La surprenante hausse des transferts de MRE en 2020 expliquée par un expert

Les chiffres de l’Office des changes à fin 2020 ont montré une surprenante hausse de 5% des transferts des MRE alors que tous les prévisionnistes tablaient sur une baisse comprise entre 20 et 30%. Un expert explique que cette augmentation n’était pas prévisible du fait de sa nouveauté mais qu’au final elle est tout à fait logique au regard du contexte particulier.

La surprenante hausse des transferts de MRE en 2020 expliquée par un expert

Le 9 février 2021 à 17h22

Modifié 11 avril 2021 à 2h50

Les chiffres de l’Office des changes à fin 2020 ont montré une surprenante hausse de 5% des transferts des MRE alors que tous les prévisionnistes tablaient sur une baisse comprise entre 20 et 30%. Un expert explique que cette augmentation n’était pas prévisible du fait de sa nouveauté mais qu’au final elle est tout à fait logique au regard du contexte particulier.

Si 2020 a été l’année d’une crise sanitaire qui a entrainé la pire crise économique de l’histoire du Maroc, elle a paradoxalement aussi démenti les prévisions d’organismes publics et privés qui misaient sur un effondrement des transferts de devises des nationaux résidents à l’étranger vers le Maroc.

Un contexte favorable à une explosion des transferts

En effet, après une baisse de 3%  durant les 7 premiers mois de l’année écoulée qui laissaient présager un effondrement à la clôture annuelle des comptes, 2020 s’est terminée avec une surprenante hausse de 5% des transferts qui ont atteint 68 milliards de dirhams contre 64,7 MMDH en 2019.

Interrogé sur ce résultat inattendu, un expert déclare que s’il était difficile de la prévoir, cette augmentation de 3,2 MMDH en un an d’autant plus inédite qu’elle n’avait pas été atteinte en 2018 et 2019 reste tout à fait logique après avoir pris en considération plusieurs éléments contextuels d’ordre conjoncturel et structurel.

Les MRE ont continué à envoyer de l’argent car ils n’ont pas été très touchés par la crise économique

Ainsi, contrairement à certaines prévisions, les MRE n’ont pas été vraiment touchés par les nombreux licenciements en Europe du fait de leur appartenance à des professions jugées nécessaires (médecins, commerçants, ouvriers, agents de sécurité, employés dans la distribution commerciale et alimentaire …).

Partant de ce constat, leurs finances n’ont pas été aussi impactées par la crise sanitaire et ils ont donc pu continuer à faire preuve de solidarité avec leurs familles en particulier à la fin du 1er confinement européen qui avait imposé la fermeture des agences de transferts de fonds (France, Espagne, Italie …).

L’annulation de l’opération Marhaba a boosté les transferts

Ainsi, l’impossibilité d’envoyer de l’argent jusqu’au mois de mai puis l’annonce officielle de l’annulation de l’opération Marhaba a permis de retourner la tendance baissière en boostant les transferts à partir des mois de juin (+14%) et de juillet (+22%) sans oublier septembre (+41%).

En effet, les 2 millions de MRE qui espéraient rentrer en voiture en août ont dû se résoudre à annuler leur séjour annuel et ont par conséquent envoyé une partie de leur budget voyage à leurs proches.

Sachant que le seul coût de leur voyage d’Europe au Maroc nécessite un budget conséquent (frais d’essence, coût du transport maritime de leur véhicule plus celui de nombreux passagers …), certains ont préféré l’utiliser en faisant preuve de solidarité financière avec leur famille qu’ils devaient visiter.

Le liquide d’ordinaire dépensé ou donné au Maroc a figuré dans les comptes de l’Office des changes

De plus, la forte augmentation des transferts de devises s’explique aussi par le fait que ces MRE ont envoyé directement une partie de l’argent qu’ils avaient l’habitude de dépenser soit en cadeaux, soit sur place ou enfin en le donnant directement à leurs proches.

Sachant que ces sommes en devises ou en dirhams, le plus souvent en liquide, ne sont d’ordinaire pas comptabilisées par l’Office des changes, elles ont donc pour la première fois été intégrées officiellement dans les comptes de sa rubrique transferts de MRE.

Le timing de la crise sanitaire a encouragé les transferts tardifs

Notre expert explique aussi que comme la majorité des MRE commencent à économiser dès la rentrée scolaire pour leur prochain voyage, cela leur a permis de disposer d’une réserve d’argent inutilisée après avoir compris qu’il était préférable de ne pas aller au Maroc.

En d’autres termes, si la crise avait commencé en septembre et pas en mars, il n’y aurait peut-être pas eu une explosion des transferts à la fin 2020 car les MRE auraient eu d’autres préoccupations financières.

L’élan de solidarité devrait se poursuivre en 2021

En conclusion, notre interlocuteur déclare que malgré l’absence des chiffres de janvier des transferts des MRE, leur tendance haussière devrait se poursuivre après la fermeture récente totale de certaines frontières européennes et la poursuite des sollicitations des familles marocaines impactées par la crise.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Promopharm : Avis de convocation à l’AGO du 24 Juin 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.