Actionnariat, endettement, revenus... ce que l'on sait de l'aspect financier de Lydec avant sa cession

| Le 7/12/2023 à 15:01
Le groupe Lydec devra être cédé par Véolia avant le 15 janvier prochain. Au-delà des aspects juridiques du dossier, voici ce que l'on sait de la situation financière de Lydec, tant sur l'opérationnel que dans son actionnariat avant la cession.

Le Conseil de la concurrence a annoncé que Veolia avait jusqu’au 15 janvier pour concrétiser la cession de Lydec. Alors que du point de vue administratif et de la concurrence, des blocages ont lieu concernant la cession de la Lydec, il convient de revenir sur l’aspect financier de l’entreprise. Quelles sont ses dernières performances et indicateurs financiers, et quid de son actionnariat ?

L’OPR mené l’an dernier n’a pas permis de rapporter l’intégralité des titres

L’an dernier, la Lydec avait publié une note d’information relative à l’Offre publique de retrait obligatoire (OPR) à l’initiative de Veolia Environnement SA, agissant de concert avec sa filiale détenue à 100%, VIGIE 50 AS. L’opération portait sur 127.113 actions (1,59% du capital, ndlr) au prix de 262 dirhams l’action, soit un montant de 33,3 MDH.

Voici à quoi ressemblait l’actionnariat avant l’OPR. En somme, cette opération avait pour but de rapporter les titres non détenus par les initiateurs.

À la suite de l’OPR, un total de 100.850 titres a été présenté, soit 1,26% du capital de Lydec. In fine, 26.263 titres n’ont pas été apportés à l’OPR. Par la suite, les initiateurs de l’OPR ont procédé à la radiation des titres de Lydec en bourse, laquelle a été effective le 30 décembre 2022. Le dernier jour de sa cotation, à savoir le 29 décembre, le titre avait clôturé au cours de 214 dirhams. Avec 8.000.000 d’actions, le groupe était alors théoriquement valorisé à 1,72 MMDH.

Désormais, l’entreprise devra être cédée avant le 15 janvier prochain. Cependant, sachant que le contrat de Lydec concernant sa gestion déléguée de l’eau et de l’électricité dans la région Casablanca-Settat prendra fin en 2027, les perspectives demeurent complexes et il est possible que cela impacte le prix de cession. C'est donc sous la pression de deux contraintes majeures que cette éventuelle cession se prépare :

- la pression du délai du 15 janvier ;

- la fin annoncée du contrat de gestion déléguée.

Pour cette cession, il est probable que le groupe Veolia est déjà ou sera en discussion avec des acteurs locaux qui souhaitent se développer dans ce type de métiers, et qui trouveraient en Lydec une expertise et des infrastructures en place, permettant de postuler ultérieurement à des contrats auprès des SRM (Sociétés régionales multiservices). À ce jour, rien n’est annoncé.

Ce que l’on sait de Lydec réside également dans la publication de ses résultats semestriels et annuels. À ce titre, on remarque une amélioration progressive de la situation financière de l’entreprise.

Une année 2023 sous le signe du désendettement

Durant l’année 2023, le groupe a affiché des indicateurs de performance globalement stables par rapport à 2022, avec un chiffre d’affaires consolidé à fin septembre en très légère hausse de 0,5% à 5.532 MDH.

Les investissements de Lydec ont baissé de 6,8% à 549 MDH. Mais le point saillant qui ressort des derniers indicateurs à fin septembre, c’est la forte réduction de l’endettement net du groupe. "Le niveau de trésorerie net à fin septembre 2023 atteint 82 MDH, en amélioration par rapport à l’année précédente, due principalement à la réduction de l’endettement et à l’amélioration du recouvrement de l’entreprise", soulignait le groupe dans son communiqué.

Sur 12 mois glissants, le groupe a réduit son endettement net de 978 MDH, passant de 896 MDH d’endettement à un excédent de 82 MDH. Le groupe a également amélioré son résultat net avec, à fin juin 2023, une perte d’un million de dirhams alors qu’elle atteignait 10 millions une année auparavant.

Affaire Lydec : Veolia négocie une sortie transactionnelle

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 23/2/2024 à 9:36

    CIH Bank : RNPG consolidé en hausse de 6% en 2023, dividende stable

    Le groupe affiche un PNB en progression de 27% du fait de l’accroissement de la marge nette d’intérêt de 8,6% et de la bonne performance des activités de marché. Le coût du risque a plus que doublé par rapport à 2022 pour atteindre près de 1,3 MMDH. Le RNPG affiche cependant une progression de 6,2% à 710 MDH.
  • | Le 22/2/2024 à 15:17

    Stagnation des créations d'entreprises en 2023 (OMPIC)

    Les SARLAU, qui deviennent de plus en plus populaires, représentent 64% des entreprises créées. La région Casablanca-Settat regroupe près de 29% des entreprises créées. Les défaillances d'entreprises, parallèlement, progressent de 15% par rapport à 2022, avec 14.245 défaillances d'après les derniers chiffres d'Inforisk D&B. Les défaillances des PME avec un chiffre d'affaires de plus de 10 MDH ont progressé de 150%.
  • | Le 22/2/2024 à 10:48

    Delta Holding : hausse de 12% du chiffre d’affaires consolidé en 2023

    L’endettement net consolidé baisse de 73% en 2023 à 103 MDH. Les investissements progressent nettement, passant de 58 MDH en 2022 à 90 MDH en 2023.
  • | Le 22/2/2024 à 8:04

    CMT : revirement, les opérations classées ont été déclassées par le parquet à la demande des Douanes

    Le groupe minier annonce un nouveau revirement dans son contentieux avec l’Office des changes. Après avoir ordonné de déclasser certaines opérations réduisant le montant litigieux, le parquet a transmis le dossier en l’état au tribunal afin de le voir statuer sur l’ensemble des opérations considérées comme irrégulières par l’Office des changes.
  • | Le 21/2/2024 à 16:56

    Voici les principales conclusions du chef de la mission du FMI au Maroc après les récentes consultations (vidéo)

    Après deux semaines de consultations dans le Royaume, le chef de mission du FMI au Maroc, Roberto Cardarelli, livre sa lecture des perspectives macroéconomiques. Il annonce que le versement de la première tranche de la facilité pour la résilience et la durabilité (FSR) sera discuté le mois prochain. Une accélération des réformes structurelles est nécessaire pour doper la croissance.
  • | Le 21/2/2024 à 9:01

    Label’Vie : hausse de 13% des revenus consolidés en 2023

    Le groupe a pu compter sur la progression organique du nombre de magasins avec 24 nouveaux points de vente l’an dernier. L’investissement net atteint 1,2 MMDH en 2023 et l’endettement progresse de 19% à près de 3,8 MMDH.