χ

Mondial 2022. Le Maroc a battu l’Espagne à son propre jeu (analyse)

Grand artisan de la qualification de l'équipe nationale en quarts de finale de la Coupe du monde 2022, Walid Regragui s’est appuyé sur un plan de jeu certes restrictif mais efficace pour éliminer la Roja.

Crédit Photo : Twitter: @rfef

Mondial 2022. Le Maroc a battu l’Espagne à son propre jeu (analyse)

Le 7 décembre 2022 à 19h36

Modifié 8 décembre 2022 à 10h46

Grand artisan de la qualification de l'équipe nationale en quarts de finale de la Coupe du monde 2022, Walid Regragui s’est appuyé sur un plan de jeu certes restrictif mais efficace pour éliminer la Roja.

L'équipe nationale a réalisé l'exploit de se qualifier en quarts de finale de la Coupe du monde 2022, ce mardi 6 décembre, après avoir battu l'Espagne au terme d'une bataille tactique de haute volée (0-0, 3-1 aux TAB). Mais avant de comprendre comment le Maroc a réussi à contrecarrer les plans de la Roja, il s’agit d’abord de décrypter la prestation du héros de la soirée, Yassine Bounou.

Depuis le début de la compétition, le portier de 31 ans sort à peu près tout, sauf un c.s.c. (contre son camp) de son coéquipier Nayef Aguerd. Contre l’Espagne, le gardien du FC Séville a assommé les tireurs espagnols, par deux arrêts. “Un petit peu de feeling, de la chance et voilà ! Y a pas grand chose en fait. Tu connais les penalties, c’est comme ça”, a-t-il expliqué en toute modestie.

Mais pour Zouhair Afifi, ancien entraîneur des gardiens de l'Olympique Club de Safi (OCS), qui officie actuellement aux Emirats arabes unis, c’est le niveau élevé de concentration de Bounou qui lui a permis d'être aussi performant lors des tirs au but.

“Son niveau de concentration a été exceptionnel, malgré la pression inhérente au rendez-vous mais aussi à l’adversaire qu’il connaît très bien puisqu’il évolue en Liga”, précise Zouhair Afifi. “Lors de la séance de tirs au but, il paraissait confiant et sûr de ses moyens car il connaît très bien les tireurs espagnols, leur mentalité ainsi que leur habitude dans cet exercice."

"Il les a beaucoup perturbés avec ses mouvements, à droite et à gauche, pour finalement plonger dans la bonne direction. Il en a arrêté deux et était sur la trajectoire du troisième”, a-t-il conclu.

Ainsi, Yassine Bounou a pris le pas sur ses adversaires et envoyé ses coéquipiers en quarts de finale de la Coupe du monde 2022. Mais avant les effusions de joie, le Maroc s’est attaché à appliquer un plan assez simple tout en étant terriblement efficace.

Medias24
Medias24

 

L’idée de base était de subir le rythme des Espagnols, de contrôler leur jeu de passes étourdissant en le transformant en une multitude d'échanges stériles. Et surtout de travailler dur pour assurer les couvertures et boucher les trous afin de conserver la compacité d'un bloc défensif dont la hauteur moyenne était plus basse que d'habitude.

L’objectif consistait aussi à piquer sur quelques banderilles, en attaquant la profondeur, mais le manque d’efficacité de Walid Cheddira n’a pas aidé. Quoi qu’il en soit, si la Roja s’est enlisée dans un scénario attendu, c’est à cause de la discipline défensive marocaine. Solidaires et déterminés, les hommes de Walid Regragui ont appliqué un plan en trois phases. Explications.

Éloigner Busquets du ballon 

Avec son style caractéristique de confisquer le ballon (75%) et multiplier les phases de possession, l’Espagne ne s’est pas montrée assez dangereuse (0,83 xG et un seul tir cadré en plus de 120’). Pourquoi ? Car Walid Regragui a pris la Roja à son propre jeu.

“On savait qu’on allait courir derrière le ballon, mais il ne fallait pas s'énerver ou se vexer. Mais veiller au bloc”, a insisté le sélectionneur après la qualification historique de son équipe. “On ne devait pas s’endormir, ne pas ouvrir les espaces et surtout leur fermer l’intérieur du jeu.”

Le souhait du sélectionneur national n’était donc pas d’avoir le ballon mais plutôt d’en priver Sergio Busquets. En ce sens, le travail abattu par Youssef En-Nesyri a été déterminant. L’attaquant a suivi le Catalan comme son ombre, au point de se retrouver parfois sur la même ligne que ses milieux de terrain.

Youssef En-Nesyri n'a pas lâché d'une semelle Sergio Busquets alors que Amallah tente de fermer la ligne de passe intérieure

De fait, l’expression du milieu de terrain du Barça a été très limitée. Lui qui a pour habitude d'être le premier relanceur vers Gavi ou Pedri dans le cœur du jeu n’a réussi à trouver ses coéquipiers du Barça que très rarement et inversement. Surtout le premier nommé.

Couper les lignes de passes intérieures 

Luis Enrique, le technicien catalan de la Roja, n'a eu d’autre choix que de confier ce rôle de rampe de lancement à ses défenseurs, moins habiles dans ce domaine, malgré la présence de Rodri, l’habituel milieu défensif de Manchester City.

A chaque fois, Rodri a essayé de toucher Pedri et Gavi dans l’entrejeu. Mais c’était sans compter sur l’activité du milieu de terrain marocain qui était présent pour couper ses lignes de passes intérieures et empêcher les milieux relayeurs du Barça de toucher le ballon dans ces zones axiales.

L'équipe nationale a fermé l'axe aux espagnols qui ont été obligés de contourner le bloc défensif marocain par les côtés.

Très juste sur le pré, au point de susciter l’admiration de Luis Enrique qui semblait découvrir ses qualités pendant la rencontre, Azzedine Ounahi a été omniprésent, parcourant 14,7 kilomètres pour assurer les couvertures défensives nécessaires. Il a en outre effectué 97 pressions défensives.

Et quand le premier rideau défensif marocain se faisait transpercer, Sofyan Amrabat était présent pour rattraper le coup. Avec son activité incessante, le milieu de terrain de la Fiorentina est le point d’équilibre de l’équipe nationale.  “Sofyan est en train de passer un cap”, souligne Walid Regragui. “Je lui avais dit que ma Coupe du monde dépendait de lui”, a confié le sélectionneur national.

Toujours parfaitement placé, S. Amrabat a récupéré un nombre important de ballons (14) et a toujours essayé de se projeter vers l’avant, malgré quelques relances pas très bien senties. Dans le combat, il a été au-dessus de la mêlée en remportant 100% des duels défensifs (8/8)

Romain Saïss a mis la pression sur Asensio

Sauf que parfois ni Youssef En-Nesyri ni le milieu de terrain marocain ne réussissaient à enrayer la progression des Espagnols. Marco Asensio, en position de faux avant-centre, décrochait pour servir d’appui avant de prendre la profondeur. C’est à ce moment que la charnière centrale marocaine entrait en action. Et précisément Romain Saïss.

Concentré, rugueux et bien placé, le défenseur central de Besiktas empêchait l'attaquant espagnol de se retourner. Il a été l’auteur d’une rencontre extraordinaire dans la lignée de son premier tour, récupérant 16 ballons (record du match).

Romain Saïss collait Marco Assensio à chaque fois que ce dernier décrochait pour servir d'appui.

Cette qualification marocaine est également à mettre au crédit de la combativité des hommes de Walid Regragui. Ils ont été plus forts dans les duels défensifs, plus prompts dans les dégagements, plus intelligents dans la lecture du jeu et les interceptions. Hakim Ziyech en a été le symbole.

Décisif contre la Belgique et le Canada, Hakim Ziyech a été plus discret face à l’Espagne sur le plan offensif. Mais le travail défensif qu’il a abattu témoigne de sa motivation et surtout d’une combativité à laquelle il ne nous avait pas habitués. D’ordinaire nonchalant, il a fait lors du huitième, comme depuis le début de la compétition, un véritable don de soi défensivement, avec 80 sprints réalisés.

En somme, la victoire marocaine a encore une fois prouvé que la confiscation du ballon n’a jamais fait gagner un match. Ce style qui avait propulsé la Roja vers le toit de l’Europe et du monde, entre 2008 et 2012, ne la mène plus aussi haut désormais et envoie le Maroc en quart de finale face au Portugal.

Medias24
Medias24

----

Afin d’analyser les performances des équipes et des joueurs, Médias24 se fonde sur une série d’indicateurs technico-tactiques dont voici le glossaire :

- Expected Assists (xA) : la somme des valeurs xA de toutes les passes décisives. xA désigne la valeur d’une passe potentiellement convertible en buts. Elle se base sur un historique de plusieurs centaines de milliers de passes décisives ;

- Expected Goals (xG) : la somme des valeurs xG de tous les tirs. xG permet de mesurer la probabilité qu’une occasion se transforme en but. Elle se base sur un historique de plusieurs centaines de milliers de tirs ;

- Expected Conceded Goals (xCG) : la somme des valeurs xCG de tous les tirs subis par une équipe. xCG désigne la probabilité qu’une équipe encaisse un but ;

- Intensité du pressing (PPDA) : une donnée qui permet de quantifier l'intensité du pressing dans les deux tiers du terrain adverse ;

- Intensité des défis : nombre d'actions défensives (duels défensifs, duels de balles perdues, interceptions, tacles) par minute de possession de balle adverse ;

- Passes décisives : nombre total de passes amenant un but ;

- Secondes passes décisives : nombre total d'avant-dernières passes précédant un but ;

- Passes clés : nombre total de dernières passes qui précèdent un tir d'un coéquipier ;

- Rythme du match : nombre de passes de l'équipe par minute de possession ;

- Passes vers le dernier tiers réussies : nombre total de passes réussies de l'extérieur du dernier tiers vers le dernier tiers ;

- Passes vers la surface de réparation réussies :  nombre total de passes réussies de l'extérieur de la surface de réparation adverse vers la surface de réparation adverse ;

- Attaques avec tirs : nombre d'attaques conclues par un tir ;

- Distance moyenne des tirs : distance moyenne de tous les tirs de l'équipe en direction du but adverse ;

- Ligne de formation moyenne : position moyenne des joueurs sur les actions de l'équipe avec le ballon ;

- Dégagements : nombre total de dégagements défensifs ;

- Corner avec tirs : nombre total de corners ayant abouti à un tir en l’espace de 14 secondes ;

- Contre-attaques avec tirs : nombre total de contre-attaques terminées sur un tir ;

- Coups francs avec tirs : nombre total de coups francs ayant donné lieu à un tir de l'équipe qui a joué le coup franc dans les 14 secondes ;

- Duels : nombre total de duels offensifs, défensifs et aériens ;

- Pertes de balles (Haut) : nombre total de pertes de possession dans le dernier tiers adverse ;

- Pertes de balles (Bas) : nombre total de pertes de possession dans le premier tiers du terrain de l’équipe en possession du ballon ;

- Pertes de balles (Moyen) :  nombre total de pertes de possession au niveau du rond central ;

- Pertes (Propre moitié) : nombre total de pertes de possession dans la propre moitié du terrain ;

- Entrées dans la surface de réparation : nombre total d'entrées dans la surface de réparation par une passe, un centre ou un dribble ;

- Attaques placées avec tirs : nombre total d'attaques placées où la possession a fini par un tir ;

- Possessions atteignant la surface adverse : nombre total de possessions ayant fini par une action réussie dans la surface de réparation adverse ;

- Possessions atteignant la moitié de terrain de l'adversaire : nombre total de possessions ayant fini avec une action réussie dans la moitié de terrain de l'adversaire ;

- Passes progressives réussies : nombre total de passes réussies qui permettent de progresser vers le but adverse ;

- Courses progressives réussies : nombre total de courses réussies qui permettent de progresser vers le but adverse ;

- Récupérations hautes : nombre total de récupérations dans le dernier tiers adverse ;

- Récupérations basses : nombre total de récupérations dans sa propre moitié de terrain ;

- Récupérations moyennes : nombre total de récupérations de possession au niveau du rond central ;

- Coups de pied arrêtés avec tir : nombre total d'attaques lancées sur des coups de pied arrêtés qui se finissent par un tir ;

- Tirs bloqués : nombre total de tirs bloqués par l'adversaire ;

- Tirs depuis la surface de réparation : nombre total de tirs effectués depuis l'intérieur de la surface de réparation adverse ;

- Tirs cadrés depuis la surface de réparation : nombre total de tirs cadrés depuis l'intérieur de la surface de réparation adverse.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Microdata - Indicateurs financiers trimestriels T4 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.