Covid. Les autorités déterminées à achever la vaccination des personnes à risque

Le redressement depuis mardi de l'administration des premières doses du vaccin anti-Covid s'explique par une volonté d'accélérer l'immunisation des dernières personnes ciblées lors de la première phase, à savoir les plus de 60 ans et les personnes avec des comorbidités.

Covid. Les autorités déterminées à achever la vaccination des personnes à risque

Le 7 avril 2021 à 18h42

Modifié 11 avril 2021 à 2h51

Le redressement depuis mardi de l'administration des premières doses du vaccin anti-Covid s'explique par une volonté d'accélérer l'immunisation des dernières personnes ciblées lors de la première phase, à savoir les plus de 60 ans et les personnes avec des comorbidités.

Entre mardi 6 et mercredi 7 avril, plus de 57.000 premières doses du vaccin anti-Covid ont été administrées (30.000 mardi puis 27.000 mercredi, contre quelques milliers par jours avant). Un niveau qui n’a pas été atteint depuis des semaines en raison de la quasi-rupture du stock des premières doses et le retard de livraison de nouveaux lots.

D’aucuns seraient tentés de penser qu’un nouvel arrivage de vaccins est derrière cette reprise de la vaccination. Ce n’est pas le cas. Le ministère de la Santé poursuit la vaccination grâce aux doses de sécurité contenues dans les flacons des vaccins AstraZeneca.

Comme nous l’avions expliqué auparavant, un flacon peut donner une onzième dose et parfois même une douzième. 

C’est ainsi que ces doses de réserve permettent de continuer l’administration des premières doses. Une source sûre nous avance que grâce à ce procédé, le pays dispose de 400.000 doses de plus, soit 200.000 personnes, en plus des 4,25 millions théoriques, qui pourraient en bénéficier. 

Donc un peu moins que ce qu’on aurait pu calculer en théorie. En effet, le Maroc a reçu 7 millions de doses d’AstraZeneca, soit 700.000 flacons de 10 doses avec une dose de sécurité. 

On devrait en théorie avoir 700.000 doses supplémentaires permettant de vacciner 350.000 personnes en plus, comme nous l’avons expliqué à plusieurs reprises.

Mais c’était sans compter « les déperditions de doses survenues au début de la campagne de vaccination ». « Les personnes ne se présentaient pas à la date exacte de leur rendez-vous puisqu’elles avaient la possibilité de venir tout au long de la semaine. Cela a eu pour conséquence de perdre des doses, car un flacon entamé ne peut être stocké », nous explique-t-on. 

C’est la raison qui avait poussé les autorités à durcir un peu les conditions de rendez-vous en limitant cette indulgence au niveau des rendez-vous et en donnant la consigne aux vaccinateurs de n’entamer un flacon que si 10 personnes sont présentes au centre de vaccination. 

4.410.023 personnes ont reçu la première dose du vaccin à ce jour. 160.023 de plus par rapport à l’objectif théorique des 4,25 millions de personnes. Il reste donc normalement plus de 39.000 premières doses à administrer. 

Des instructions pour boucler la vaccination des cibles de la première phase

L’accélération des vaccinations, survenue ce mardi 6 avril, s’explique par la volonté des autorités sanitaires de boucler la vaccination des cibles prioritaires identifiées lors de cette première phase. 

Il s’agit des frontliners, des personnes âgées de 60 ans et plus et des personnes de tout âge atteintes de maladies chroniques. Certaines n’ont pas pu recevoir leur vaccin pour différentes raisons. 

Des instructions claires ont été données pour finaliser cette phase et toucher les dernières cibles non vaccinées à ce jour. 

De ce fait, le ministère de l’Intérieur, qui gère le processus de prise de rendez-vous, a mis les bouchées doubles pour relancer les gens et les inciter à se diriger vers les centres de vaccination. 

A lire aussi


Maroc : Une lente reprise prévue et un risque sur le financement des entreprises privées (FMI)

Le chef de la mission du FMI au Maroc, Roberto Cardarelli a dressé un état des lieux de l’économie marocaine et des risques liés à la crise. Pour lui, la reprise économique est bel et bien amorcée. Mais le poids du tourisme dans l’économie et son lent redémarrage seront pénalisants. L’accroissement des besoins de financement du Trésor pourrait également impacter la disponibilité des crédits au secteur privé.

Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Wafabail : Indicateurs du 4ème trimestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.