La consommation et production d'électricité augmentent au Maroc et le tourisme redémarre (DEPF)

| Le 24/8/2021 à 15:36
La DEPF a relevé dans sa dernière note du mois d’août, une bonne reprise de la consommation et de la production d’électricité sur le second trimestre de l’année. La reprise progressive du tourisme se profile également bien qu’elle demeure fragile en présence de l’importance du variant Delta. La mobilité post confinement dans les lieux publics se redresse de manière continue.

Dans sa note de conjoncture du mois d’août 2021, la direction des études et des prévisions financières du ministère des finances a noté différentes tendances sectorielles.

Concernant les différentes activités de l’économie nationale, la DEPF dresse les perspectives ci-dessous :

Source: DEPF

Elle a notamment souligné la progression soutenue de la production et de la consommation d’électricité au cours du second trimestre de l’année.

Hausse de la production et consommation d’énergie électrique au second trimestre

En effet, à fin juin, la production de l’énergie électrique a augmentée de 15,5% au second trimestre 2021. Au premier trimestre de l’année, cette hausse n’était que de 0,7%. Au second trimestre 2020, elle affichait un recul de 11,7%. Selon la DEPF, « cette évolution est attribuable à la hausse de la production privée de 7,2%, de celle de l’ONEE de 11,3% et de celle des énergies renouvelables relatives à la loi 13-09 de 6,6% ».

Le volume des importations d’énergies électriques a chuté de 26,9% sur le second trimestre alors que le volume exporté a augmenté de 51,3% sur la même période.

La consommation de l’énergie électrique a connu un bon rebond au second trimestre 2021 de l’ordre de 16,6%. Sur les trois premiers mois de l’année elle affichait un léger retrait de 1%. Pour la DEPF, « cette évolution a été impulsée, particulièrement, par la bonne tenue des ventes de l’énergie de « très haute, haute et moyenne tension » (+9,2%) et de celles de basse tension (+2,5%) ».

Une amélioration du tourisme en vue, bien que fragile et une reprise de la mobilité

La DEPF note un redémarrage progressif du tourisme mondial notamment grâce à l’assouplissement des restrictions de voyage dans le monde. Au Maroc, cela s'est matérialisé à la mi-juin avec la réouverture graduelle des frontières et les dispositifs exceptionnels de l’opération Marhaba 2021. Pour la DEPF, cela "laisse entrevoir une poursuite de ce redressement au troisième trimestre 2021 sans pour autant atteindre les niveaux enregistrés en 2019".

Néanmoins, elle souligne que « d’après les dernières données de l’Organisation Mondiale de Tourisme, le volume des arrivées de touristes internationaux s’est réduit, à fin mai 2021, de 85% par rapport à son niveau de 2019 et de 65% par rapport à celui de 2020 ».

D’après les chiffres de l’office des changes, repris par la DEPF, le recettes touristiques affichaient une chute de 68,8% au premier trimestre 2021 et de 10,5% seulement au second trimestre. Cela démontre d’une certaine reprise amorcée. D'ailleurs, la DEPF note "qu'au titre du mois de juin 2021, les recettes touristiques ont augmenté de 15,2%". Cependant, ce redressement demeure encore fragile, notamment « au vu des préoccupations croissantes concernant le variant Delta du virus », précise-t-elle.

Une amélioration de la mobilité dans les lieux publics post confinement

A date du 12 août, la DEPF a également mis en exergue le redressement continu de la mobilité post confinement d’après les big data de Google. Cela traite de la fréquentation de différents lieux publics au Maroc.

Cette mobilité a progressé de 98% (par rapport à la période de référence qui est la médiane des jours des cinq semaines s’étalant entre le 03 janvier et le 06 février 2020, ndlr) dans les lieux d’alimentation et les pharmacies. Dans les lieux de commerce et loisirs, une hausse de 14% a été observée. Dans les parcs, elle a été de 52%.

Sur toute la période post-confinement qui s'étend entre le 11 juin 2020 et le 12 août 2021, "le rythme baissier de la mobilité a affiché une décélération dans les lieux de commerce et loisirs (-17% en moyenne entre le 11 juin et le 12 août 2021 après -77% en moyenne entre le 20 mars et le 10 juin 2020), dans les parcs (-11% contre -64%), dans les arrêts de transport en commun (-16% contre -70%) et dans les lieux de travail (-16% contre -56%)" note la DEPF.

lire aussi
  • | Le 23/1/2023 à 13:46

    En 2022, les dépenses de compensation ont atteint 42 MMDH

    Le Trésor a connu l’an dernier une amélioration de ses recettes, alors que les dépenses de compensation ont presque doublé par rapport à 2021. Le déficit budgétaire global demeure assez stable à 69,5 MMDH.
  • | Le 23/1/2023 à 10:10

    Disway Tunisie : le fonds Amethis est sorti avec succès du capital

    Le fonds d’investissement Amethis a effectué avec succès sa sortie du capital de Disway Tunisie en faveur de l’actionnaire majoritaire, Disway SA.
  • | Le 22/1/2023 à 10:13

    Sonasid : Alpha Mena change sa recommandation sur le titre d’“alléger” à “acheter”

    Pour la société de recherche, le groupe recèle un très bon potentiel en bourse, notamment du fait de la baisse notable accusée en 2022 à partir du troisième trimestre. Le groupe dispose également d’un modèle résilient et d’une situation financière confortable. Un rendement supérieur à 6% est attendu en 2023.
  • | Le 19/1/2023 à 9:46

    Ce que l’on sait des effets de l'imminente suspension de l’intermédiation bancaire par l’UE

    Dans le sillage du Brexit, l’Union européenne prévoit d’interdire aux banques étrangères non établies sur son territoire de proposer des services bancaires du pays d’origine à leurs clients résidant dans un pays de l’Union. Comment cette décision impactera-t-elle les filiales des banques marocaines dans l’UE ? Quelles conséquences pour les Marocains du monde ? Eléments de réponse.
  • | Le 17/1/2023 à 19:56

    Feu vert au projet d’OPA de Holmarcom sur les actions CDM

    L’Autorité marocaine du marché des capitaux a visé le projet d’OPA visant les actions de Crédit du Maroc par Holmarcom Finance Company et AtlantaSanad, au prix de 502 dirhams par action.
  • | Le 16/1/2023 à 15:38

    Immobilier : les perspectives 2023 demeurent très incertaines

    La relance du secteur reste tributaire de plusieurs questions comme les aides au logement qui se font attendre, ou l’indécision des ménages qui repoussent leur décision d’achat. La demande, déjà exsangue, souffrira davantage du fait de la hausse des taux immobiliers, et les grandes immobilières cotées pourraient connaître un léger effet négatif sur leurs dettes à taux révisables cette année.