Gestion des déchets à Casablanca : le dossier débloqué par le wali, l’appel à préqualification lancé

À peine arrivé, le nouveau wali, Mohamed Mhidia, a débloqué le dossier du centre d’enfouissement et de valorisation des déchets de Casablanca. Sur ordre du ministère de l’Intérieur, c’est le terrain déjà identifié dans la commune de Mejjatia Ouled Taleb, et qui avait fait polémique pendant plusieurs semaines, qui a été retenu pour l’accueillir. Détails.

Gestion des déchets à Casablanca : le dossier débloqué par le wali, l’appel à préqualification lancé

Le 28 novembre 2023 à 18h23

Modifié 28 novembre 2023 à 18h54

À peine arrivé, le nouveau wali, Mohamed Mhidia, a débloqué le dossier du centre d’enfouissement et de valorisation des déchets de Casablanca. Sur ordre du ministère de l’Intérieur, c’est le terrain déjà identifié dans la commune de Mejjatia Ouled Taleb, et qui avait fait polémique pendant plusieurs semaines, qui a été retenu pour l’accueillir. Détails.

La commune de Casablanca a récemment lancé un appel international pour la préqualification des sociétés éligibles à la procédure d’appel d’offres pour la gestion déléguée du centre d’enfouissement et de valorisation des déchets ménagers et assimilés de Casablanca.

Selon les documents de cet appel d’offres, consultés par Médias24, ce CEV sera construit dans la commune de Mejjatia Ouled Taleb, dans la province de Médiouna. D’une superficie de 260 hectares, ce centre est destiné à recevoir les déchets ménagers et assimilés de la commune de Casablanca, et des communes relevant de Médiouna et Nouaceur.

Ce projet a fait polémique durant plusieurs semaines car on ne savait pas s'il allait être maintenu ou pas sur le même site.  Contacté par nos soins, Mohamed Afilal, vice-président du conseil de la ville de Casablanca, chargé du nettoiement, indique que ce dossier a été débloqué sur ordre du ministre de l’Intérieur. "A son arrivée, le nouveau wali de la région a accéléré plusieurs projets phares de la ville, en priorité celui du CEV et celui relatif à l’exploitation des sources d’eau de Casablanca".

"Le CEV est un projet très important pour la métropole. Nous devons donner l’exemple à Casablanca, d’autant que le pays accueillera dans quelques années des évènements internationaux tels que la CAN 2025 et le Mondial 2030. De plus, avec le nouveau casier dont sera dotée la décharge contrôlée actuelle, celle-ci n’est encore exploitable que pour un an et demi tout au plus. Ce projet doit voir le jour au plus tôt", justifie-t-il.

Près de 6.000 tonnes de déchets par jour à Casablanca, Nouaceur et Médiouna

En effet, rien qu’en 2023, une moyenne journalière de plus de 6.000 tonnes de déchets est produite dans ces trois provinces/préfectures, soit une moyenne annuelle de 2,2 millions de tonnes dont 1,6 rien qu’à Casablanca.

Cette quantité est appelée à évoluer. Selon la commune, la quantité des déchets qui devrait être produite dans les trois provinces s’élève à 2,791 MT dans 20 ans, en 2043.

Ces derniers sont caractérisés par une forte humidité (65 à 70%) et composés à hauteur de 55% de déchets alimentaires, 10% de papier carton, 8% de plastique, 5% de déchets verts, 3% de bois et paille, 2% de verre, 2% de textile, 2% de métal et 1% d’aluminium, d’où l’importance du projet de CEV et du centre de tri dont il sera composé.

Élimination du stock de lixiviat en moins de 2 ans

Les prestations de l’appel à préqualification lancé par la commune couvrent la conception, le financement, la réalisation, la gestion, l’exploitation et l’entretien du CEV des déchets ménagers et assimilés du déléguant à l’intérieur du périmètre de la gestion déléguée, y compris le traitement et l’élimination des lixiviats stockés dans les bassins situés dans les anciennes décharges (décharge publique de Médiouna et décharge contrôlée de Casablanca), et ce pendant une durée de vingt ans.

Dans le détail, les prestations couvertes concernent :

- le traitement et l’élimination des lixiviats stockés dans les bassins situés dans la décharge publique et la décharge contrôlée dans un délai ne dépassant pas 2 ans, à compter de la date de signature du contrat de gestion déléguée ;

- la mise en place d’un centre de tri semi-mécanique et la mise en place des lignes de tri semi-automatique pour trier les déchets reçus ;

- les ouvrages et installations de mise en décharge comprenant notamment :

      • les casiers nécessaires à l’enfouissement pendant la période d’exploitation ;
      • la clôture du centre d’enfouissement et de valorisation et le contrôle automatique de l’accès y compris les ponts bascules et le système de surveillance ;
      • la récupération, le traitement et la valorisation énergétique du biogaz ;
      • la collecte et le traitement du lixiviat du centre d’enfouissement et de valorisation ;
      • le traitement du lixiviat des anciennes décharges précitées.

Au moins 25% de valorisation de déchets

Elles concernent également :

- les ouvrages et installations des déchets permettant un taux de valorisation des déchets de 25% au minimum, avec la production de CSR (combustible solide de récupération) et d’autres produits valorisables ;

- les ouvrages et installations de production du compost, si c’est intégré comme variante dans l’offre du soumissionnaire ;

- la réalisation d’études topographiques, investigations géotechniques, plans d’exécution et toutes autres études complémentaires, notamment l’étude relative à la caractérisation des déchets reçus au CEV ;

- la clôture et l’aménagement extérieur du terrain affecté au CEV ;

- la réalisation des locaux d’exploitation nécessaires ;

- la plantation d’un écran végétal en haie périphérique sur l’ensemble du périmètre du CEV ;

- la mise en place de moyens humains et matériels nécessaires.

Élimination des odeurs

Le délégataire ou le groupement retenu sera également tenu de :

- la gestion, l’entretien, le renouvellement et l’exploitation de l’ensemble des ouvrages matériels et installations du CEV dans le respect des normes et réglementations en vigueur ;

- le contrôle et le suivi des impacts environnementaux liés à la réalisation des ouvrages et l’exploitation du CEV de sorte à éliminer toute nuisance éventuelle notamment les odeurs ;

- la remise au déléguant de l’ensemble des données d’exploitation, comptables et financières relatives à l’ensemble des prestations de la gestion déléguée, conformément aux exigences du déléguant, ainsi que la mise en œuvre d’un système de suivi et contrôle partagé avec le déléguant à sa satisfaction et accessible par lui dans ses locaux.

Enfouissement, valorisation et gestion du lixiviat : le candidat doit décrire la solution proposée

Cet appel représente la première étape du processus de préqualification des candidats suite à l’analyse des candidatures, à l’issue de laquelle les candidats retenus devront soumettre leur offre dans un délai de 60 jours, à compter de la date de notification.

Les candidats doivent alors fournir avec leurs dossiers de candidature une description sommaire de l’ensemble des installations et des prestations, ainsi que leurs consistances qu’ils envisagent de mettre en œuvre, permettant de répondre aux objectifs fixés, qui sont un taux de valorisation minimum de 25% et un taux d’enfouissement maximum de 50%.

En plus de la solution de base, les candidats peuvent présenter des solutions variantes. Le candidat devra alors présenter sommairement les solutions et précédés techniques, en prédisant le bilan massique, la consistance des objectifs attendus et la description des ouvrages.

"Le taux de valorisation désigne le rapport des quantités recyclées et/ou valorisées sur les quantités de déchets arrivées à l’entrée du CEV", précise la commune dans ses documents. "Les pertes en masse / poids et en eau des déchets lors du traitement, ne sont pas considérées comme valorisation."

Pour le traitement et l’élimination des lixiviats stockés dans les bassins des décharges (environ 800.000 m3), les candidats doivent présenter la solution envisagée et la planification dans le temps des interventions. Le candidat doit aussi décrire le circuit emprunté par les déchets depuis l’admission au CEV jusqu’aux différents produits de valorisation ou enfouissement.

Les informations d’ordre général sur le périmètre de la gestion déléguée et les caractéristiques des déchets du futur CEV feront pour leur part l’objet du contrat de gestion déléguée. Une visite des lieux sera organisée au site de la décharge de Médiouna (l’ancienne décharge sauvage), de la décharge contrôlée de Casablanca et au site du centre d’enfouissement et de valorisation le 7 décembre prochain.

En ce qui concerne le financement prévu du programme d’investissement contractuel, une subvention d’investissement sera accordée au futur délégataire.

Critères d'éligibilité au marché

Pour être préqualifié, le candidat devra satisfaire plusieurs critères relatifs à sa situation administrative, la taille de son entreprise, sa situation financière et ses expériences professionnelles.

En ce qui concerne la capacité financière du candidat, ce dernier doit justifier des capitaux propres supérieurs ou égaux à 300 millions de DH. En cas de groupement, les membres doivent justifier leur capacité en cumul du montant susvisé.

Pour ce qui est de la taille du candidat, il doit justifier d’un chiffre d'affaires annuel hors taxes d’un montant supérieur à 200 MDH lors des trois derniers exercices. En cas de groupement, le chef de file mandataire (opérateur de référence) doit à lui seul réaliser un chiffre d'affaires annuel moyen égal ou supérieur à 200 MDH hors taxe et ce lors des trois derniers exercices.

S’agissant de la santé financière de l’entreprise, le candidat doit soumettre les bilans et états financiers audités des trois derniers exercices, qui devront démontrer sa solidité financière à court terme et sa rentabilité à long terme.

Quant à l’expérience technique, le candidat doit justifier au minimum d’une expérience dans le domaine de l’exploitation des décharges contrôlées et d’une expérience relative aux travaux de génie civil comprenant les terrassements, les casiers d’enfouissement, les bassins de stockage et les digues de protection, ou encore les dispositifs d’étanchéité et de complexe de drainage d’un montant supérieur ou égal à 800 MDH. En cas de groupement, le chef de file mandataire doit à lui seul satisfaire au critère susmentionné.

Par ailleurs, un candidat peut être préqualifié sous réserve de corriger certaines insuffisances mineures aux conditions de préqualification, d’une manière satisfaisante par le délégant avant de présenter une offre.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Ciments du Maroc: COMMUNICATION TRIMESTRIELLE T4 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.