χ

Quel est l'impact du préscolaire sur le capital humain au Maroc?

Le Haut commissariat au plan vient de publier les synthèses d'une enquête sur le capital humain au Maroc, passé à la loupe de la préscolarisation.

Quel est l'impact du préscolaire sur le capital humain au Maroc?

Le 3 décembre 2015 à 15h23

Modifié 3 décembre 2015 à 15h23

Le Haut commissariat au plan vient de publier les synthèses d'une enquête sur le capital humain au Maroc, passé à la loupe de la préscolarisation.

En 2014, moins de la moitié des enfants en âge d'être préscolarisés l'ont été. Le Maroc comptait 995.000 enfants préscolarisés. Agés de 3 à 5 ans, 93,3% de ces enfants bénéficient d'un enseignement moderne, et sont inscrits dans les crèches ou les maternelles. Les 6,7% restant fréquentent les Koutab ou les M'sid. Par ailleurs, l'enquête réalisée par le HCP révèle que 94,5% sont inscrits dans le secteur privé.

Toujours en chiffres, la préscolarisation débute à un âge moyen de 3,3 ans et dure en moyenne 1,5 année, pour la catégorie des 3-5 ans.

52,2% des établissements n'utilisent que la langue arabe comme langue d'enseignement, tandis que 45,5% d'entre eux utilisent l'arabe et le français, et seulement 1,3% des crèches proposent un enseignement en anglais, arabe et français.

Des inégalités liées au genre et aux attributs sociaux

Plus d'un enfant sur deux âgé de 3 à 5 ans n'a jamais mis les pieds dans un établissement d'enseignement préscolaire. L'enquête révèle que les causes de ces disparités sont intimement liées au genre et aux atouts familiaux et sociaux.

En effet, les parents sont plus enclin à scolariser les garçons que les filles (51,1% contre 46,2). L'enquête révèle une autre conclusion: "Ce sont en fait les ménages à taille réduite qui privilégient la préscolarisation des enfants. Les chances de préscolarisation sont particulièrement minces parmi les ménages à taille élevée. Celles d’un enfant membre d’un ménage de moins de 4 personnes sont presque deux fois celles d’un enfant relevant d’un ménage de plus de 6 membres."

"De même, plus le nombre d’enfants dans le ménage augmente, plus les chances de préscolarisation se rétrécissent", peut-on lire dans la synthèse du rapport qui explique le phénomène par la modestie du revenu par tête parmi les ménages à taille élevée.

Parallèlement, le niveau scolaire et l'origine sociale des parents a un impact direct sur la préscolarisation des enfants. Ainsi, l'enquête révèle que "les chances de préscolarisation d’un enfant dont le père a un niveau d’études supérieur sont 2,5 fois celles d’un enfant dont le père n’a jamais été à l’école, et 1,5 fois celles d’un enfant dont le père a juste le niveau du primaire".

Les disparités sont également prononcées entre les habitants des villes et des campagnes. Le taux de préscolarisation dans le milieu urbain atteint 72,6% au moment où il peine à atteindre les 20% dans le monde rural.

Là encore, le rapport donne des précisions de taille: "Dans le milieu rural, l’accès à l’enseignement préscolaire s’améliore à mesure que se réduit la distance à la route et aux points d’eau. D’une part, les ruraux qui disposent de l’eau à domicile affichent un taux de préscolarisation équivalent à 3,7 fois le taux observé auprès des ménages ruraux distants des points d’eau de plus d’un km."

Le préscolaire conditionne la réussite sociale de l'individu

L'enquête du HCP confirme qu’au Maroc, "comme partout au monde, l’inégal accès à l’enseignement préscolaire se convertit en inégalités de chances vis-à-vis du succès scolaire, et, selon la théorie du capital social, en inégalités vis-à-vis du devenir social". En effet, la préscolarisation contribue à contenir les déperditions scolaires. Les statistiques montrent que la proportion des déperditions scolaires à l’école primaire est 3 fois plus grande parmi les non-préscolarisés. Bref, la préscolarisation améliore la trajectoire scolaire du primaire au supérieur.

Concernant l'impact de la préscolarisation sur le développement humain, "la préscolarisation améliore le capital humain national, en accroissant le nombre moyen d’années d’études et d’espérance de vie scolaire, variables entrant dans le calcul de l’indicateur du développement humain (IDH)", souligne le HCP dans sa synthèse. Concrètement, le nombre moyen d’années d’études d’un adulte, âgé de 25 ans et plus, qui a été préscolarisé est 2,3 fois le nombre de celui qui ne l'a pas été (7,4 années contre 2,7).

Au final, le HCP rappelle que "la préscolarisation ne permet pas, à elle seule, d’éradiquer les inégalités de chances vis-à-vis de la réussite scolaire. Le milieu de résidence, le sexe de l’enfant et le niveau d’instruction des parents, de même que l’aisance matérielle et l’origine sociale constituent, à côté de la préscolarisation, des déterminants fondamentaux de la réussite scolaire".

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Extrait du Prospectus visé par l’AMMC relatif à l’augmentation de capital d’Atlanta au titre de la fusion-absorption de Sanad.

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.