TGCC en accord avec son business plan, évoque sa lutte contre l’inflation des intrants

| Le 29/9/2022 à 18:14
Lors de sa conférence de presse, le management du groupe a exposé les bons résultats du premier semestre et a décrit les moyens mis en œuvre pour lutter contre la hausse du prix des intrants. TGCC n’a pas caché ses ambitions continentales, indiquant que des projets d’envergure seraient annoncés d’ici la fin de l’année. Son chiffre d’affaires dans cette zone devrait tripler d’ici deux ans.

Ce jeudi 29 septembre, 2022 le groupe TGCC organisait, dans ses locaux casablancais, une conférence de presse pour présenter ses résultats au S1-2022. Il a exposé la stratégie mise en place cette année pour contrer l’inflation galopante qui s'est emparée des intrants, et s'est exprimé sur l’évolution de son carnet de commandes et sur ses ambitions africaines.

Malgré le contexte économique morose et la hausse des prix des intrants qui pèse sur les marges, le groupe a affiché des indicateurs en bonne santé à fin juin 2022. Le produit d’exploitation a progressé de 61% à 2.334 MDH par rapport à la même période l’an dernier. Le groupe explique que cette hausse provient de trois principaux facteurs, à savoir : le démarrage de nouveaux projets, la poursuite des activités opérationnelles des chantiers, dont l’état d’avancement avait été impacté par la crise sanitaire début 2021, et la montée en puissance des filiales nationales et internationales.

L’EBITDA est ressorti en croissance de 35% à 217 MDH à la suite de la hausse du produit d’exploitation et de la bonne gestion des charges. In fine, le résultat net du groupe sur la période progresse de 47% à 94 MDH, ce qui s’explique "par une maîtrise des charges financières et l’abattement sur l’IS à la suite de l’IPO", indique TGCC.

Le président et fondateur du groupe, Mohammed Bouzoubaa, a indiqué que "ces performances semestrielles sont en ligne avec notre business plan qui a été présenté lors de l’IPO. Je peux vous dire que je suis tout à fait confiant quant aux résultats de cette année. Nous allons certainement respecter, voire faire mieux que nos prévisions 2022".

Le groupe a dû mettre en œuvre un arsenal pour lutter contre la hausse du prix de ses intrants pour préserver ses marges.

Une optimisation de logistique et de production mise en place pour atténuer l’inflation

Depuis fin juin, la tendance inflationniste sur les intrants du groupe ne s’est pas vraiment calmée. Selon les dires du président, "l’acier a connu une forte hausse depuis le début de la guerre en Ukraine, passant de 6 dirhams le kilo à 11 dirhams, désormais, il emprunte une légère tendance baissière à un peu moins de 9 dirhams. L’aluminium, le verre et le bois pour le coffrage et la menuiserie sont toujours en hausse".

Le groupe a dû mettre en place différents schémas d’optimisation pour limiter l’impact de l’inflation sur ses marges. "Ces hausses de prix se sont manifestées principalement sur nos intrants stratégiques et, dès fin février, nous avons dû agir rapidement et trouver plusieurs leviers pour remédier à cette hausse", explique Asmaa Abaragh, directrice générale adjointe des fonctions support de TGCC.

Du point de vue financier comme de la production, le groupe a fait le nécessaire. Il a tenu à sécuriser son approvisionnement pour ne pas réduire le rythme de la production. "Nous avons essayé de trouver un certain nombre de mesures pour améliorer tout le circuit de la logistique. Nous avons fait de la gestion de stock anticipée sur certains de nos intrants", indique Asmaa Abaragh.

Pour limiter le risque d’impact sur les marges, "nous avons eu une approche avec nos clients qui visait à partager la responsabilité de cet impact en ayant des régularisations sur nos marchés en cours", précise-t-elle. TGCC a également travaillé à optimiser et à réduire ses coûts de structure et à limiter les dépenses non nécessaires. Le groupe a dû optimiser l’usage de la trésorerie. "Il a fallu avoir un pilotage de notre BFR, que ce soit sur notre recouvrement de nos créances clients et aussi la gestion de nos décaissements vis-à-vis de nos fournisseurs", poursuit la directrice générale adjointe. TGCC a également annoncé avoir gelé des recrutements jugés non prioritaires de façon à contenir les effets de l’inflation.

En ce sens, dans une interview accordée à Médias24/LeBoursier en juillet dernier, Mohammed Bouzoubaa avait expliqué : "Nous avons toujours travaillé en spot, sur une durée d’un mois et demi ou deux mois, par exemple sur l’acier. L’avantage que l’on a, c’est de travailler avec beaucoup de monde, que ce soient les clients, les fournisseurs ou les sous-traitants. Tous les sous-traitants ont souhaité ne pas impacter directement la charge de l’inflation sur TGCC, et l’impact est donc moindre que celui que l’on pouvait imaginer."

Globalement, au vu des résultats présentés, la limitation de l’impact de l’inflation a porté ses fruits. Il en est de même pour le développement international du groupe qui va bon train à fin juin.

Un chiffre d’affaires en Afrique subsaharienne multiplié par trois d’ici deux ans

Le président du groupe a annoncé d’emblée que les perspectives sur cette zone géographique étaient très intéressantes. "Nous sommes en phase de conclure pas mal de projets et nous ne pouvons pas vous en parler en détail, car cela demeure confidentiel jusqu’à la signature", a indiqué Mohammed Bouzoubaa. Une annonce qui devrait intervenir avant la fin de l’année et qui concernerait des projets d’envergure. "Ils vont certainement tripler notre chiffre d’affaires sur l’Afrique d’ici deux ans au maximum", a révélé le président de TGCC.

Le groupe est principalement présent en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Lors d'une précédente interview, le fondateur du groupe nous confiait : "Je pense qu’à terme, 10% de notre chiffre d’affaires proviendront de ces marchés." C’est chose faite depuis fin juin où le chiffre d’affaires à l’international a atteint 10% des revenus globaux du groupe, contre 7% au premier semestre 2021.

La région connaît donc un très fort dynamisme, sur lequel compte le management pour faire croître le carnet de commandes. En hausse de 4,5% à 7,2 MMDH à fin juin, "l'objectif est d’avoir un peu plus d’un milliard de dirhams additionnels dans le carnet de commandes d’ici la fin de l’année. C’est un objectif que nous pouvons atteindre".

lire aussi
  • | Le 29/11/2022 à 10:56

    Sonasid : hausse de 17% du chiffre d’affaires à fin septembre

    Le groupe continue de bénéficier d’un bon effet prix provenant de la répercussion de la hausse des intrants sur les prix de vente. Les investissements augmentent fortement à fin septembre et continueront de croître durant le T4-2022. L’endettement net s’établit à -878 MDH.
  • | Le 29/11/2022 à 10:36

    BOA : hausse de 6% du résultat net à fin septembre

    Le groupe affiche à fin septembre une bonne tenue de ses marges d’intérêts et sur commissions. Le PNB progresse de 5% par rapport à la même période de l’an dernier.
  • | Le 29/11/2022 à 9:17

    TGCC : hausse de 69% du produit d’exploitation

    Le groupe a connu une forte amélioration de son produit d’exploitation du fait de projets d’envergure et de la montée en puissance de ses filiales subsahariennes. L’endettement progresse de 9,5% à 884,4 MDH.
  • | Le 29/11/2022 à 8:43

    A fin septembre, OCP réalise un chiffre d’affaires historique de près de 89,5 MMDH

    Malgré une baisse des volumes exportés, le groupe a pu capitaliser sur une forte hausse des prix de vente pour améliorer ses revenus et son chiffre d’affaires, qui atteignent des records historiques.
  • | Le 28/11/2022 à 13:54

    CIMAR : des résultats conformes à fin septembre et un regain d’activité dès l’an prochain

    Le groupe a affiché un chiffre d’affaires stable à fin septembre, porté par un bon effet prix. La conjoncture pèse sur sa rentabilité et ses volumes de ventes. Dès 2023 cependant, une hausse mécanique des revenus et des marges sera observée, du fait notamment de l’allègement des prix des intrants.
  • | Le 26/11/2022 à 7:14

    Aradei Capital : une bonne dynamique à fin septembre et des revenus diversifiés

    Lors d’une conférence de presse organisée le 25 novembre à la Bourse de Casablanca, la foncière a présenté ses résultats à fin septembre et est revenue sur les objectifs de son augmentation de capital. Le PDG du groupe a également évoqué les discussions sur un second plan d’investissement avec Akdital Holding pour les deux ans à venir.