Dossier Cet article est issu du dossier «Investissement. Comment la région de Guelmim prépare l'avenir» Voir le dossier

ECONOMIE Sept zones d'activités économiques sont en cours de réalisation à Guelmim

Le 23 septembre 2023 à 13h09

Modifié 25 septembre 2023 à 16h08

Brahim Baaddi, délégué du ministère de l’Industrie et du Commerce dans la région de Guelmim-Oued Noun revient dans cet entretien sur le potentiel industriel de cette zone Sud du royaume. Hydrogène vert, matériaux de construction, zones d'activité économique, écosystèmes industriels... Le responsable public fait le point à Médias24, sur les grands chantiers économiques de la région.

La région de Guelmim-Oued Noun est l’une des rares régions du royaume à avoir réalisé un taux de croissance de 3,6% en 2022. Une performance qui conforte la bonne dynamique économique de ce territoire, également connu sous l’appellation "porte du Sahara", et qui cherche sa place dans plusieurs branches sectorielles porteuses (agroalimentaire, chimie et parachimie, matériaux de construction, produits de la mer, IT, formation, énergies renouvelables, etc.).

Nous avons rencontré Brahim Baaddi, délégué du ministère de l'Industrie et du Commerce dans la région de Guelmim qui nous a apporté son éclairage sur le potentiel de développement industriel de la région ainsi que sur les différentes actions menées par le ministère de tutelle dans cette zone Sud du pays.

L’objectif est de permettre aux opérateurs industriels de réaliser leurs projets et même d’exporter, notamment en Europe et en Afrique

Médias24 : Quels sont les projets sur lesquels travaille le ministère de l’Industrie et du commerce dans la région de Guelmim?

Brahim Baaddi : Le ministère se penche sur la mise en place de plusieurs infrastructures d’accueil. Notre ministre, Ryad Mezzour, a signé en 2022 plusieurs protocoles d’accord et des conventions-cadres visant la réalisation de zones d’activités économiques (ZAE), en partenariat avec le Conseil régional, le Wali de la région et d’autres partenaires à l’échelle locale.

Concrètement, nous travaillons actuellement sur la construction de plusieurs ZAE. Concernant la ZAE d’El Ouatia (Tan-Tan), les travaux architecturaux viennent d’être achevés. Les études techniques devraient aussi démarrer incessamment. La ZAE d’El Ouatia sera réalisée en partenariat avec la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM), laquelle a une grande expertise en matière de gestion d’infrastructures d’accueil.

Les autres projets à l’étude concernent, entre autres, l’extension de la zone industrielle et la valorisation de la zone intra-portuaire de Sidi Ifni ainsi que la valorisation de la zone intra-portuaire et la réalisation d’une zone d’activités de Tan-Tan. S'y ajoute, la reconversion d’une zone dédiée au cactus en un site généraliste, susceptible d’accueillir toutes les activités industrielles de Guelmim.

La zone reconvertie est située sur la voie express qui mène vers Tan-Tan (à 8 km de la ville de Guelmim). Cette infrastructure d’accueil ainsi que la ZAE d’Assa ont été choisies pour l’obtention du financement du Fonzid (Fonds des zones industrielles durables).

Tout compte fait, Guelmim Oued Noun compte un portefeuille de 7 à 8 zones d’activités économiques − y compris celle d'Imi n faste (100 ha), limitrophe à l’aéroport de Guelmim − dont trois déjà opérationnelles. Pour rappel, dans le cadre d’une convention-cadre, l’aéroport de Guelmim abritera l’écosystème de démantèlement et de stockage d’avions. La zone d'Imi n faste est complémentaire à l’écosystème précité.

Dans le même ordre d’idées, le ministre de l’Industrie et du commerce a également signé en octobre 2022 une convention ayant pour but de bâtir un écosystème dédié à la réparation et à la construction de bateaux dans la province de Tan-Tan.

En somme, notre ministère est engagé pour le développement économique de la région, notamment dans les domaines du commerce et de l’industrie.

Guelmim-Oued Noun compte un portefeuille de 7 à 8 zones d’activités économiques, dont trois déjà opérationnelles

- Dans quelle mesure le Plan de développement régional (2022-2027) participe à l’essor industriel de la région ?

Le PDR est très ambitieux sur le front industriel. Il table sur la réalisation de sept infrastructures d’accueil avec le concours de tous les partenaires (ministères, collectivités territoriales, Conseil régional, etc.). Il est prévu de mettre en place une infrastructure d’accueil dans les différentes communes urbaines de la région (Sidi Ifni, Assa-Zag, Tan-Tan et Guelmim).

> Lire aussi: Guelmim-Oued Noun:11,9 MMDH pour le PDR 2022-2027 et Mbarka Bouaida: "Le Plan de développement régional de Guelmim-Oued Noun en phase de validation"

- Comment Guelmim-Oued Noun se positionne-t-elle par rapport à la Task Force "Souveraineté Industrielle", l'initiative portée par le ministère de l’Industrie et du commerce ?

La région est très dynamique en matière d’investissements dans le domaine de l’agroalimentaire, un secteur qui contribue à la souveraineté alimentaire de notre pays. Ce même dynamisme est observé dans les branches d’activité relatives aux énergies renouvelables, aux matériaux de construction et à la réparation et construction navales.

Une dizaine de projets sont à l’étude. Quatre conventions ont été conclues avec notre ministère, qui apportera un appui aux industriels sur les plans financier et technique. L’objectif est de permettre aux opérateurs industriels de réaliser leurs projets et même d’exporter, notamment en Europe et en Afrique.

La région fait partie des quatre endroits au niveau mondial capables d’accueillir des projets de grande envergure en lien avec la production de l’hydrogène vert

- Les énergies renouvelables constituent-elles pour vous une réelle opportunité pour le développement industriel de Guelmim?

Il est clair que oui. D’ailleurs, la région a tous les atouts pour capter, dans un premier temps, les investissements relatifs au déploiement de projets de production d’énergies renouvelables. Elle peut aussi bien se positionner sur le créneau de la transformation et la valorisation de l’énergie verte (hydrogène et ammoniac verts, dessalement de l’eau de mer), qui nécessitera sans doute l’aménagement de grandes zones d’activités.

Des études internationales ont montré que la région de Guelmim-Oued Noun, en raison, entre autres, de la qualité de l’ensoleillement (300 jours/an) et de la vitesse du vent (9m/s), fait partie des quatre endroits au niveau mondial capables d’accueillir des projets de grande envergure ayant trait à la production de l’hydrogène vert.

On dénombre déjà entre 6 et 7 acteurs mondiaux qui sont intéressés par la région afin d’y produire de l’énergie renouvelable où de l’hydrogène et de l’ammoniac verts. Au total, trois opérateurs internationaux déploient des tests au niveau régional.

Les investissements dans les secteurs précités pourraient se chiffrer en plusieurs milliards de dollars, d’où la nécessité de déployer les efforts nécessaires afin de permettre à la région de capter cette manne financière et le transfert de technologie, susceptible de découler des différents projets en la matière.

Parmi les atouts de la région, il y a lieu de citer la qualité de la main-d’œuvre locale en nombre suffisant. Guelmim-Oued Noun abrite également une université ainsi que plusieurs écoles supérieures, pour ne citer que la célèbre Ecole supérieure de technologie (EST) de Guelmim.

- Vous avez également évoqué le secteur des matériaux de construction. Quel est le potentiel de la région de Guelmim-Oued Noun dans ce domaine ?

La localité de Lakhassa, qui relève de la province de Sidi Ifni, est réputée pour la qualité et la diversité de ses marbres. On dénombre une dizaine de couleurs de marbre et une vingtaine de carrières. Cette richesse légitime la mise en place d’un écosystème dédié au marbre, ce qui permettra une meilleure valorisation locale de la roche, très prisée.

Un foncier d’une dizaine d’hectares appartenant au domaine de l’Etat a déjà été identifié sur la voie express Guelmim-Tiznit.

Ceci dit, la construction d’un écosystème complet nécessite un foncier d’une cinquantaine d’hectares.  En conséquence, nous travaillons de concert avec les différentes entités publiques et autorités (gouverneur, domaine de l’Etat, département des Eaux et forêts), afin de trouver un site répondant aux exigences de l’industrie des matériaux de construction.

- Guelmim-Oued Noun est, par ailleurs, présentée comme une région à fort potentiel pour le secteur des produits de la mer. Qu’en est-il concrètement ?

En 2022, au niveau des captures, le port de Tan-Tan a été classé à l’échelle nationale en troisième position, et celui de Sidi Ifni a occupé la quatrième place.

Ces chiffres confortent les bonnes performances régionales pour les captures. L’accent doit être mis dans la valorisation des produits de la mer à Sidi Ifni et à Tan-Tan afin de créer davantage de valeur ajoutée locale.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Rencontre économique Maroc-Belgique

 

Policy Center. Conférence débat sur “Les enjeux stratégiques des espaces maritimes de l'Afrique atlantique”