Le télétravail ne disparaitra pas après la crise sanitaire (DRH)

L’Association des gestionnaires et formateurs en ressources humaines (AGEF) estime que le modèle hybride devrait être conservé, dans les entreprises, à l’issue de la crise sanitaire, à raison de un ou deux jours de travail à distance par semaine.

Le télétravail ne disparaitra pas après la crise sanitaire (DRH)

Le 2 juin 2021 à 16h34

Modifié 2 juin 2021 à 17h48

L’Association des gestionnaires et formateurs en ressources humaines (AGEF) estime que le modèle hybride devrait être conservé, dans les entreprises, à l’issue de la crise sanitaire, à raison de un ou deux jours de travail à distance par semaine.

La sortie de crise sanitaire qui se profile ne semble pas annoncer la fin du télétravail. Au sein de l’Association des gestionnaires et formateurs en ressources humaines (AGEF), les échanges entre DRH et managers laissent plutôt penser que ce mode de travail se poursuivra, mais dans des proportions moindres.

« Depuis le mois d’avril et jusqu’à aujourd’hui, les activités des sièges sociaux et les fonctions corporate (les postes de directeurs ou de chargés de projets par exemple) sont en présentiel à hauteur, en moyenne, de 50 à 70% du temps de travail, avec des exceptions à 90% », indique Zakaria Rbii, président de l’AGEF contacté par Médias24.

« Lorsque les salariés ont commencé à intégrer les gestes barrières, notamment le port du masque et la distanciation, les managers leur ont demandé de revenir progressivement en présentiel », ajoute-t-il.

« Les activités reprennent dans les entreprises. Ceci dit, toutes ne sont pas revenues à 100% en présentiel. Beaucoup ont adopté un modèle hybride 50-50 : la moitié du temps de travail en présentiel, l’autre moitié en distanciel », indique de son côté Anouar Alaoui Ismaili, vice-président de l’AGEF. « Certaines sont encore à 100% en distanciel, mais c’est une minorité. Il s’agit de grandes entreprises aussi bien que de petites. Cela ne dépend pas de la taille, mais des pratiques, de la gestion et de la culture d’entreprise en vigueur dans chacune d’entre elles », poursuit-il.

Un modèle hybride à conserver, tout en légiférant

Zakaria Rbii et Anouar Alaoui Ismaili estiment tous deux que le télétravail perdurera à l’issue de la crise. « Le télétravail trouvera sa place et s’imposera comme un mode de travail classique dans les entreprises marocaines. Il n’a pas impacté la productivité et a prouvé que même en temps de crise, il est possible d’inventer d’autres modes de travail tout aussi efficaces que le présentiel », commente Anouar Alaoui Ismaili. « Je ne suggérerais ni le 100% présentiel, ni le 100% distanciel. L’hybride est donc plutôt le format que je recommanderais à l’avenir, à condition de respecter deux éléments essentiels au bon fonctionnement d’une entreprise : la productivité, qui ne doit pas être impactée, et le maintien de l’esprit d’équipe. Chacun chez soi, oui, mais à raison de deux jours par semaine. Chaque entreprise, en concertation avec les salariés, se met d’accord sur ce qui est le mieux », préconise ainsi Anouar Alaoui Ismaili.

Le vice-président de l’AGEF se montre en effet confiant dans la persistance de cette pratique à la sortie de la crise, estimant que « les entreprises ont su gérer cette transition ».

De son côté, Zakaria Rbii pense que la tendance, à l’issue de la saison estivale, sera à l’hybride « 80-20 ou 90-10 », c’est-à-dire entre 80-90% en présentiel et 20-10% en distanciel. « Le télétravail deviendra un réel mode de travail, durable de surcroît, mais sa proportion sera moins importante qu’elle ne l’est actuellement, avec un ou deux jours de distanciel par semaine. C’est ce qui ressort de nos discussions avec les autres DRH. Les managers sont prêts à introduire le distanciel de façon durable, mais pas plus de deux jours par semaine. Le distanciel à 100% de façon durable a un impact néfaste sur le stress, la sociabilité et la performance des salariés, alors que le modèle hybride semble convenir à tout le monde. »

Zakaria Rbii observe en effet un changement de mentalité chez les DRH et managers : alors qu’ils étaient, avant la pandémie, très réticents à adopter partiellement le télétravail, voire franchement opposés à cette pratique, ils sont désormais beaucoup plus enclins à la perpétuer. «Ils craignaient une baisse de la productivité et un manque de discipline ; or il s’est avéré que les salariés se sont adaptés très vite au travail à distance. Encore faudra-t-il encadrer cette pratique, à la fois par des chartes d’entreprise, mais surtout par le Code du travail. »

Zakaria Rbii formule les mêmes recommandations que son confrère au sein de l’AGEF : un modèle hybride « avec un à deux jours de distanciel par semaine ». L’essentiel étant, pour lui, que les décisions soient prises « en accord avec le manager, dans une flexibilité et une confiance mutuelles ».

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Ciments du Maroc : Communication Trimestrielle T1 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.