χ

Grâce au confinement, la pollution de l’air en nette baisse au Maroc

Moins de transports, moins d'usines…, depuis l'instauration des mesures de confinement au Maroc, une baisse de concentration des principaux polluants allant de 10% à 60% a été remarquée.

Grâce au confinement, la pollution de l’air en nette baisse au Maroc

Le 13 avril 2020 à 12h23

Modifié 11 avril 2021 à 2h45

Moins de transports, moins d'usines…, depuis l'instauration des mesures de confinement au Maroc, une baisse de concentration des principaux polluants allant de 10% à 60% a été remarquée.

Comme plusieurs pays dans le monde, le Maroc a vu la qualité de son air s’améliorer après la déclaration de l’état d’urgence sanitaire.

Selon des données fournies par la service de la qualité de l’air à la Direction de la météorologie nationale (DMN), une diminution de concentration des principaux polluants mesurés a été remarquée.

Les taux de diminution des polluants issus des émissions du trafic routier sont compris entre 30 et 60% surtout pour le dioxyde d’azote (NO2), le monoxyde de carbone (CO) et les particules fines dont le diamètre ne dépasse pas 10µm (PM10). 

Les concentrations des polluants résultant des activités industrielles, comme le dioxyde de soufre (SO2), ont diminué d’entre 10 et 30%.

La diminution est générale et observée dans tous les points de mesure de la qualité de l’air, nous affirme le service de la qualité de l’air de la DMN.

Un système de supervision et de prévision

Un réseau de surveillance de la qualité de l’air est installé dans plusieurs régions du Maroc. Il compte 29 stations actuellement. Un comité permanent de suivi et de contrôle de la qualité de l’air est institué dans chacune d’entre elles. Il fournit des cadastres décrivant la répartition spatiale et l’évolution temporelle des émissions atmosphériques. 

A Casablanca, la Direction de la météorologie nationale a démarré, en 2012, la mise en place d’un système de supervision et de prévision haute résolution de la qualité de l’air. En effet, un indice fournit quotidiennement des données sur la qualité de l’air dans l’agglomération.

Depuis l’instauration de l’état d’urgence, l’indice n’est plus disponible, vu que plusieurs usines dont les émissions sont prises en compte sont à l’arrêt, nous explique une source du service de la qualité de l’air de la DMN.

Moins d’émissions dans le monde

Des images récemment diffusées par la Nasa ont montré une baisse importante de la pollution en Chine, liée, en partie, à la baisse des activités due à la pandémie.

En février, la concentration de dioxyde d’azote (NO2), produit principalement par les véhicules et les centrales thermiques, a ainsi baissé à Wuhan, l’épicentre du Covid-19.

Le même phénomène a été observé début mars par l’Agence spatiale européenne dans le nord de l’Italie, zone confinée pour lutter contre la propagation du virus. Il se produirait également à Madrid et Barcelone, où le confinement est instauré depuis mi-mars, selon l’Agence européenne de l’environnement.

Aux Etats-Unis, la pollution au dioxyde d’azote aurait reculé de 30% ces dernières semaines, selon les dernières observations de la Nasa.

L’année 2020 auraient ainsi observé les plus faibles niveaux jamais constatés dans la région de New-York depuis le début des enregistrements satellitaires de la Nasa, en 2005.

Néanmoins, les scientifiques appellent à la prudence. Les niveaux de dioxyde d’azote fluctuent en fonction des conditions météorologiques.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Sofac : Indicateurs T1 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.