χ

Marrakech : le niveau des réservations hôtelières pour les fêtes du Nouvel An dépasse celui de 2019

Un mois avant la période des fêtes de fin d’année, la plupart des grands hôtels de la ville ocre affichent déjà des taux de réservation qui flirtent avec les 70%. Selon plusieurs professionnels, ce phénomène inédit s’explique par une volonté de compenser les deux années de crise.

Marrakech : le niveau des réservations hôtelières pour les fêtes du Nouvel An dépasse celui de 2019

Le 27 novembre 2022 à 7h37

Modifié 27 novembre 2022 à 7h37

Un mois avant la période des fêtes de fin d’année, la plupart des grands hôtels de la ville ocre affichent déjà des taux de réservation qui flirtent avec les 70%. Selon plusieurs professionnels, ce phénomène inédit s’explique par une volonté de compenser les deux années de crise.

Après deux éditions ratées en raison du couvre-feu en 2020 et de la fermeture des frontières en 2021, la ville de Marrakech devrait afficher quasiment complet bien avant le début de la période des fêtes, qui s’annonce historique en termes de remplissage hôtelier.

"La ville ocre affiche déjà 70% de remplissage hôtelier"

En effet, Othman Cherif Alami, président du groupe Atlas Voyages, seul tour-opérateur du Maroc, annonce un taux de réservation important et inédit dans tous les grands hôtels de la ville.

"Dans la ville de Marrakech, la plupart des établissements hôteliers classés ont déjà commercialisé 70% de leurs chambres pour cette période de très haute saison.

Contrairement aux années avant la crise où le last minute était la règle, les touristes étrangers ont réservé leur séjour largement à l’avance pour pouvoir bénéficier de prix plus abordables, avant la flambée des tarifs qui  ne manquera pas d'avoir lieu à l'approche de Noël."

Un calendrier en faveur des hôteliers

"Idem pour Casablanca, destination d’affaires habituellement, qui a de fortes chances d’afficher complet les 30 et 31 décembre", se félicite Othman Cherif Alami, qui est également président du CRT de Casablanca. D'après lui, l’engouement des visiteurs étrangers s'explique par le fait que le dernier jour de l’année tombe un samedi, ce qui déclenchera une véritable ruée à l'approche des fêtes du Nouvel An.

Le niveau de remplissage du réveillon devrait ainsi largement dépasser celui réalisé durant l’année de référence 2019. Cette dernière avait déjà été exceptionnelle en termes d’occupation hôtelière, malgré le fait que les deux derniers jours tombaient un lundi et un mardi, donc en cours de semaine.

"Les hôtels de luxe de Marrakech sont déjà complets"

Aussi optimiste que le président du CRT de Casablanca, le chargé de communication du CRT de Marrakech-Safi-Essaouira va plus loin en soutenant qu’il est inutile de solliciter les hôtels de luxe comme La Mamounia, le Royal Mansour, le Palace Es Saadi, Mövenpick… qui affichent déjà complet. En effet, toutes nos tentatives téléphoniques de décrocher une réservation dans ces palaces se sont soldées par des fins de non-recevoir.

"Rien d’étonnant à ce phénomène, car ces établissements sont très bien structurés et offrent un service de grande qualité à une clientèle fidélisée qui a hâte de revenir après deux années de crise", explique Abdellatif Abouricha. Ce dernier considère que les vacanciers cherchent naturellement à rattraper le temps perdu et à compenser la frustration accumulée durant la crise sanitaire.

"Un engouement qui va faire exploser les prix du last minute"

Pour ceux qui tablent sur les réservations de dernière minute, Abouricha avance que les retardataires vont certainement être confrontés à des prix qui risquent d'exploser et devenir exorbitants.

Selon lui, plus les jours avancent, plus il sera difficile, voire impossible de trouver une chambre à un tarif abordable.

"A terme, cet engouement va profiter à toutes les catégories d’établissements d’hébergement car, faute de capacité hôtelière, les clients potentiels n’auront pas d’autre choix que de se rabattre sur les maisons d’hôtes, les appartements-locations… dont les prix vont aussi augmenter", conclut notre source.

Tout en confirmant "la ruée actuelle vers tous les types d'hébergement qui devraient afficher complet", Mehdi Bennani Smires, propriétaire du Sirayane, un hôtel 5 étoiles à Marrakech, tient à relativiser ses conséquences de cet engouement  de quelques jours.

L'hôtelier affirme en effet qu'il ne va pas générer un chiffre d’affaires qui va bouleverser le montant total des recettes en devises de l'année 2022 mais que les images d'une ville grouillante de visiteurs étrangers vont rehausser la vitrine internationale du Maroc et lui permettre par conséquent d'engager 2023 sous les meilleures auspices...

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Crédit du Maroc international : Banque offshore- Résultats financiers au 30 juin 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.