χ

Casablanca : le détail du projet de budget 2023

Le Conseil de la ville de Casablanca prévoit un budget total de près de 5,2 milliards de DH au titre de l’année 2023. Le vote de ce budget aura lieu le mercredi 19 octobre, lors de la deuxième partie de la session ordinaire du conseil communal.

Casablanca : le détail du projet de budget 2023

Le 18 octobre 2022 à 16h54

Modifié 18 octobre 2022 à 17h21

Le Conseil de la ville de Casablanca prévoit un budget total de près de 5,2 milliards de DH au titre de l’année 2023. Le vote de ce budget aura lieu le mercredi 19 octobre, lors de la deuxième partie de la session ordinaire du conseil communal.

  • Un budget prévisionnel de 5,2 MMDH en 2023, en hausse de 10,3% par rapport à 2022.
  • La commune prévoit d'augmenter ses revenus à travers la hausse des taxes locales.
  • La majorité des recettes servira à payer les dépenses obligatoires.

Médias24 a pu consulter le projet de budget de la ville de Casablanca, au titre de l’année 2023. Ce dernier s’élève à près de 5,2 milliards de DH (MMDH), en amélioration de 10,3% par rapport à 2022, où il s'établissait à 4,68 MMDH.

Dans le détail, ce budget est constitué de :

- Budget de fonctionnement : près de 4,24 MMDH (4.238.000.000 DH), en hausse de 11,6% par rapport à 2022, où il s’élevait à près de 3,8 MMDH ;

- Budget d’équipement : plus de 329 MDH (329.721.721 DH), en hausse de près de 16% par rapport à 2022, où il s’élevait à 284,5 MDH ;

- Comptes spéciaux : 604.690.000 DH.

La hausse des recettes passera essentiellement par l'augmentation des taxes locales

Ce budget est construit sur la base d'une amélioration des recettes, qui est la principale préoccupation de la maire de Casablanca, Nabila Rmili, pour l’année à venir.

Cette amélioration est censée être la résultante de la révision de l'arrêté fiscal fixant les montants des taxes locales. Dans ce sens, l'amendement de l'arrêté fiscal qui fixe les droits, taxes et redevances dus au budget de la Commune prévoit notamment la hausse de la taxe sur l'occupation du domaine public, la hausse des prix d'accès au zoo, mais aussi le paiement des services de collecte de déchets par les grands producteurs.

Lors de la première partie de la session ordinaire du Conseil, tenue le 5 octobre dernier, la maire avait annoncé son objectif de dépasser 5 MMDH de revenus en 2025, à travers une augmentation annuelle de 10%.

En 2022, les revenus récoltés jusqu’à présent s’élèvent à 3,4 MMDH. Nabila Rmili espère boucler l’année avec 3,8 MMDH, ce qui correspondra au budget de fonctionnement inscrit au budget de l’année 2022.

Dans le détail, la structure des recettes communales de fonctionnement pour l’année 2023 se présente comme suit :

- Les taxes gérées par les services du ministère des Finances pour le compte de la commune, qui se composent principalement des taxes suivantes :

  • Taxe professionnelle, dont la part transférée à la commune sera de 1,4 MMDH ;
  • Taxe d’habitation, dont la part transférée à la commune sera de 110 MDH, en baisse de 75 MDH par rapport à 2022, où elle s’élevait à 180 MDH.
  • Taxe sur les services communaux, qui s’élève à 1,28 MMDH, en hausse de 180 MDH par rapport à 2022, où elle était de 1,1 MMDH.

- Les taxes locales. Rappelons que ces taxes se divisent en deux grandes catégories, à savoir les taxes à caractère commercial, liées à l’activité économique, et les taxes qui ne sont pas liées à la situation économique.

La première catégorie regroupe notamment :

  • La redevance d’occupation temporaire du domaine public communal pour un usage commercial, industriel ou professionnel, qui monte à 250 MDH, contre 186,5 MDH en 2022 ;
  • La taxe sur les débits de boissons, qui s’élève à 80 MDH contre 45 MDH en 2022, soit une hausse de 35 MDH ;
  • La taxe de séjour, fixée à 20 MDH.

Quant à la seconde catégorie, elle regroupe des taxes décorrelées de l’activité économique, telles que la taxe sur les terrains urbains non bâtis (TNB), qui s'élève à 200 MDH, en baisse de 76 MDH par rapport à 2022.

Par ailleurs, la taxe d’enlèvement des déchets des jardins, industriels et matériaux ou déblais abandonnés sur la voie publique rapportera 10 MDH à la commune en 2023, contre 7 MDH en 2022.

- La part de TVA transférée par l’Etat, qui sera de 342.584.800 (342 MDH) en 2023, similaire à l’an passé.

Quid des dépenses ?

Comme chaque année, la majorité des recettes de la ville serviront à combler les dépenses obligatoires de la commune, ne laissant à celle-ci qu’une part infime du budget à l’investissement.

Nabila Rmili l’a d’ailleurs mentionné mercredi dernier. "La situation n’est pas du tout confortable pour la commune", avait-elle indiqué.

"Le budget dont on dispose aujourd’hui suffit à peine à payer les fonctionnaires, la gestion des déchets et quelques engagements. On a besoin d’un milliard de dirhams pour construire et mettre à niveau les routes de Casablanca. On a besoin d’un autre milliard si on veut réaliser l’ambition des 2.000 hectares d’espaces verts, au lieu des 400 hectares actuels”, avait-elle ajouté.

En effet, 990 MDH seront alloués, en 2023, au personnel ; 1 MMDH au paiement des services rendus à la collectivité territoriale par les entreprises privées, et 76 MDH au remboursement des intérêts des emprunts contractés auprès du Fonds d’équipement communal (FEC), la Banque mondiale et l’Institut officiel du crédit espagnol (ICO).

Notant que la dette auprès du FEC sera complètement remboursée vers fin 2035. L'emprunt auprès de l'ICO sera quant à lui remboursé vers fin 2028, tandis que celui auprès de la Banque mondiale le sera dans vingt-et-un ans.

Par ailleurs, 12 MDH serviront à payer l'électricité, 13 MDH à payer l'eau et 200 MDH seront réservés à la subvention du transport public par bus (120 MDH) et tramway (80 MDH).

La commune compte également allouer 16 MDH au programme des eaux usées traitées. La métropole, à travers la SDL Casa Baia, s'apprête à lancer des appels d'offres pour la réalisation de cinq stations d'épuration des eaux usées (STEP), qui serviront, à l'avenir, à l'irrigation des espaces verts de Casablanca, mais également à d'autres usages ne nécessitant pas d'eau potable : dans le domaine industriel, le nettoyage des rues, l'irrigation des terres agricoles...

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Attijari REIM: Publication VL Attijari Prime Stone SPI-RFA au 02 janvier 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.