Football: Qu'en est-il de la puissance financière des clubs mondiaux?

Abir Labied | Le 8/1/2018 à 16:15

Une nouvelle étude, la Soccerex Football Finance 100, établie par le leader mondial du football Soccerex, examine la puissance économique des clubs de football en accord avec la réalité moderne du football. L'étude prend en compte les actifs, la dette nette et l'investissement potentiel des propriétaires. Quels sont donc les clubs les plus endettés? Quels sont les clubs qui ont les actifs et les investissements les plus importants? Et au final, quelles sont les équipes les mieux classées selon ce rapport?

 

Manchester United, l'équipe la plus endettée

Parmi les clubs les plus endettés, nous retrouvons en tête de la liste, Manchester United (coté en Europe et aux Etats-Unis) avec une dette nette s’élevant à 536 millions d’euros. Celui-ci est suivi par Chelsea (non coté en bourse) dont la dette s’établit à 400 millions d’euros. Atletico Madrid, FC Barcelone et Real Madrid font partie des clubs ayant une dette assez élevée également, se situant respectivement à 370 millions d’euros, 315 millions d’euros et 263 millions d’euros. Notons également que ces trois derniers clubs ne font pas l'objet d'une cotation boursière.

766 millions d'euros d'actifs immobilisés détenus par Arsenal

En termes d’actifs immobilisés, deux clubs se démarquent: Arsenal occupe la première place avec une valeur de 766 millions d’euros, suivi par Manchester City qui affiche une valeur de 534 millions d’euros. En revanche, deux clubs russes ne possèdent pas d’actifs immobilisés; il s’agit de CSKA Moscow et de Spartak Moscow.

S’agissant de l’argent en banque (cash in bank), Manchester United arrive au premier rang avec un montant s’élevant à 307 millions d’euros, suivi par l’Arsenal dont le cash s’établit à 300 millions d’euros. De l’autre côté, plusieurs clubs figurant en haut du classement affichent une trésorerie nulle tels que le club britannique Chelsea (9ème/ 100) et le club allemand RB Leipzig (12ème/100).

Par ailleurs, concernant l’investissement potentiel des propiétaires, Manchester City arrive en tête du classement avec une valeur de 788 millions d’euros. Ce dernier est suivi par le club russe Zenit St. Petersburg qui affiche une valeur de 508 millions d’euros. De son côté, Juventus affiche une capacité d’investissement potentielle de 403 millions d’euros.

D’un autre côté, quelques grands clubs tels que le Real Madrid, Bayern Munich, Barcelone et Borussia Dortmund affichent une capacité d’investissement potentielle nulle.

Manchester City, plus forte puissance économique parmi les 100 clubs 

D’une façon globale, le classement Football Finance 100 laisse apparaître le club Manchester City au premier rang parmi les 100 clubs étudiés avec un Football Finance Index (FFI) score de 4,883 points. Ceci est imputable en grande partie aux lourds investissements réalisés par son propriétaire, Mansour bin Zayed Al Nahyan, originaire d'Abu Dhabi. Le club possède l'une des équipes les plus mieux dotées du football mondial et a beaucoup investi dans les immobilisations: l'Etihad Campus, qui comprend le stade et le terrain d'entraînement du club. En plus de l'investissement du propriétaire est d'environ 650 millions d'euros, l'expansion récente de la Première League, alimentée par des offres de diffusion massives, a également contribué à la solidité financière de Manchester City.

Manchester City est suivi par l’Arsenal qui affiche des performances au niveau de toutes les variables (FFI=4,559 points), puis par Paris Saint-Germain (FFI=4,128 points) dont les résultats dépendent fortement de la fortune de son propriétaire, selon la présente étude. En effet,  En 2011, le club a été acheté par Qatar Sports Investments (QSI), un fonds lié à l'émir, avec le président du groupe, Nasser Al-Klelaifi, assumant le contrôle du club.

Il est à noter par ailleurs que les clubs qui figurent dans le top 10 de ce classement ne sont pas cotés en bourse sauf  Manchester United et Juventus.

Source:  Soccerex Football Finance 100, édition 2018

En outre, rappelons que la méthodologie est construite autour de cinq variables qui composent le calcul final de chaque équipe : la valeur des joueurs, les immobilisations (c'est-à-dire les stades de l'équipe, les centres de formation et d'autres propriétés), l’argent en banque, l’investissement potentiel des propriétaires et la dette nette. Ainsi, nous obtenons le FFI score.

Cette étude a été réalisée pour Soccerex par des spécialistes de l'évaluation financière sportive. L'analyse est basée sur les bilans et les rapports annuels publiés par les clubs, ainsi que d'autres sources d'information telles que Financial Times, Bloomberg, Yahoo Finance, Forbes, Transfermarkt et Hoovers. Pour cette édition, l'année financière analysée était 2015-16.

A titre de lointaine comparaison, les clubs marocains les plus riches (ou les moins pauvres) ont des budgets dans la fourchette 30 à 50 MDH.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 24/2/2024 à 12:53

    CIH Bank : PNB, coût du risque, perspectives 2024, le PDG revient sur les réalisations du groupe

    Dans une conférence de presse tenue le 23 février à Casablanca, CIH Bank a présenté ses performances 2023. Le PDG du groupe est également revenu sur les raisons de la forte progression du coût du risque en 2023 et les opportunités qui se dessinent cette année, dans la perspective de la CAN et de la Coupe du Monde.
  • | Le 23/2/2024 à 9:36

    CIH Bank : RNPG consolidé en hausse de 6% en 2023, dividende stable

    Le groupe affiche un PNB en progression de 27% du fait de l’accroissement de la marge nette d’intérêt de 8,6% et de la bonne performance des activités de marché. Le coût du risque a plus que doublé par rapport à 2022 pour atteindre près de 1,3 MMDH. Le RNPG affiche cependant une progression de 6,2% à 710 MDH.
  • | Le 22/2/2024 à 15:17

    Stagnation des créations d'entreprises en 2023 (OMPIC)

    Les SARLAU, qui deviennent de plus en plus populaires, représentent 64% des entreprises créées. La région Casablanca-Settat regroupe près de 29% des entreprises créées. Les défaillances d'entreprises, parallèlement, progressent de 15% par rapport à 2022, avec 14.245 défaillances d'après les derniers chiffres d'Inforisk D&B. Les défaillances des PME avec un chiffre d'affaires de plus de 10 MDH ont progressé de 150%.
  • | Le 22/2/2024 à 10:48

    Delta Holding : hausse de 12% du chiffre d’affaires consolidé en 2023

    L’endettement net consolidé baisse de 73% en 2023 à 103 MDH. Les investissements progressent nettement, passant de 58 MDH en 2022 à 90 MDH en 2023.
  • | Le 22/2/2024 à 8:04

    CMT : revirement, les opérations classées ont été déclassées par le parquet à la demande des Douanes

    Le groupe minier annonce un nouveau revirement dans son contentieux avec l’Office des changes. Après avoir ordonné de déclasser certaines opérations réduisant le montant litigieux, le parquet a transmis le dossier en l’état au tribunal afin de le voir statuer sur l’ensemble des opérations considérées comme irrégulières par l’Office des changes.
  • | Le 21/2/2024 à 16:56

    Voici les principales conclusions du chef de la mission du FMI au Maroc après les récentes consultations (vidéo)

    Après deux semaines de consultations dans le Royaume, le chef de mission du FMI au Maroc, Roberto Cardarelli, livre sa lecture des perspectives macroéconomiques. Il annonce que le versement de la première tranche de la facilité pour la résilience et la durabilité (FSR) sera discuté le mois prochain. Une accélération des réformes structurelles est nécessaire pour doper la croissance.