France: "On a déjà augmenté les impôts", affirme Thomas Piketty

| Le 15/6/2020 à 10:46

L'économiste Thomas Piketty a estimé ce lundi 15 juin que, contrairement à l'engagement du président Emmanuel Macron de ne pas alourdir la fiscalité, une hausse d'impôts avait déjà eu lieu avec la prolongation d'un prélèvement destiné à rembourser la dette sociale.

 

"Ce qui m'embête, c'est tous les non-dit. (Emmanuel Macron) nous dit, par exemple, "je ne vais pas augmenter les impôts". Sauf qu'en fait, on les a déjà augmentés", a martelé M. Piketty sur France Inter.

L'économiste a pointé la récente prolongation sur presque dix ans de la perception du CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale, NDLR).

L'Assemblée nationale examine lundi un projet de loi qui tient en effet compte, suite à la crise du coronavirus, de l'ajout de 136 milliards d'euros de dettes au "trou de la Sécu", que les Français rembourseront ainsi jusqu'en 2033, soit neuf années de plus que prévu.

"Le CRDS est un bout de CSG (contribution sociale généralisée, NLDR) mais qui représente quand même 0,5% prélevés chaque mois sur tous les salaires, des plus bas jusqu'aux plus hauts. Normalement, ça devait s'arrêter (en 2024), c’est-à-dire que tout le monde aurait eu une augmentation de salaires ou de pensions de retraite de 0,5%", a expliqué Thomas Piketty.

Or, "a été adopté le principe de le prolonger pendant dix ans", a-t-il déploré.

Alors que "500 milliards d'euros" ont été dépensés pour faire face à la crise, Emmanuel Macron a exclu dimanche d'augmenter les impôts pour les financer.

"Nous n'allons pas augmenter les impôts", car l'augmentation de la fiscalité "décourage l'activité économique" et "tue la confiance des ménages", a même renchéri lundi le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin sur BFM TV/RMC.

Pour Thomas Piketty, cet engagement signifie d'abord que le gouvernement ne veut pas rétablir l'impôt sur la fortune (ISF).

"Mais quand il s'agit d'augmenter l'impôt sur tous les Français et pesant sur tous les salaires...", grince l'auteur du best-seller "Le Capital au XXIe siècle", appelant à "un ISF rénové" avec des feuilles d'imposition "préremplies" sur les patrimoines pour éviter les sous-déclarations.

"Le principal impôt sur le patrimoine en France, c'est la taxe foncière (...). C'est un impôt très lourd, extrêmement injuste, qui augmente d'année en année (...). L'ISF corrigeait un peu ça, ça a été supprimé", alors qu'"un impôt sur la fortune des 1% les plus riches devrait rapporter au moins 10 milliards d'euros" par an, a commenté M. Piketty.

(AFP)

lire aussi
  • Mediterrania Capital Partners
    | Le 2/12/2022 à 11:28

    En un an, le fonds Mediterrania Capital Partners a réalisé six cessions d’entreprises

    Le groupe Mediterrania Capital Partners revient sur les dernières cessions de son portefeuille, dont la dernière en date avec Akdital suite à son introduction en bourse. Le fonds d’investissement effectuera une sortie partielle de capital à cette occasion.
  • | Le 1/12/2022 à 10:01

    L’encours du crédit bancaire progresse de 64,6 MMDH sur un an

    En octobre, les crédits bancaires progressent de 6,7% sur 12 mois glissants. Sur la même période, les impayés augmentent de 4,9% ou 4,2 MMDH. L’encours des crédits ralentit cependant par rapport à septembre, particulièrement pour les sociétés financières.
  • | Le 1/12/2022 à 9:25

    Le cash en circulation progresse de 23,2 MMDH à fin octobre

    En octobre, le cash en circulation repart à la hausse et progresse de 1,6 MMDH par rapport à septembre. Les dépôts bancaires reculent de 4,3% sur 12 mois glissants et se fixent à 1.084 MMDH.
  • | Le 30/11/2022 à 16:36

    Addoha : hausse de 4,2% du chiffre d'affaires à fin septembre

    Les préventes progressent de 2% à 6.961 unités, grâce à une bonne progression en Afrique de l'Ouest qui vient compenser la baisse sur le marché national. La filiale Douja Promotion Côte d’Ivoire a réalisé une première opération de dette privée de 200 MDH sur le marché financier à Abidjan.
  • | Le 30/11/2022 à 13:48

    HPS : chiffre d’affaires en hausse de 27% à fin septembre

    Le groupe a capitalisé sur la progression de l’activité de paiement, poussée par les revenus SaaS et les revenus d’Upselling. L’endettement baisse de 14% à 155 MDH par rapport à fin 2021.
  • | Le 30/11/2022 à 12:38

    Sanlam Maroc : hausse de 6,3% du chiffre d’affaires à fin septembre

    Le chiffre d’affaires du groupe progresse à fin septembre, poussé par la hausse de l’activité Non-Vie. Les provisions nettes progressent de 2% à 15 MMDH.