Suivez en direct l’intervention de Abdellatif Jouahri après le conseil de BAM

Bank Al-Maghrib a décidé de baisser son taux directeur à 2%, ce mardi 17 mars après son premier conseil de politique monétaire de l'année. Au lieu de sa traditionnelle conférence de presse, Abdellatif Jouahri fait une intervention en streaming. Suivez-là en direct.

Suivez en direct l’intervention de Abdellatif Jouahri après le conseil de BAM

Le 17 mars 2020 à 15h15

Modifié 11 avril 2021 à 2h45

Bank Al-Maghrib a décidé de baisser son taux directeur à 2%, ce mardi 17 mars après son premier conseil de politique monétaire de l'année. Au lieu de sa traditionnelle conférence de presse, Abdellatif Jouahri fait une intervention en streaming. Suivez-là en direct.

BAM a réduit sa prévision de croissance économique à 2,3% pour 2020 et précise que la situation évolue rapidement avec la crise du Coronavirus et que son évaluation sera régulièrement actualisée.

La baisse du taux directeur de 25 points de base et la seule décision prise par le Conseil. Elle s’ajoute à deux autres mesures décidées par le comité de veille économique (moratoire CNSS et crédits bancaires). La communauté des affaires attend beaucoup plus, compte tenu de la gravité de la situation.

Voici la retransmission de l’intervention de Abdellatif Jouahri :

>>> Suivi de la crise Coronavirus : le conseil de BAM pourra se réunir de manière exceptionnelle avant juin

Le conseil de Bank Al Maghrib a discuté des répercussions des conditions climatiques défavorables et la propagation à l’échelle mondiale de la pandémie Covid-19. L’évolution rapide de cette pandémie exige l’actualisation fréquente des prévisions économiques.

Vu ses évolutions rapides, nous avons retenu que le conseil se réunira de manière exceptionnelle avant sa réunion habituelle de juin.

>>> L’inflation repart à la hausse

La décision d’abaissement du taux directeur intervient dans un contexte d’accélération de l’inflation. Après 0,2% en 2019, l’inflation est passée à 1,3% en janvier, essentiellement portée par une hausse des prix des produits alimentaires. Elle devrait se situer à 0,7% en moyenne sur l’ensemble de l’année 2020 et s’accélérer à 1,2% en 2021.

>>> La croissance ralentirait à 2,3% en 2020

La croissance devrait stagner à 2,3% en 2020, soit le même niveau qu’en 2019, pâtissant de l’effet conjugué des conditions climatiques et de la propagation au niveau mondial de la pandémie Covid-19.

La valeur ajoutée agricole va décélérer à 2,7%. La récolte céréalière est estimée sur la base des données disponibles le 10 mars à 40 millions de quintaux. Le rythme des activités non agricoles ralentirait lui à 2,9%.

En 2021, la croissance enregistrerait un rebond à 3,8%, avec une augmentation de la valeur ajoutée agricole de 8,1%, avec l’hypothèse d’une récolte céréalière moyenne de 75 millions de quintaux, et une amélioration de la croissance non agricole à 3,3%.

Ces prévisions restent entourées de fortes incertitudes et peuvent être révisées à la baisse si la propagation de la pandémie n’est pas contenue.

>>> Renault Tanger a des difficultés d’approvisionnement à cause de l’arrêt de ses fournisseurs espagnols

Les exportations afficheraient une accélération, sous l’effet essentiellement de la hausse de la production automobile avec l’entrée en activité de l’usine PSA. Mais ces prévisions sont aujourd’hui dépassées parce qu’on vient d’annoncer que Renault ne peut plus s’approvisionner pour ses moteurs à cause de l’arrêt de ses fournisseurs espagnols. La conjoncture va évoluer de façon assez rapide. 

>>> En 2020, l’endettement public va augmenter

Le processus de consolidation budgétaire va connaître un net arrêt. Après un déficit de 4,1% en 2019, nous prévoyons pour 2020 un déficit hors privatisations de 4% suite à l’effort exceptionnel qui sera consenti pour faire face à la pandémie. Le déficit s’allégera ensuite à 3,9% en 2021.

Nous allons ainsi assister à une légère hausse du ratio de l’endettement du Trésor, qui devrait passer de 66,1 en 2019 à 67,2% en 2020 et ne connaîtrait un léger allègement qu’à partir de 2021 en baissant à 66,7%.

La dette publique totale passerait de 82% en 2019 à 82,2% en 2020 avant de baisser à 81,6% en 2021. 

A lire aussi


Maroc : Une lente reprise prévue et un risque sur le financement des entreprises privées (FMI)

Le chef de la mission du FMI au Maroc, Roberto Cardarelli a dressé un état des lieux de l’économie marocaine et des risques liés à la crise. Pour lui, la reprise économique est bel et bien amorcée. Mais le poids du tourisme dans l’économie et son lent redémarrage seront pénalisants. L’accroissement des besoins de financement du Trésor pourrait également impacter la disponibilité des crédits au secteur privé.

Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

AFRIC INDUSTRIES : Résultats Annuels 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.