Enseignement : Benmoussa dresse les conclusions du dialogue sectoriel devant les députés

Plafonnement de l'âge d'accès au concours de l'enseignement, dialogue social sectoriel, programme national de soutien scolaire... Voici ce qu'il faut retenir de l'intervention du ministre de l'Education nationale, Chakib Benmoussa, ce lundi 11 décembre, à la Chambre des représentants.

Selon Chakib Benmoussa, 200 projets de terrains de proximité sont en cours de réalisation.

Enseignement : Benmoussa dresse les conclusions du dialogue sectoriel devant les députés

Le 11 décembre 2023 à 19h31

Modifié 11 décembre 2023 à 20h18

Plafonnement de l'âge d'accès au concours de l'enseignement, dialogue social sectoriel, programme national de soutien scolaire... Voici ce qu'il faut retenir de l'intervention du ministre de l'Education nationale, Chakib Benmoussa, ce lundi 11 décembre, à la Chambre des représentants.

Au lendemain de la signature de l'accord du 10 décembre 2023, un accord porteur des espoirs de tous ceux qui ont à cœur la réforme, Chakib Benmoussa était (très) attendu au Parlement pour les questions orales.

En réponse aux questions sur l'avancement du dialogue sectoriel, le ministre de l'Education nationale a rappelé les principales étapes du dialogue, en particulier celles ayant concerné les discussions entamées depuis la réunion du 27 novembre entre le chef du gouvernement et les syndicats représentatifs :

- la réunion, le 27 novembre, entre le chef du gouvernement, en présence des membres de la commission tripartite, et les syndicats les plus représentatifs signataires de l'accord du 14 janvier, au cours de laquelle il a été décidé de geler le nouveau statut unifié et d'entamer des discussions avec les syndicats en vue de modifier les dispositions de ce dernier ;

- la réunion, le 30 novembre, au siège du ministère de l'Education nationale entre la commission tripartite et les syndicats les plus représentatifs concernés au cours de laquelle il a été décidé de la formule du gel du nouveau statut unifié et du lancement des discussions sur l'amélioration des salaires des enseignants et sur le règlement de certains dossiers en suspens ;

- plus de cinq réunions ont été tenues la semaine dernière au ministère chargé du Budget, au cours desquelles plusieurs dossiers ont été évoqués, notamment les dossiers catégoriels qui ont un impact financier et le dossier de l'augmentation des salaires des enseignants ; la dernière réunion a été tenue hier [le 10 décembre] sous la supervision du chef du gouvernement. Elle a abouti à la signature d'un accord entre le gouvernement et les syndicats les plus représentatifs.

"Le gouvernement veille à interagir positivement avec les revendications soulevées à la suite de la publication du nouveau statut unifié, démontrant sa forte volonté de renforcer la confiance entre les différentes parties et de poursuivre l'amélioration de la situation socioéconomique du corps enseignant. Le nouveau souffle insufflé au dialogue sectoriel traduit la préoccupation du gouvernement et du ministère de la nécessaire garantie du temps scolaire et des bonnes conditions propices à la réussite des réformes éducatives en cours", affirme Chakib Benmoussa.

Et d'ajouter : "Le dialogue ne peut être entamé qu'avec des représentants institutionnels. C'est la direction prise par le gouvernement. Nous sommes convaincus que l'enseignant est un acteur essentiel dans la réforme. Il n'y a pas de réforme s'il l'on ne considère pas sa situation. La réforme dans les classes est faisable."

"Le statut unifié n'est pas une finalité en soi. Notre objectif n'a jamais été le statut unifié. Nous visions un statut unifié qui, à travers le dialogue, permettra de poser les jalons de cette réforme. Des discussions seront entamées cette semaine pour améliorer certaines dispositions du nouveau statut unifié. Nous cherchons à ce que l'amélioration de ce texte arrange toutes les catégories", poursuit-il. Le dialogue reprend en effet ce jeudi entre le gouvernement et les syndicats.

Les conclusions du dialogue sectoriel 

Les discussions avec les centrales syndicales, caractérisées par la cadence élevée des réunions, ont été couronnées par plusieurs décisions :

- premièrement, en ce qui concerne le gel du nouveau statut unifié, le ministère a émis une note circulaire adressée aux responsables centraux, régionaux et provinciaux pour suspendre l'application des dispositions du nouveau statut unifié et ne pas publier les décrets d'application jusqu'à la fin du dialogue sectoriel fixée au 15 janvier au plus tard. Il a également été procédé à l'arrêt de toutes les procédures entamées récemment par les services de la direction en application aux dispositions du nouveau statut unifié ;

- la suspension des retenues sur salaire pour le mois de décembre des enseignants qui ont effectivement rejoint leurs classes avant les vacances trimestrielles et des enseignants qui rejoindront leurs classes au début de cette semaine conformément aux conclusions de l'accord signé le 10 décembre ;

- la suppression des sanctions prévues dans le cadre du nouveau statut unifié et l'adoption de celles prévues dans le cadre du statut de la fonction publique ;

- l'augmentation des salaires de 1.500 DH au profit de tous les enseignants, versée en deux tranches (janvier 2024 et janvier 2025). Cette augmentation représente 30% du salaire de l'enseignant au début de sa carrière ;

- l'octroi d'indemnités ou l'augmentation de la valeur de celles-ci pour plusieurs catégories et le traitement des dossiers catégoriels en suspens depuis plusieurs années ;

- l'augmentation du montant des indemnités relatives aux heures supplémentaires et à la correction ;

- l'augmentation du montant des indemnités relatives au grade d'excellence et la diminution des années de promotion de grade pour tous les cadres ;

- la poursuite au cours de cette semaine de l'étude et l'approbation des suggestions d'amélioration des dispositions du nouveau statut unifié qui n'entraînent pas un impact financier ;

- l'engagement à appliquer la réforme éducative en perspective de la généralisation des écoles pionnières en 2027.

"L'augmentation des salaires est historique et exceptionnelle. Cette augmentation représente plus de 9 MMDH en deux ans : 2024 et 2025. Nous espérons que tout le monde favorise l'intérêt de l'élève et que le soutien scolaire permette de rattraper le temps scolaire perdu", ajoute Chakib Benmoussa.

Plafonnement de l'âge d'accès au concours de l'enseignement

En réponse à une autre question sur le maintien du plafonnement, à 30 ans, de l'âge d'accès au concours de l'enseignement, le ministre de l'Education nationale a souligné : "Le plafonnement de l'âge d'accès au concours de l'enseignement est effectif depuis 2021. Il s'inscrit dans le cadre du chantier de la réforme éducative et de l'investissement dans les ressources humaines. Nous considérons que l'accès précoce aux métiers de l'éducation contribue à garantir la compétence et l'expertise sur le long terme. Il contribue également à l'investissement dans la formation initiale et continue."

Et le ministre d'ajouter : "Nous avons donné le coup d'envoi d'un travail axé sur le soutien de l'attractivité des métiers de l'éducation. Nous avons procédé à l'expansion de la formation dans le cycle de licence qui sera le principal pourvoyeur de recrues dans ce secteur [celui de l'enseignement, ndlr]. Nous observons l'augmentation des étudiants inscrits à ces licences, dont le nombre s'élève à 40.000 au titre de l'année en cours. C'est suffisant pour satisfaire les besoins de recrutement dans ce secteur."

"L'âge moyen des enseignants recrutés avant 2021 se situait autour de 28 ans. Aujourd'hui, cet âge moyen est de 24 ans. Ces efforts visent à rajeunir ces recrutements", conclut Chakib Benmoussa.

700.000 élèves bénéficiaires recensés dans le cadre du Programme national de soutien scolaire

Au sujet du programme national de soutien scolaire, lancé par le ministère durant les deuxièmes vacances trimestrielles, le ministre de tutelle a indiqué que le nombre d'élèves bénéficiaires a atteint 700.000 élèves.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Aradei Capital : Résultats Techniques de l'AKA 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.