Hydrogène vert : une circulaire en préparation pour détailler l'offre Maroc (Jazouli)

Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de l'Investissement, de la convergence et de l'évaluation des politiques publiques était l'invité de Médias24 en direct depuis Marrakech ce lundi 9 octobre, en marge des Assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale. Post-séisme, investissements, incitations, nouveaux écosystèmes... autant de sujets sur lesquels le ministre apporte un éclairage et des précisions. Entretien.

Hydrogène vert : une circulaire en préparation pour détailler l'offre Maroc (Jazouli)

Le 10 octobre 2023 à 11h59

Modifié 12 octobre 2023 à 11h53

Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de l'Investissement, de la convergence et de l'évaluation des politiques publiques était l'invité de Médias24 en direct depuis Marrakech ce lundi 9 octobre, en marge des Assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale. Post-séisme, investissements, incitations, nouveaux écosystèmes... autant de sujets sur lesquels le ministre apporte un éclairage et des précisions. Entretien.

Le Maroc est placé dans le top 3 des meilleurs coûts pour la production de l’hydrogène vert. Le potentiel marocain sur ce secteur est indéniable et  les experts mondiaux sont unanimes.

"Quand on rajoute à cela la distance par rapport à l’Europe, le Royaume est de loin le plus compétitif pour aider le Vieux Continent à se décarboner", nous explique Mohcine Jazouli, le ministre chargé de l'Investissement, invité sur le plateau de Médias24.

Pour ce faire, le Maroc prépare le déploiement de son offre Hydrogène, validée par le Roi Mohammed VI. Le ministre nous révèle en exclusivité lors de cet échange "qu’une circulaire est en cours de préparation par les différents départements concernés. Celle-ci va préciser clairement l’opérationnalisation de l’offre Maroc".

Voici l'intégralité de l'entretien avec le ministre en vidéo et en texte. 

 

Médias24 : Avant d'évoquer l'investissement et les opportunités qu'offre le Maroc, à un mois quasiment jour pour jour des événements tragiques du séisme du 8 septembre, Marrakech accueille à bras ouverts les participants du monde. Quelles sont les premières impressions ? Quelle est votre appréciation de cette première journée ?

Mohcine Jazouli : Tout d'abord, je saisis cette occasion pour exprimer une nouvelle fois mes plus vives condoléances aux familles des victimes qui ont perdu la vie lors de ce tragique évènement, et souhaiter un prompt rétablissement aux blessés. Nous pouvons cependant être fiers que, sous la conduite éclairée de Sa Majesté, la réaction fut rapide et efficace, et que nous puissions nous retrouver aux Assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI, ici à Marrakech, tout juste un mois après ce tragique évènement.

Les investisseurs, ce sont tout d’abord des citoyens marocains ou des amis du Maroc. Et comme tous les Marocains et tous leurs amis, ils ont fait preuve d’un incroyable élan de solidarité.

De nombreux investisseurs m’ont appelé pour spontanément proposer leur aide, qu’elle soit matérielle ou financière. Et dès la mise en place du Fonds de solidarité par Sa Majesté, beaucoup d’entre eux ont contribué, tout en continuant de proposer à l'Etat marocain leurs moyens matériels, humains et leur expertise.

Surtout, unanimement et quelle que soit leur nationalité, les partenaires ont salué la gestion de la crise par l'Etat marocain, avec à sa tête le Roi Mohammed VI, voyant en cela l'illustration d'une nation mâture, résiliente, souveraine, solidaire et capable.

Je profite d’ailleurs de cette occasion pour les remercier vivement pour leur soutien et leur engagement aux côtés des autorités marocaines. Un engagement réaffirmé aujourd’hui à travers une forte présence et participation des investissements à ces assemblées annuelles.

- Cette tragédie et ses conséquences ont-elles eu un impact sur l'investissement ? Quelle a été la réaction des investisseurs dans les premiers jours ayant suivi le séisme ?

- D’abord j’aimerais revenir sur un chiffre important, celui du nombre de participants à ces assemblées : plus de 12.000 participants ont répondu présent et sont venus à Marrakech.

Pour certains, il s’agit de la première fois ici au Maroc ; d’autres investisseurs installés ou potentiels connaissent déjà bien notre pays.

Comme je vous l’ai dit, ils sont tous admiratifs de la résilience du Royaume, de la solidarité de son peuple, de la cohésion dont nous avons fait preuve, tous unis derrière Sa Majesté le Roi, et de la capacité du Maroc à se renouveler et à toujours aller de l’avant malgré les difficultés rencontrées.

- Je vais changer ma casquette de journaliste pour celle d’investisseur. Je vous demande M. Jazouli de me convaincre de venir investir au Maroc. Pourquoi le ferais-je ici et pas dans un autre pays du monde ou de la région ?

- Le Maroc occupe une place particulière dans la région. On parle même de "modèle marocain" et de "Momentum Maroc". C’est une réalité car les atouts du Maroc sont convaincants. En effet, le Maroc combine, et ce de manière quasi unique, trois facteurs cruciaux pour l’investissement.

Tout d’abord, le Maroc est unique en termes de cadre d’investissement . Ce que chérissent les investisseurs dans notre pays, c’est d’abord la crédibilité de l’Etat marocain. Grâce à Sa Majesté le Roi, le Maroc est aujourd’hui un îlot de stabilité dans la région. Nous avons une stabilité politique, sociale et macro-économique qui donne la confiance et la visibilité à long terme, essentielles aux investisseurs.

Sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi, le Maroc a soulevé des montagnes pour le développement d'infrastructures de premier plan, et a développé des secteurs économiques en partant de zéro, tel que l’automobile, l’aéronautique ou d’autres.

Nous avons lancé de nombreuses réformes, comme celle actuellement en cours de l’investissement, avec notamment une nouvelle Charte de l’investissement, qui est un signal fort et clair adressé à tous les investisseurs, quelles que soient leur nationalité et leur taille.

Bien entendu, les gens retiennent surtout les incitations directes, qui sont certes importantes, surtout dans un contexte de compétition internationale féroce. Mais au-delà, cette charte encadre les principaux chantiers d’amélioration de l’environnement des affaires et incarne l’engagement de l’Etat à soutenir les investisseurs, qu’il voit comme des agents principaux de la relance économique du Royaume.

À nouveau, cela sert avant tout à renforcer la confiance des investisseurs dans le fait qu’ils ont en l’Etat marocain un partenaire économique. C’est bien cette crédibilité qui a convaincu le FMI et la Banque Mondiale d’organiser leurs assemblées annuelles à Marrakech, ou plus récemment, le comité exécutif de la FIFA de confier au Royaume la co-organisation de la Coupe du Monde 2030 aux côtés de l’Espagne et du Portugal.

Deuxièmement, le Maroc est une des meilleures destinations d’investissement en termes de compétitivité. Historiquement une terre de capital humain jeune, bien formé et compétitif. Aujourd’hui plus que jamais, c’est la compétitivité de notre énergie verte qui attire. Demain, dans un monde décarboné, la production marocaine sera avantagée. Je le dis et le répète : le Maroc est l’un des très rares pays au monde où produire plus vert se conjugue avec être plus compétitif.

Troisièmement, le marché marocain est bien plus grand qu’on ne le pense. C’est un marché de plus de 2,5 milliards de consommateurs grâce à ses accords de libre-échange (ALE). Mais ces accords ne suffisent pas en soi. Le Maroc est stratégiquement positionné au carrefour des flux commerciaux mondiaux, et il est idéalement positionné pour profiter de la réorganisation des chaînes de valeur et des relocalisations qui s’opèrent à un échelon régional.

- La charte est en effet un outil majeur de l’argumentaire marocain. Pouvez-vous rappeler rapidement son contenu aux téléspectateurs qui ne connaissent pas encore ce dispositif ?

- La nouvelle Charte de l’investissement, appelée de ses vœux par Sa Majesté le Roi, est le socle de la politique de l’Etat en matière d’investissement privé. C’est une loi-cadre structurée autour de trois piliers :

* 4 dispositifs de soutien à l’investissement ;

* des réformes sur lesquelles s’engage l’Etat pour améliorer l’environnement des affaires ;

* une gouvernance unifiée de l’investissement, renforcée et déconcentrée.

S’agissant des dispositifs de soutien à l’investissement, ils sont connus pour être en ligne avec les hautes orientations de Sa Majesté le Roi, pour faire en sorte que l’investissement privé soit véritablement le moteur de la croissance économique du pays. Les primes à l’investissement ont donc été instaurées de manière à favoriser la création d’emploi,  la valeur ajoutée locale, l’équité genre, le développement durable, les métiers d’avenir et l’équité territoriale.

Cette charte s’adresse à tous les investisseurs, nationaux comme étrangers, et à tous les investissements, petits et grands.

À noter que depuis son entrée en vigueur en décembre 2022, elle a déjà produit ses premiers effets, très encourageants : en six mois, le volume des projets passés en Commission nationale des investissements a presque triplé par rapport à avant 2022, que ce soit en termes de montants ou d’emplois. Surtout, le contenu social de ces investissements s’est grandement amélioré. À titre d’exemple, je citerai l’équité territoriale dans la distribution des investissements. Les investisseurs sortent enfin de l’axe El Jadida-Tanger. 71% des primes accordées sous la nouvelle Charte de l’investissement ont bénéficié à des projets en dehors de cet axe.

-  L’hydrogène et les batteries électriques sont deux nouveaux domaines stratégiques sur lesquels le Maroc se positionne afin de créer des écosystèmes. Que pouvez-vous en dire à ce stade ? L'offre Maroc relative à l'hydrogène est-elle sur la bonne voie ?

- Je vous confirme que ce sont deux secteurs qui ont le potentiel de transformer l'économie marocaine et de la faire passer dans une autre dimension. Je peux vous dire que le Maroc a des arguments extrêmement convaincants pour les investisseurs dans ces deux secteurs, qu'ils soient nationaux et internationaux.

En matière de mobilité électrique, notre positionnement géographique, nos ALE avec plus de 50 pays qui donnent accès à un marché de 2,5 milliards de consommateurs, notre industrie automobile pionnière dans le continent, nos infrastructures et notre énergie verte, parmi les plus compétitives du monde, font du Maroc le candidat idéal pour accueillir un écosystème de batteries ou de véhicules électriques pour tous les opérateurs souhaitant exporter notamment en Europe et aux Etats-Unis. D’ailleurs, nous avons déjà dans le pipe plusieurs grands projets structurants, et je peux vous dire que les premiers coups de pioche ne tarderont pas à venir.

S’agissant de l’hydrogène vert, ressource essentielle à une transition énergétique mondiale réussie, le Maroc entend occuper une place centrale dans tous les sens du terme.

La vision anticipatrice de Sa Majesté le Roi, qui a fait du Royaume d'ores et déjà un leader continental de la lutte contre le changement climatique et a permis de développer un écosystème mature dans le secteur des EnR, couplée à une combinaison unique des atouts naturels du Royaume, en termes de ressources d'énergie renouvelable, de foncier et de position géographique stratégique, positionnent le Maroc comme une puissance énergétique du futur.

L'appétit des investisseurs se compte en plusieurs centaines de GW de capacité EnR et en plusieurs dizaines de milliards de dollars américains. Cela constituera une formidable opportunité pour les institutions financières nationales et internationales ici présentes, qui sont encouragées à pleinement jouer leur rôle d'"enabler".

Dans cette perspective engageant une transformation radicale de l'économie marocaine sur le long terme, une Offre Maroc, appelée de ses vœux par Sa Majesté le Roi, est actuellement déployée pour garantir un business model équilibré dans lequel les impacts positifs pour les citoyens sont primordiaux.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

COSUMAR: INDICATEURS TRIMESTRIELS AU 31 DECEMBRE 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.