Affaire du “réseau du maire de Fès” : début des plaidoiries le 13 février

Après les discussions au fond, le procès dans l’affaire dite du “réseau du maire de Fès” s’approche de son épilogue. Les plaidoiries démarreront le 13 février. Le prononcé du jugement est attendu le jour même par la défense.

Affaire du “réseau du maire de Fès” : début des plaidoiries le 13 février

Le 31 janvier 2024 à 15h55

Modifié 31 janvier 2024 à 15h55

Après les discussions au fond, le procès dans l’affaire dite du “réseau du maire de Fès” s’approche de son épilogue. Les plaidoiries démarreront le 13 février. Le prononcé du jugement est attendu le jour même par la défense.

Dans l’affaire dite du "réseau du maire de Fès", le début des plaidoiries est fixé au 13 février. Selon Me Omar Haloui, avocat du principal accusé, le parlementaire et adjoint au maire Abdelkader Boussairi, "la décision tombera le jour-même, en fin d’audience et après le délibéré".

Lors de la dernière audience du 23 janvier, les discussions au fond ont été clôturées après que la section des crimes financiers de la Cour d’appel de Fès a entendu les accusés et les témoins, explique l’avocat à Médias24. 

"Des preuves insuffisantes"

"À mon sens, les témoignages étaient en faveur de mon client. L’affaire a été amplifiée d’une manière extraordinaire. Selon notre lecture des éléments du dossier, il n’y a pas de moyens de preuve suffisants pour condamner mon client", estime Me Haloui.

Notre interlocuteur explique que, pour les faits de corruption qui sont reprochés à Abdelkader Boussairi, seules les déclarations de lun des accusés (I. F.) et les propos d’un témoin sont à charge. L’accusé (I. F.) déclare que c’est Abdelkader Boussairi qui lui a demandé 150.000 DH et qu’il les lui a donnés.

"Cela prouve juste que l’accusé est corrompu mais rien ne montre que mon client l’est aussi. C’est la parole de l’un contre celle l’autre, car Abdelkader Boussairi réfute toutes les accusations adressées à son encontre."

"Un témoin a également déclaré avoir corrompu Abdelkader Boussairi. Or, au vu de ses déclarations, cet individu devrait être en détention puisqu’il s’incrimine lui-même", s’insurge l’avocat.

Pour rappel, cette affaire implique treize accusés dont deux en état de liberté provisoire. Le maire de Fès, Abdeslam Bekkali, en fait partie. Il est poursuivi pour "non-dénonciation de crime". Son adjoint, le parlementaire Abdelkader Boussairi, est quant à lui placé en détention préventive et poursuivi pour des faits de "corruption", "dilapidation de deniers publics", "abus de pouvoir", "constitution d’une bande criminelle", "falsification d’un document officiel et d’un document administratif et son utilisation".

De manière générale, les chefs d’accusation vont de la corruption à la constitution d’une bande criminelle en passant par le faux et l’usage de faux et la dilapidation de deniers publics, entre autres graves accusations auxquelles devront répondre les treize accusés de cette affaire.

LIRE AUSSI

Affaire du “réseau du maire de Fès” : ce que l’on sait

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

S2M: AVIS DE CONVOCATION A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU JEUDI 27 JUIN 2024 à 15H

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.