Réglementation thermique dans la construction. Ce qui bloque

Un an et demi après l’entrée en vigueur de la réglementation thermique dans le bâtiment neuf, les promoteurs immobiliers attendent toujours la mise en place des décrets d’application. 

Réglementation thermique dans la construction. Ce qui bloque

Le 21 avril 2017 à 11h37

Modifié 11 avril 2021 à 2h39

Un an et demi après l’entrée en vigueur de la réglementation thermique dans le bâtiment neuf, les promoteurs immobiliers attendent toujours la mise en place des décrets d’application. 

Les professionnels du bâtiment ont eu droit à une année d’adaptation entre la date de publication du texte au BO et son application, devenue effective en novembre 2015. Insuffisant pour tout assimiler, selon certains.

"Toute nouvelle mesure a besoin de temps pour être installée, d’autant plus que pour cette nouvelle réglementation, les décrets d’application ne sont pas encore disponibles. Pour certains aspects, on ne sait pas comment il faut s’y prendre", lance Iqbal Kettani, directeur délégué de la fédération national des promoteurs immobiliers, lors du colloque international sur la construction et l’aménagement durable organisé à Marrakech les 20 et 21 avril par l’ESPI (Ecole supérieure des professions immobilières).

"Maintenant que les ministères de l’Habitat et de l’Urbanisme ont fusionné à nouveau, nous espérons une accélération du processus de leur mise en place", ajoute-t-il.

Ces décrets pourront par exemple apporter des éclaircissements sur la normalisation des produits exigés par la loi, les parties qui seront en charge du contrôle du respect des nouveaux textes… En attendant, ce sont les architectes qui veillent à son application. 

Qui du logement social?

"L’application de cette réglementation a un coût. Si pour les segments où les prix sont libres, le problème ne se pose pas dans la mesure où toute charge supplémentaire pourra être répercutée sur les prix de vente, pour le logement social, une réflexion doit être menée", tient à souligner M. Kettani.

Selon une étude élaborée par l’Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, rebaptisée Agence marocaine pour l'efficacité énergétique, le respect des  spécifications techniques du règlement  implique un surcoût d’investissement moyen d’environ 112 DH/m2, soit en moyenne 3,2 % du coût moyen de construction.

"Ce surcoût est plus ou moins élevé selon les zones et selon la catégorie d’habitats compte tenu de la différence des mesures à mettre en place. Il varie ainsi de 43 DH/m2 dans la zone d’Agadir pour les appartements de type standing à 315 DH/m2 pour les villas économiques dans les zones d’Ifrane et Fès. En terme relatif, ce surcoût représente un pourcentage du coût de construction particulièrement élevé pour la catégorie de logements économiques, notamment en dehors du littoral", peut-on y lire.

Les expertises réalisées par les promoteurs immobiliers donnent d'autres chiffres. Pour le logement social par exemple, le surcoût est estimé entre 8.000 et 12.000 DH par logement. 

"L'AMEE n'a pas pris en compte le coût de la main d'oeuvre par exemple", souligne M. Kettani. 

La formation constitue également un challenge pour la bonne application de la réglementation thermique dans le bâtiment.

"Il faut se préparer à la disparition de certains métiers et à la naissance d’autres complètement nouveaux. Des demandes réelles vont émaner pour la formation dans ces nouveaux métiers mais également pour la mise à niveau de professionnels déjà installés", souligne le directeur délégué de la FNPI.

Et combien ça peut rapporter?

"La revente et l’entretien sont beaucoup plus fluides pour un logement vert que pour les autres", assure Béatrice Sossou-Yovo, asset manager&real estate investments.

"Il a été démontré que le fait d’intégrer les normes d’isolation, de mettre en place des coulées vertes, des toits végétalisés ou encore des processus de récupération d’eaux pluviales, permet aux immeubles de mieux vieillir et de valoriser le parc immobilier", ajoute cette experte basée en France. 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Promopharm S.A : Indicateurs trimestrielle T2

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Hasna Abou Zaid présente sa candidature au poste de Premier secrétaire de l’USFP