Prochaine visite au Maroc du ministre israélien de la Défense?

L'information n'est pas officielle, mais de sources médiatiques. Defence News et Africa Intelligence annoncent que la visite attendue du ministre israélien de la Défense aura lieu la semaine prochaine.

Drone kamikaze

Prochaine visite au Maroc du ministre israélien de la Défense?

Le 16 novembre 2021 à 10h22

Modifié 16 novembre 2021 à 13h20

L'information n'est pas officielle, mais de sources médiatiques. Defence News et Africa Intelligence annoncent que la visite attendue du ministre israélien de la Défense aura lieu la semaine prochaine.

Au menu de cette visite, selon les même sources, la signature d’accords de coopération, notamment pour développer une industrie nationale de production de drones kamikazes, la nouvelle arme d’une redoutable efficacité qui a récemment fait ses preuves dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan. Il est question dans ce cadre, selon diverses sources non officielles, de missiles Spike et de drones Harop.

Selon les mêmes sources relayées par le Jerusalem Post, « BlueBird Aerosystems, filiale du géant de la défense Israel Aerospace Industries (IAI), négocie depuis plusieurs mois avec des équipes marocaines le développement d’une pépinière d’entreprises pour fabriquer de tels drones ».

« Le Harop est un petit drone qui, selon le site Web de la société, est une combinaison des capacités d’un drone et d’un missile mortel ».

« Les Forces armées royales (FAR) ont suivi avec beaucoup d’intérêt l’expérience de l’apport technologique israélien sur le terrain militaire au Karabakh, où ces drones ont été très efficaces aussi bien au niveau stratégique que tactique ».

« Les drones israéliens Harop couplés à d’autres drones turcs d’attaque et de renseignements ont ainsi pu enfoncer les défenses ennemies, mais aussi permettre à leurs forces terrestres d’occuper des positions », souligne un expert marocain, s’exprimant en son nom.

La presse israélienne mais aussi espagnole, a annoncé une commande marocaine de missiles Spike NLOS, antidote à d’éventuelles attaques de véhicules blindés et de chars. Cette information est non confirmée par des sources officielles. Si cette commande est confirmée, elle s’inscrit, selon l’expert, dans la même volonté d’équilibrer les capacités militaires du Maroc face à toute menace régionale éventuelle.

Ce type de missile ultraléger qui constitue le must pour percer et détruire n’importe quel type de blindés viendra s’ajouter à la dizaine de modèles d’armes antichar dont disposent actuellement les FAR.

C’est précisément pour développer ses capacités d’attaque et de défense que les FAR veulent diversifier leurs commandes en provenance de Chine, de Turquie et éventuellement d’Israël.

Pragmatique, le Maroc préfère ne pas mettre ses oeufs dans le même panier dans un contexte de rupture totale des relations avec un voisin agressif et où les milices du polisario multiplient les menaces sans effets le long du mur du Sahara.

Il a fait le choix de se tourner vers d’autres fournisseurs qui peuvent lui livrer du matériel tout aussi efficace et souvent à moindre coût.

Si aucune source officielle, côté fournisseur ou client, n’a confirmé ses commandes, des journaux turcs ont plusieurs fois évoqué des livraisons en cours de 12 drones turques de combat Bayraktar TB2.

Même silence des constructeurs et du Maroc sur les commandes de drones chinois Wing Loong prélevés sur des stocks de l’armée des Émirats arabes unis qui selon des sources non officielles, sont en train d’être acheminés vers le Maroc.

L’installation au Maroc d’une usine de production de drones kamikazes sera un des thèmes abordés lors de la visite du ministre israélien de la Défense

« Lors de la prochaine visite au Maroc du ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, il sera d’ailleurs question de la possible installation d’une usine locale pour produire ce type de drones sur notre territoire.

« En dehors du modèle Harop qui fait la une de notre presse, il faut préciser qu’Israël produit plusieurs types de drones kamikazes ; et que le Maroc aimerait profiter à terme d’un transfert de technologies pour maintenir le rapport de forces avec le voisin de l’Est, qui possède le système russe de défense aérien S300 », ajoute l’expert marocain.

« L’occasion de rappeler que la Turquie a créé en moins de vingt ans, grâce à l’aide d’Israël, sa propre industrie militaire qui lui permet d’exporter des armes sophistiquées vers le monde entier, y compris au Maroc. »

« En réaction au refus américain de lui livrer des drones, la Turquie s’était tournée vers Israël, qui lui a non seulement vendu ce type d’armes, mais a aussi consenti à effectuer des transferts de technologie et d’expertise »

« En fait, la naissance de l’industrie militaire turque date d’une époque où les relations entre les deux pays étaient très proches, à savoir bien évidemment avant l’arrivée de l’AKP d’Erdogan au pouvoir », conclut l’expert.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Sonasid : Résultats annuels 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.