En 2022, les dépenses de compensation ont atteint 42 MMDH

| Le 23/1/2023 à 13:46
Le Trésor a connu l’an dernier une amélioration de ses recettes, alors que les dépenses de compensation ont presque doublé par rapport à 2021. Le déficit budgétaire global demeure assez stable à 69,5 MMDH.

Le ministère de l’Economie et des finances a publié la situation des charges et des ressources du Trésor à fin décembre 2022.

Il ressort que le déficit budgétaire s’est établi à 69,5 MMDH ou 5,1% du PIB, en amélioration de près de 0,4 point de PIB, comparativement aussi bien aux réalisations de 2021 qu’aux prévisions de la loi de finances 2022.

Globalement, les recettes ordinaires progressent plus rapidement que les dépenses ordinaires. A fin décembre, elles augmentent de 18,8% par rapport à 2021, à 304,3 MMDH.

Concernant les recettes non fiscales, elles étaient à 48,6 MMDH à fin décembre 2022, en hausse de près de 29% ou 11 MMDH en valeur. Les recettes en provenance des EEP ont progressé de 22,7% à 13,1 MMDH, dont 6,5 MMDH versées par l’OCP, 4 MMDH par l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie, 786 MDH par Maroc Telecom et 738 MDH par Bank Al-Maghrib.

Les recettes fiscales, quant à elles, progressent de 17,4% à 252 MMDH. Elles ont notamment été poussées par la hausse des recettes de l’IS, en augmentation de 40% par rapport à 2021 à 62,4 MMDH. Celles de l’IR ont évolué de 8,1% à 48 MMDH. Les recettes de TVA ont augmenté de 15,2% à 75 MMDH à fin 2022.

Les dépenses ordinaires progressent de 14,5% à 373,8 MMDH, poussées notamment par l’explosion des dépenses de compensation, en progression de 92% d’une année sur l’autre. Elles franchissent la barre des 42 MMDH.

Notons que durant le dernier mois de l’année, les dépenses de compensation ont explosé par rapport au mois précédent. Fin novembre, elles franchissaient la barre des 30 MMDH. Cela signifie que, sur un mois, les charges de compensation ont bondi de près de 12 MMDH.

Ci-dessous, le détail de l’évolution des recettes et des dépenses du Trésor.

lire aussi
  • | Le 23/1/2023 à 10:10

    Disway Tunisie : le fonds Amethis est sorti avec succès du capital

    Le fonds d’investissement Amethis a effectué avec succès sa sortie du capital de Disway Tunisie en faveur de l’actionnaire majoritaire, Disway SA.
  • | Le 22/1/2023 à 10:13

    Sonasid : Alpha Mena change sa recommandation sur le titre d’“alléger” à “acheter”

    Pour la société de recherche, le groupe recèle un très bon potentiel en bourse, notamment du fait de la baisse notable accusée en 2022 à partir du troisième trimestre. Le groupe dispose également d’un modèle résilient et d’une situation financière confortable. Un rendement supérieur à 6% est attendu en 2023.
  • | Le 19/1/2023 à 9:46

    Ce que l’on sait des effets de l'imminente suspension de l’intermédiation bancaire par l’UE

    Dans le sillage du Brexit, l’Union européenne prévoit d’interdire aux banques étrangères non établies sur son territoire de proposer des services bancaires du pays d’origine à leurs clients résidant dans un pays de l’Union. Comment cette décision impactera-t-elle les filiales des banques marocaines dans l’UE ? Quelles conséquences pour les Marocains du monde ? Eléments de réponse.
  • | Le 17/1/2023 à 19:56

    Feu vert au projet d’OPA de Holmarcom sur les actions CDM

    L’Autorité marocaine du marché des capitaux a visé le projet d’OPA visant les actions de Crédit du Maroc par Holmarcom Finance Company et AtlantaSanad, au prix de 502 dirhams par action.
  • | Le 16/1/2023 à 15:38

    Immobilier : les perspectives 2023 demeurent très incertaines

    La relance du secteur reste tributaire de plusieurs questions comme les aides au logement qui se font attendre, ou l’indécision des ménages qui repoussent leur décision d’achat. La demande, déjà exsangue, souffrira davantage du fait de la hausse des taux immobiliers, et les grandes immobilières cotées pourraient connaître un léger effet négatif sur leurs dettes à taux révisables cette année.
  • | Le 13/1/2023 à 11:19

    Transferts MRE : “Une action diplomatique d’envergure de nos pays est nécessaire” (Jouahri)

    Le wali de Bank Al-Maghrib est revenu sur le durcissement des autorités européennes concernant les conditions de transfert pour les Marocains du monde.