continu de la situation de l’approvisionnement du marché en animaux destinés à l’abattage pour le sacrifice de Aïd al-Adha ». Il a fait état de « l’enregistrement de 242.000 unités d’élevage et d’engraissement d’ovins et caprins destinés à cette fête ».

Par ailleurs, à la date du 1er juillet courant, « 7,2 millions de têtes d’ovins et caprins ont été identifiées à travers le territoire national ».

« L’offre, qui s’élève à près de 8 millions de têtes, couvre largement la demande, estimée à environ 5,6 millions de têtes, dont 5,1 millions d’ovins et 500.000 caprins », a-t-il indiqué.

Et de préciser : « L’identification consiste à poser, sur l’une des oreilles des animaux, une boucle de couleur jaune qui porte un numéro de série unique et la mention ‘Aïd al-Adha’, afin d’assurer la traçabilité de ces animaux en cas de besoin. »

Parallèlement, « l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) renforce la surveillance par des contrôles de la qualité de l’eau d’abreuvement, des aliments de bétail et des médicaments utilisés par les fermes et les unités d’engraissement », a poursuivi Mohammed Sadiki. « L’Office a aussi mis en place une surveillance rigoureuse du transport de la fiente de volailles, à travers l’instauration d’une autorisation préalable de ses services vétérinaires, dans le but de suivre son cheminement et sa destination. »

Dans ce cadre, le ministre a « fait état de 3.000 opérations de contrôle, lors desquelles 600 échantillons d’aliments pour animaux, 62 échantillons d’eau d’abreuvement et 1.113 échantillons de viande ont été prélevés ». A l’issue de ces contrôles, 15 procès-verbaux d’infractions ont été dressés et envoyés à la justice ».

Concernant les prix des moutons, le ministre a assuré « qu’ils sont stables au niveau des trente souks mis en place par le ministère à l’occasion de la fête du sacrifice ».

« Ce sont les intermédiaires qui font grimper les prix », a-t-il conclu, confirmant les informations dévoilées par Médias24 dans un précédent article.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

TAQA Morocco : Publication du Rapport ESG 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.