Stéréotypes liés au genre : “Le Maroc baigne encore dans une culture inégalitaire” (Najat Belkacem)

L’ancienne ministre française des Droits des femmes, qui est intervenue le lundi 29 avril lors d’une conférence sur les stéréotypes de genre au Maroc, appelle à faire progresser l’égalité femmes-hommes dans l’école, le monde du travail et la politique.

Ph. Médias24

Stéréotypes liés au genre : “Le Maroc baigne encore dans une culture inégalitaire” (Najat Belkacem)

Le 30 avril 2024 à 13h32

Modifié 30 avril 2024 à 17h22

L’ancienne ministre française des Droits des femmes, qui est intervenue le lundi 29 avril lors d’une conférence sur les stéréotypes de genre au Maroc, appelle à faire progresser l’égalité femmes-hommes dans l’école, le monde du travail et la politique.

We4She, un réseau associatif pour l’empowerment féminin, a organisé ce lundi 29 avril une conférence intitulée "Biais inconscients, ces stéréotypes qui font mauvais genre", avec la participation de l’ancienne ministre française des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem.

Les biais conscients liés au genre sont des préjugés subtils, profondément ancrés, qui influencent notre perception et nos interactions avec les autres personnes, découlant de stéréotypes de genre qui dictent les rôles, les comportements et les capacités présumés associés aux hommes et aux femmes, explique We4She.

Ainsi, il existe communément une attente inconsciente que les hommes soient naturellement plus aptes à des postes de direction ou à des tâches techniques, tandis que l’on attend des femmes qu’elles soient adaptées à des fonctions nécessitant de l’empathie et des compétences de communication interpersonnelle.

Au Maroc, les inégalités de genre sont loin de s’estomper

Médias24 a fait réagir Najat Vallaud-Belkacem sur les derniers chiffres du HCP sur les femmes au Maroc, reflétant la réalité d’une femme marocaine qui peine toujours à occuper la place qui lui revient dans la société, comme en témoigne le recul du taux de féminisation de la population active et les 11 millions de Marocaines aujourd’hui inactives.

"Dans un pays où l’on a de plus en plus de filles qui sont éduquées et même diplômées de l’enseignement supérieur, la réalité est que l’on baigne encore dans une culture inégalitaire, qui traverse d’ailleurs toutes les sociétés ; une réalité que nous retrouvons ici [au Maroc, ndlr]", affirme Najat Vallaud-Belkacem au micro de Médias24.

"Ce qu’il faut faire, c’est agir sur tous les plans, notamment celui de l’éducation. Il ne s’agit pas uniquement d’éduquer les filles pour leur attribuer des diplômes, mais aussi d’apprendre l’égalité femmes-hommes dans les études, dans le monde du travail et dans la politique. Il faut vraiment faire en sorte que les femmes soient partout dans la société et dans les postes de commande", conclut-elle.

La parité en entreprise doit être améliorée

La conférence a permis de revenir sur les principaux stéréotypes liés au genre encore très ancrés dans les sociétés, tels que les clichés relatifs à la grossesse et à l’allaitement ou encore les stéréotypes d’incompétence associés aux femmes.

Elle a aussi été l’occasion de dévoiler les résultats de l’enquête de We4She sur la diversité 2024. Réalisée auprès de 330 entreprises africaines adhérant à la Charte de la diversité du genre du réseau associatif pour l’empowerment féminin, l’enquête révèle que la représentativité des femmes dans les entreprises et le recrutement, malgré son amélioration, doit encore être renforcée, notamment dans les niveaux middle et top management.

De plus, 56% des entreprises sondées n’ont pas encore atteint la parité. 18% en ont moins de 30%, soit une tendance positive par rapport à 2023.

La représentativité des femmes dans le middle management se stabilise relativement à 36% en moyenne, soit une hausse de 6 points. La représentativité des femmes dans le top management, quant à elle, a légèrement augmenté à 33% en moyenne, contre 31% en 2023.

Des efforts importants doivent encore être fournis pour plus de représentativité des femmes dans les comités exécutifs (Comex) et les conseils d’administration, pointe l’enquête.

La représentativité des femmes dans le Comex est relativement stable à 33% en moyenne. Seulement 27% des Comex sont à 50% de femmes ou plus. Quant à la représentativité des femmes dans les conseils d’administration, celle-ci a augmenté de 6 points par rapport à 2023.

Une grande majorité d'entreprises suivent l’indicateur d’écart des salaires entre hommes et femmes, selon la même source. 76% des entreprises sondées déploient des actions dans le cadre de la Charte de la diversité en faveur de la mixité, d’après l’enquête de We4She.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

MOROCCO REAL ESTATE MANAGEMENT: “OPCI IMMO SECURE FUND-SPI ” Valeur Liquidative exceptionnelle au 10/07/2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.